DH EHESS : mutualiser les corpus numériques ? | Compte rendu

Avec ce billet, nous adoptons la bonne pratique de mettre en ligne un bref compte rendu des séances du séminaire. L’enregistrement des exposés et des discussions est déposé sur Internet Archive (un lecteur et les diapositives sont intégrés à la fin du billet [1]). Nous espérons que cette lecture et cette écoute vous intéresseront : vos réactions sont bienvenues, sous toute forme !

Voir l’annonce de la séance.

MutEC, acronyme de « Mutualisation pour les éditions critiques et les corpus », est un dispositif de partage créé à Lyon en 2007 qui paraît un exemple emblématique de l’émergence des nouveaux métiers liés aux humanités numériques. À l’occasion de la troisième séance du séminaire Digital Humanities de l’EHESS, le 4 décembre 2013, Maud Ingarao, ingénieure d’études à l’ENS de Lyon et spécialiste de l’édition numérique des sources textuelles à l’Institut d’histoire de la pensée classique (IHPC), a présenté cette expérience de mise en commun des compétences et des technologies, sous un titre qui indique la perspective choisie : « MutEC 2007-2013 : pourquoi nous avons inventé nos métiers ».

MutEC est apparu à un moment où l’on ne parlait pas encore de digital humanities. Maud évoque le projet comme une aventure « modeste » menée par l’Unité numérique de l’ENS-LSH (ensuite devenue Atelier des humanités numériques de l’ENS de Lyon) et le Service d’ingénierie documentaire de l’Institut des sciences de l’homme. Ce réseau à géométrie variable, soumis aux aléas de la motivation et des financements, a fini par trouver sa place et il est aujourd’hui possible de le regarder rétrospectivement comme une entreprise fondatrice. Ce que cette expérience met en lumière, c’est le besoin croissant de structurer en France une communauté au milieu des années 2000, à un moment où ce domaine était peu organisé en France : il n’y avait pas de plateforme comme Isidore, le TGE Adonis (désormais intégré à Huma-Num) était à ses débuts, Open Edition n’existait pas et les réseaux sociaux n’étaient pas encore massivement en usage de notre côté de l’Atlantique. Faute de lieux et d’institutions, les échanges étaient bien plus difficiles ; il faut le rappeler maintenant qu’un projet de MutEC peut être commenté sur Twitter aussitôt publié.

Citant les travaux de Yves Clot et Philippe Davezies sur la clinique du travail [2], Maud Ingarao a souligné à plusieurs reprises la nécessité de nommer son travail, de le définir et lui donner des structures, pour sortir enfin de la frustration qu’engendre une nomenclature inadaptée aux activités des ingénieurs d’étude. Il s’agit au fond de sortir du piège de mots vagues comme « outil » ou « site Web », ce dernier terme étant aussi peu utile que l’expression « support papier » dans l’univers du livre, alors qu’un site est un « objet éditorial non identifié », riche et complexe. Il est plus pertinent de se demander quelles opérations sont effectuées, c’est-à-dire de mieux définir les métiers du numérique. Une seconde frustration peut dériver d’un manque de structures permettant de mutualiser les problèmes rencontrés. En effet, comme les enjeux normatifs jouent dans la qualité du travail, sans des lieux et des moments pour mettre en commun un problème, trancher en faveur d’une solution peut s’avérer une tâche bien lourde.

MutEC a commencé par créer des guides de bonnes pratiques : un guide généraliste, pensé pour les chercheurs qui voulaient se lancer dans le traitement d’un corpus numérique, puis un guide d’encodage plus approfondi. C’était l’occasion de discussions sur ce que sont un bon corpus numérique et une bonne édition critique numérique. La structuration qui a accompagné cette première expérience et les suivantes a permis de débattre et d’élaborer les normes des nouveaux métiers qui commençaient à voir le jour dans le domaine désigné par le nom de digital humanities. Les problèmes à résoudre concernaient d’abord l’identification des corpus numériques, la localisation et le référencement des sources, l’obtention des droits, le passage vers la numérisation des données, la définition des formats, la diffusion et la conception Web, l’extraction des données à partir du corpus et, enfin, la question du front-end et de l’accessibilité. Autant de problèmes, autant de compétences spécifiques qui ne peuvent être mises en œuvre efficacement si l’on suit le principe courant « un projet – un ingénieur » : quand on est seul, on peut difficilement conceptualiser l’action. Le principe d’un travail en binôme (peer programming) sur chaque projet a donc été adopté, ce qui a permis en réalité d’augmenter le nombre de projets suivis par un même ingénieur. Changer de rôle dans chaque projet permet également de prévenir le risque de l’hyperspécialisation.

Mais ce dispositif a vu le jour aussi grâce à la rencontre de plusieurs acteurs : l’Atelier des humanités numériques de l’ENS de Lyon et le Service d’ingénierie documentaire de l’Institut des sciences de l’homme, soit quatre laboratoires (IHPC, Triangle, Ciham et Lire)  impliqués dans des projets d’édition critique numérique. Le projet MutEC a été proposé au TGE Adonis. Il comprenait alors un programme d’animation de la communauté articulé en quatre volets : organiser un atelier de gestion de projets et de retour d’expérience au sujet des corpus numériques, un atelier consacré aux logiciels, pour mettre en commun les tests, la réalisation de guides pratiques et l’organisation d’ateliers de formation, qui faisaient alors défaut.

Un an après, en 2008, MutEC a rencontré le projet Plume, projet interdisciplinaire qui répond à la nécessité, dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche, de promouvoir l’usage et le développement de logiciels spécifiques. Il fallait une plateforme pour décrire ces usages et mieux définir les besoins. Dans le projet Plume, les sciences humaines et sociales n’étaient pas représentées : MutEC a pris en charge ce secteur disciplinaire.

Maintenant que les activités liées aux humanités numériques sont foisonnantes, qu’Huma-num et les consortiums se développent, bref, dans un paysage qui a énormément changé, l’aventure de MutEC a-t-elle encore un sens ? Pour Maud Ingarao, la souplesse du projet peut permettre, dans un cadre moins prescriptif, d’emprunter de nouvelles pistes. L’appui récent du Centre Blaise-Pascal, centre informatique exclusivement consacré à l’appui de la recherche qui fournit un soutien technique « sans conditions » pour la mise en place d’environnements de développement sur mesure, est une brique de plus, importante, pour continuer les expérimentations pratiques. Le dispositif de mutualisation à l’échelle régionale semble un modèle pertinent, dont on pourrait s’inspirer dans d’autres régions, car il répond à un réel besoin de partage entre acteurs locaux.

Pour écouter l’enregistrement de la séance

Pour voir les diapositives de la séance

 

  1. Pour la séance sur le livre de Fred Turner, le lien avait été ajouté au début de l’annonce.
  2. Cf. notamment Yves Clot, Le Travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux, La Découverte, 2010.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *