DH EHESS : Aux sources de l’utopie numérique | Compte rendu

Voir l’annonce de la séance

La séance d’ouverture du séminaire Digital Humanities de l’EHESS, animée par Aurélien Berra et Pierre Mounier le 2 octobre 2013, a été consacrée à la discussion du livre de Fred Turner From Counterculture to Cyberculture. Stewart Brand, the Whole Earth Network, and the Rise of Digital Utopianism (University of Chicago Press, 2006), dont la traduction française est parue en 2012 chez C&F Éditions [1].

Si la préface (PDF) de Dominique Cardon à l’édition française propose une lecture principalement politique de l’ouvrage, il s’agissait dans cette séance de mettre en résonance le travail de Turner avec le développement des digital humanities en France et dans le monde. Ainsi, le choix de retracer le parcours biographique de Stewart Brand permet de situer les humanités numériques dans un cadre plus vaste, dans une tradition ayant ses impensés et ses héritages. Le développement de ce que Turner appelle « l’utopie numérique » est donc analysé à partir d’une individualité exemplaire, celle du créateur du Whole Earth Catalog – que certains voient comme l’ancêtre de papier du Web – et co-fondateur de la première communauté virtuelle, le WELL, du Global Business Network, qui a permis aux milieux d’affaires de s’approprier la métaphore du réseau dans le domaine économique, ainsi que du célèbre magazine technophile Wired.

Se focalisant sur ce « maître du réseau », Fred Turner écarte la vulgate selon laquelle Internet, issu de l’utopie colorée des hippies en même temps que du monde universitaire, aurait fini par trahir ses idéaux originels en prenant une tournure commerciale : il montre au contraire que cette évolution a de multiples causes de nature sociale. Les notions de zone d’échange (trading zone, emprunt à Peter Galison) et de forum-réseau sont celles qui permettent à Turner de décrire ces entrecroisements de milieux et d’individus. Internet n’est pas idéologiquement neutre, nous dit Turner, et c’est pour cela que l’histoire particulière de la culture qui s’est formée depuis le début du xxᵉ siècle dans la Bay Area de San Francisco nous concerne aujourd’hui. Les valeurs qui sont à sa base se reflètent dans la manière dont le numérique est pensé, construit et pratiqué.

La théorie cybernétique naît des besoins issus de la Seconde Guerre mondiale et de la construction du complexe militaro-industriel américain (cf. Arpanet). Mais la contre-culture qui s’est nourrie de cette théorie combat aussi le modèle taylorien d’organisation du travail, à son apogée dans les années 1950. La culture numérique qui émerge de ce cadre mêlera ces éléments, avec des modes d’organisation non hiérarchique, basés sur l’association libre et interdisciplinaire. C’est pourquoi le moment néo-communaliste de la parenthèse hippie ou l’expérience du Rad Lab – laboratoire du MIT créé pendant la guerre qui constitue selon Turner l’ancêtre du Media Lab de Negroponte – sont essentiels dans cette histoire : comme toute technologie qui se diffuse, le paradigme numérique véhicule une tradition et des formes sociales particulières.

En suivant le fil de la biographie de Stewart Brand, c’est le portrait d’une génération que dessine Turner. Brand, biologiste de formation, entre en contact à Stanford avec la théorie cybernétique par l’intermédiaire de l’enseignement de Paul Ehrlich, qui applique la théorie des systèmes au monde vivant ; puis, comme d’autres graduates qui cherchent à retrouver une harmonie et une authenticité de vie dans la campagne, il rejoint le mouvement hippie. Sa première création, le Whole Earth Catalog, répond aux besoins de ces citadins qui se retrouvent fermiers et ne savent pas comment mettre en pratique leur ambition messianique. Puis la communauté éclate et, peu après, Brand imagine avec Larry Brilliant le WELL (the Whole Earth ’Lectronic Link), un système de téléconférence qui permettait l’échange de messages en temps réel ou en différé, pour lequel Brand a mis à contribution son carnet d’adresses, source de testeurs et d’utilisateurs potentiels. Une préfiguration du Web 2.0 en 1985, en somme, dont la communauté de départ était composée d’acteurs de la contre-culture, de hackers et de journalistes qui faisaient partie du réseau du Catalog.

Dans cette période, le contexte économique de la Bay Area favorisait la montée en puissance des modèles d’organisation économique en réseau et le développement du travail freelance. Les chances de trouver un emploi étaient étroitement liées à la capacité d’échanger de l’information et de construire des réseaux : c’est ce qui donne à l’activité économique une importance centrale comme espace de changement social et conduit Brand à se lancer dans l’aventure du Global Business Network.

C’est sur le WELL que Louis Rossetto, Jane Metcalfe, John Plunkett et Barbara Kuhr organisèrent une conférence pour recruter l’équipe de rédaction de Wired, et c’est grâce au Global Business Network qu’ils trouvèrent les premiers fonds pour le magazine. Ces réseaux d’interconnaissance fusionnaient des éléments de contre-culture avec la nouvelle organisation économique globale.

C’est à ce point du récit de Fred Turner que la pensée cybernétique se mêle à une pensée républicaine anti-étatique et dérégulatrice. Le magazine Wired, propulsé par un militant républicain, Louis Rossetto, qui se définissait comme un « anarchiste-libertarien », arrive dans ce panorama et donne une visibilité aux alliances qui se font, au sein de réseaux sociaux exclusifs, entre science, technologie, économie, pensée de la société et pensée politique. C’est dans cette cohérence idéologique que la notion d’utopie numérique prend tout son sens.

Wired est le lieu de la rencontre de deux traditions intellectuelles, l’anti-étatisme et la vision néo-communaliste d’un ordre social idéal, avec les bouleversements technologiques, économiques et politiques des États-Unis à la fin du xxᵉ siècle. Du reste, le réseau du Whole Earth Catalog était marqué par une ambiguïté originelle qui en a accompagné tous les développements. Qu’en est-il de cet héritage qui a imprégné également les technologies élaborées dans la Silicon Valley et qui font partie de notre environnement quotidien ?

Dans les manifestes des Digital Humanities – depuis celui de UCLA en 2009, en passant par le manifeste français de 2010, où le mot « communauté » est employé quinze fois, jusqu’au manifeste de DHIHA en 2013 sur les jeunes chercheurs – s’affiche clairement la filiation avec une culture issue des communautés virtuelles et leur mode de structuration autour des valeurs d’ouverture, de collaboration, de collégialité, de connexion et d’expérimentation [2]. Mais nous voyons aussi que ce mouvement se fait dans un contexte social plus large, européen, qui met en mouvement d’autres acteurs au sein de différents champs sociaux.

Nous sommes arrivés à un point où il est nécessaire de savoir de quelle façon, et suivant quel modèle de société, le travail scientifique se reconfigure sur notre continent. Est-il légitime de voir dans les humanités numériques un cheval de Troie qui introduit dans le champ académique une nouvelle organisation du travail par projet ? Turner rappelle dans son ouvrage qu’il n’y a pas de déterminisme technologique et montre qu’il faut un projet politique pour que les outils puissent entraîner des changements institutionnels. Que voulons-nous faire des humanités numériques en Europe ? Faut-il créer des centres de recherche spécifiques au risque de l’isolement ou faut-il continuer à travailler de l’intérieur des différentes disciplines pour les faire évoluer ? Ce sont certaines des questions que nous avons posées durant la discussion que vous pourrez écouter.

De cette séance nous retenons notamment qu’il est temps de tirer le fil de notre histoire propre et de penser l’institutionnalisation des humanités numériques comme un nouveau point de départ. Think different ? Il nous faut comprendre en quoi ce slogan concerne aussi le monde de la recherche et de l’enseignement.

Pour écouter l’enregistrement de la séance

Pour voir les diapositives de la séance

  1. Outre l’émission citée dans l’annonce de la séance, vous pouvez lire l’entretien de Hervé Le Crosnier avec David Dufresne : « Stewart Brand : aux sources (troubles) de la (belle) utopie numérique ».
  2. Voir Spiro Lisa, « “This Is Why We Fight” : Defining the Values of the Digital Humanities », dans Matthew K. Gold (éd.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012, p. 16‑35.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *