Séminaire DH EHESS 2012-2013 : compte rendu

Voici le compte rendu du séminaire « Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs » de l’année 2012-2013, tel qu’il sera publié sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales.

Cette aventure se poursuit l’an prochain : vous pouvez consulter le calendrier des séances et le programme général du séminaire 2013-2014.

2013_08_11_dh_ehess_2012-2013_cr_wordle

« Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs »
Compte rendu du séminaire 2012-2013
Aurélien Berra, Marin Dacos, Pierre Mounier

Pour sa quatrième année, le séminaire a fortement évolué sous l’impulsion d’Aurélien Berra, qui a rejoint l’équipe après avoir animé les conférences complémentaires « Textes anciens et humanités numériques » et « Édition savante et humanités numériques » (2010-2012). Trois cycles sont désormais proposés en alternance. Assurées par Aurélien Berra, les séances de lecture discutent des ouvrages importants, produits aussi bien dans le domaine anglophone que dans les autres traditions des digital humanities. Nous continuons à inviter des collègues de différentes disciplines des sciences humaines et sociales à présenter des réflexions sur leurs projets numériques. Enfin, avec le soutien du Campus Condorcet, nous avons commencé à explorer l’histoire et la situation des humanités numériques dans différents pays européens. Ces trois orientations complémentaires seront poursuivies.

Cycle « Lectures ». Le commentaire en diptyque de deux ouvrages fondamentaux – A Companion to Digital Humanities (2004) et Debates in the Digital Humanities (2012) – a fait apercevoir le chemin parcouru par la discipline en une décennie. Cette dimension historique a constitué un fil rouge, puisque les lectures comprenaient aussi Les Historiens et l’informatique (2011), « bilan prospectif » franco-italien coordonné par Jean-Philippe Genet et Andrea Zorzi, et SpecLab (2009), synthèse théorique de Johanna Drucker fondée sur les projets du Speculative Computing Laboratory de l’université de Virginie. Deux séances particulières ont porté sur des publications italiennes, Informatica testuale (2010) de Tito Orlandi et L’Umanista digitale (2010) de Teresa Numerico, Domenico Fiormonte et Francesca Tomasi. Il s’agissait de mettre en évidence une tradition nationale ancienne, peut-être spécifique, dont nous avons ensuite invité deux acteurs de premier plan.

Cycle « Les digital humanities à l’échelle de l’Europe ». Notre entretien avec Tito Orlandi et Domenico Fiormonte, qui représentent deux générations successives de chercheurs et enseignants investis dans le développement de l’Informatica umanistica, a permis d’évoquer le cas de l’Italie, à travers notamment l’histoire du CISADU de l’université de Rome La Sapienza. L’exposé d’Enrico Natale, venu présenter le portail Infoclio.ch et surtout l’élaboration de l’édition numérique Rousseau Online, a ouvert des perspectives sur la dynamique actuelle des « humanités digitales » en Suisse. Cette exploration par pays sera prolongée à l’avenir, avec des séances sur l’Allemagne et probablement sur la Suisse et l’Espagne. Pour compléter cette dimension du séminaire, Sophie David a présenté la genèse de DARIAH, qui sera la principale infrastructure européenne couvrant le domaine des humanités numériques : ce cadre de coopération donnera une réalité institutionnelle au projet récurrent d’un réseau européen.

Cycle « Projets ». Pour présenter le projet SemanticPedia, dont le but est de donner une structure sémantique aux matériaux issus de l’encyclopédie Wikipedia, Alexandre Monnin l’a situé dans le contexte plus vaste des relations entre le Web et la philosophie. Dana Diminescu et Mathieu Jacomy ont présenté e-Diasporas, riche cartographie des communautés migrantes telles qu’elles se dessinent dans l’interconnexion des sites Web. Associé à la création d’un outil de visualisation des réseaux, Gephi, ce projet repose sur une forte complémentarité des sciences sociales et des sciences du numérique. Les réseaux sont également au cœur du projet que conçoit Lieve Van Hoof, mais l’enjeu est cette fois d’analyser le corpus épistolaire d’un auteur grec, Libanios. L’entreprise illustre le renouvellement possible des sciences de l’Antiquité grâce à l’usage des technologies informatiques. Aurélien Berra a rappelé à cette occasion les grandes lignes de l’histoire des Digital Classics et de leur situation en France et au plan international.

Lors d’une séance hors-série, Corinne Welger-Barboza, qui avait été notre invitée en 2009 et dont la carrière universitaire s’achevait, a développé une question centrale dans ses recherches, celle du rapport que l’histoire de l’art et ses praticiens entretiennent avec la technique.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter nos annonces en ligne sur le carnet Philologie à venir : http://philologia.hypotheses.org/.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *