DH EHESS : Kinsources, généalogie et recherche collaborative | Compte rendu

Voir l’annonce de la séance

Le 5 février 2014, pour la cinquième séance du séminaire Digital Humanities de l’EHESS, Pascal Cristofoli, ingénieur de recherche au Laboratoire de démographie et d’histoire sociale de l’EHESS et ingénieur associé à l’INED, et Olivier Kyburz, maître de conférences en ethnologie à l’université Paris-Ouest et l’un des principaux artisans du projet Kinsources, sont venus présenter le portail mis en ligne en novembre 2013. Kinsources constitue un nouvel outil de recherche en anthropologie visant à stocker, partager, analyser et comparer des bases de données sur la parenté.

Kinsources est le prolongement d’un projet qui remonte à la fin des années 1990, lorsque Michael Houseman invita Douglas R. White à l’École pratique des hautes études pour présenter P-graph, un outil de représentation graphique des réseaux sociaux. Depuis, des relations de plus en plus étroites se sont nouées autour de l’intérêt commun pour le développement d’outils informatiques dédiés à l’analyse de la parenté, ce qui a débouché sur la constitution du groupe TIP (Traitement informatique de la parenté) et au développement du logiciel PUCK, qui permet de décrire une relation, par exemple le mariage, mais aussi une transaction, à l’intérieur d’un réseau donné. À la base du développement de Puck, on trouve un mode d’analyse des systèmes de parenté qui s’attache aux relations plutôt qu’aux individus. Ce logiciel a rendu possible une collaboration fructueuse entre anthropologues et historiens, l’interdisciplinarité ayant donné l’occasion d’intégrer au projet les questionnements et les exigences propres à chaque discipline.

Si Puck établit des corpus, le rôle de la plateforme Kinsources est de collecter ces corpus et d’autoriser leur partage, en respectant un certain nombre de garanties de qualité : le libre accès, la pérennité des données, le contrôle de la qualité des données et la mise à disposition d’outils d’analyse et de vérification automatisée de leur validité formelle. Partager les corpus est le moyen en premier lieu de les archiver, en gardant la mémoire des travaux déjà réalisés, mais surtout de les comparer ou de les compléter, d’approfondir leur étude, d’interroger les terminologies et de spatialiser les données. Intérêts documentaire et analytique donc, mais aussi intérêt pédagogique : en analysant les corpus, il est possible d’en détecter les défauts et les limites, dans le but d’affiner les méthodes de collecte et de saisie.

Kinsources se présente ainsi comme un outil destiné à tirer parti du caractère cumulatif du travail scientifique. Cependant, il amène aussi le chercheur à s’interroger sur l’auctorialité, la publication des corpus, la reconnaissance académique du travail de collecte et de saisie des données, sans oublier la question de leur hébergement. C’est pourquoi le projet dispose d’un conseil scientifique, qui examine notamment ce qui concerne la visibilité des données, publiques ou privées. Reste ouverte la question d’un format spécifique pour les corpus – puisque les efforts se sont concentrés jusqu’ici sur la modélisation des données et non pas sur leur stockage –, mais la plateforme propose la conversion entre différents formats.

Parmi de nombreux autres intérêts, soulignés dans l’enregistrement de la séance, le projet Kinsources met en évidence deux points importants : l’apport des historiens aux préoccupations initiales des anthropologues, grâce auquel Puck a été perfectionné et de nouvelles fonctionnalités ont été développées ; la possibilité d’étendre maintenant l’analyse à d’autres types de relations, ou de croiser ces différentes relations, l’interdisciplinarité étant le moteur d’une montée en généralité des réflexions sur ce que l’on peut demander à l’outil. En donnant une plus grande visibilité aux corpus, Kinsources entend entretenir cette dynamique du travail collaboratif.

Pour écouter l’enregistrement de la séance

Pour voir les diapositives de la séance


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *