DH EHESS : Digital Past | Compte rendu

Voir l’annonce de la séance.

La quatrième séance du séminaire Digital humanities de l’EHESS concernait le livre de Peter Haber Digital Past. Geschichtswissenschaft im digitalen Zeitalter (Munich, Oldenbourg, 2011). Discuter cette synthèse sur l’histoire et les usages présents du numérique dans la discipline historique était aussi une occasion de rendre hommage à l’auteur, disparu le 28 avril 2013. La séance était animée par Aurélien Berra et Mareike König.

Dans le souvenir de Mareike König, Peter Haber était un chercheur mesuré, avec qui il paraissait impossible de se disputer, investi en historien dans la question des effets du numérique sur les pratiques actuelles de sa discipline. La maladie l’ayant emporté trop tôt, il ne put faire profiter la communauté scientifique de travaux ultérieurs.

Digital Past est une thèse d’habilitation, publiée en 2011. C’est un travail qui fut nourri par le blog associé depuis 2005 au site hist.net, fondé par Haber et Jan Hodel dès 1999. Son texte est ainsi participatif, en quelque sorte, le blog ayant eu un rôle préparatoire, et suscitant des contacts avec des collègues de divers pays, dans les commentaires, par courriel et par visioconférence. Haber avait abordé, lors de sa thèse de doctorat, le sujet des juifs d’origine hongroise sous l’angle de l’intégration socio-culturelle d’une minorité. Il a changé de sujet pour son l’habilitation, comme le système universitaire germanique le demande. Déjà investi dans les questions du numérique, Haber a ainsi livré au public une synthèse accessible aux non-spécialistes, sans jargon, qui couvre les grandes étapes de l’entrée de l’ordinateur dans la pratique de l’histoire et les changements que cela a entraînés. La bibliographie présentée dans le livre constitue pour tous un outil précieux pour s’orienter dans l’univers germanophone des digital humanities, quoique des lacunes puissent être relevées (par exemple, le portail Historikum.net n’est pas cité).

La séance a été l’occasion de parcourir le texte, qui n’est pas traduit en français. Haber fut dès les années 1990 un promoteur de l’usage d’Internet à des fins de recherche : la création du portail hist.net et sa contribution à la naissance de l’agrégateur de publications en ligne Global Perspectives on Digital History démontrent sa volonté constante de promouvoir l’usage de toutes les technologies à disposition de la recherche en histoire sociale et culturelle. Suivant un fil qui part du premier étonnement de la communauté scientifique, il commence par évoquer la période de lancement de l’histoire numérique avec la constitution d’une nouvelle « République des Lettres » et des premiers catalogues en ligne. Une des questions fondamentales concerne alors les compétences et la maîtrise des outils requises pour un historien d’aujourd’hui, mais aussi la question de la data driven history, dont Haber a parlé lors du colloque DHLU à Luxembourg en mars 2012 : l’interrogation porte ici, notamment, sur la mise en données et les transformations dues à l’hypertexte dans la narration historique.

L’autre thème très présent dans l’ouvrage est celui de l’impact de cette « nouvelle encyclopédie » qui se constitue sur la toile, et dont Wikipedia est l’emblème, et de sa signification pour un historien. Le fantasme de la bibliothèque d’Alexandrie revient avec l’Internet et un nouveau rapport s’instaure entre les citoyens et les historiens, dans la mesure où – potentiellement ou dans les faits – tout le monde est impliqué dans la production de l’histoire, de même que les discussions qui conduisent à l’élaboration d’un texte peuvent être consultées et que les différentes versions linguistiques peuvent être confrontées.

Se demandant comment les sciences humaines et sociales en général, et l’histoire en particulier, se sont numérisées, Haber rappelle de quelle façon ces changements ont affecté l’ordre du savoir : l’illusion de pouvoir « tout savoir » a été recréée et les notions d’information, de connaissance et de savoir prennent de nouveaux contours. C’est en traitant de ces effets des technologies numériques, notamment du risque accru de perdre le contexte d’un document, que la dimension critique de Digital Past s’exprime.

La réflexion porte également sur les moyens de retrouver ce savoir et de naviguer dans cette nouvelle encyclopédie, processus que Haber appelle « l’heuristique de la requête ». Si les catalogues des bibliothèques créaient une cohérence de l’espace informationnel, cette cohérence serait perdue avec le numérique, d’où l’intérêt des bibliographies en ligne et des portails thématiques. En plus de recenser les contenus, de tels projets prennent acte du fait que les publications ne se distinguent plus nettement de la littérature grise.

Avec Digital Past, Peter Haber a donc légué une base pour réfléchir à une redéfinition de la pratique de l’historien et aux modifications de l’écriture, pour comprendre à nouveaux frais le statut de l’auteur et les conditions actuelles de production des textes numériques par la collaboration et l’interactivité : l’ordinateur, de machine à calculer, est devenu une machine à écrire partagée. Passant par les questions de l’Open Access, du contrôle de la qualité après publication, de la recherche, du catalogage et de la visualisation des données, Peter Haber rappelle que cela fait quarante ans que le numérique est entré dans l’écriture de l’histoire. D’une façon réflexive, l’historien tente ainsi de saisir l’évolution de sa discipline.

Pour écouter l’enregistrement de la séance

Pour voir les diapositives de la séance


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *