DH EHESS : Image et interprétation. À propos de Johanna Drucker

La dernière séance du séminaire Digital Humanities de cette année est consacrée à un ouvrage ambitieux : SpecLab. Digital Aesthetics and Speculative Computing (Chicago, University of Chicago Press, 2009).

Johanna Drucker y propose une réflexion épistémologique sur la dimension visuelle de tout projet de recherche numérique, à partir de son expérience au sein de l’un des laboratoires les plus importants pour le développement des humanités numériques, le Speculative Computing Laboratory de l’université de Virginie (les projets collaboratifs qu’elle évoque sont souvent ceux qui ont également nourri les travaux de Jerome McGann).

Selon l’auteur, le statut marginal longtemps accordé à l’image et au design n’est pas seulement dû à la domination de l’écrit ou à des contraintes technologiques : il était aussi le symptôme d’une soumission à l’autorité culturelle de l’informatique et à une idéologie de l’information transparente. En examinant ainsi l’emprise du texte – dont la critique me semble libératrice pour les praticiens des textes eux-mêmes –, ce livre analyse des projets élaborés comme autant de « provocations esthétiques » et de défis intellectuels. Quelle place pour la subjectivité dans la modélisation ? Comment visualiser la temporalité ? Quelle interface inventer pour un jeu de rôle consistant à déconstruire et réécrire un roman célèbre ? Quelles sont les métadonnées pertinentes pour décrire des livres d’artistes ?

Ces exemples et ces questions conduisent Johanna Drucker à une conception générale de l’esthétique, qui prend en compte les relations du graphisme et du code, le sens de la matérialité numérique et les transformations du livre dans un environnement encore nouveau.

En guise d’introduction, je vous suggère d’écouter une intervention dense et stimulante intitulée « Humanistic Approaches to the Graphical Expression of Interpretation » (colloque Humanities + Digital. Visual Interpretations, MIT, 2010).

La séance aura lieu ce mercredi 26 juin, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3. Pour annoncer votre présence, un courriel est toujours bienvenu.

Johanna Drucker, History of the/my Wor(l)d, 1990

Johanna Drucker, History of the/my Wor(l)d, 1990


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *