L’épistémologie problématique des humanités numériques

Le 26 mai dernier, j’ai participé à un colloque dont je trouve décidément excellent l’intitulé en forme de slogan : « DHnord2014. Humanités numériques : des outils, des méthodes, une culture ». Le site créé pour l’occasion fait allusion aux couleurs et aux polices typiques des interfaces en ligne de commande. Mieux, l’équipe de la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) et deux étudiants de l’université Lille III l’ont intelligemment alimenté pour préparer le colloque, puis pour en rendre compte. On y trouve maintenant les enregistrements vidéo des interventions. Cela me permettra d’en écouter certaines auxquelles je n’ai pas pu assister, comme la table ronde qui réunissait Milad Doueihi, Louise Merzeau et Pierre Mounier. Cela me permet de vous proposer ici ma propre conférence, « Connaître aujourd’hui. L’épistémologie problématique des humanités numériques » (1 h 10 min ; l’intervention commence à 7 min 20 s).

2014-05-26_dhnord2014_berra

Avant d’aborder cette question fondamentale – ou d’affronter ce serpent de mer ? –, voici le résumé que j’avais transmis.

Si l’épistémologie a pour rôle de dire comment nous connaissons ce que nous connaissons, les façons d’envisager le sujet connaissant et sa relation avec ses objets varient selon les époques et les champs de savoir. On peut alors renoncer aux programmes d’unification théorique du champ scientifique et faire le constat du pluralisme des méthodes, à l’intérieur même des disciplines. Cela n’est pourtant pas entièrement satisfaisant face au phénomène complexe que désignent les humanités numériques, tour à tour considérées comme communauté de pratique, espace de dialogue et laboratoire de théories adaptées à notre temps. De fait, pour identifier leur spécificité – pour leur donner aussi une légitimité, au delà de la rhétorique de la révolution numérique –, on évoque souvent l’émergence d’une nouvelle épistémologie.

Une telle épistémologie est-elle seulement possible ? Le champ est-il trop hétérogène pour qu’on y discerne un mode de connaissance propre ? Est-il trop tôt pour le faire, parce qu’il manquerait de maturité ou de réflexivité ? Les digital humanities imposent de prendre en compte les médiations matérielles de la connaissance et invitent à regarder nos activités savantes dans la perspective de l’histoire des sciences et des techniques. Elles revendiquent souvent le fait d’être orientées vers la construction. Sont-elles fondées sur un rapport particulier entre la pratique et la théorie ?

À travers ces questions, plutôt qu’à un nouveau paradigme, je propose de réfléchir à l’intérêt de décrire les éléments d’une culture épistémique.

La vidéo intègre les images que je projetais. Pour l’accompagner, il me paraît cependant utile d’expliciter certaines des références qui apparaissent au fil de mon propos et de donner les liens des documents en ligne. (Ceci n’étant pas une bibliographie, je n’y mentionne pas d’autres références plus attendues, prénumériques ou non : Aristote, Bachelard, Comte, Descartes, Dilthey, Durkheim, Feyerabend, Foucault, Kant, Lakatos, Latour, McGann, Otlet, Platon, Quine, Rastier, Schlick, Shillingsburg et quelques autres – dont la diversité reflète bien la complexité de ce sujet méta-disciplinaire.)

  • « Il n’y a pas de tabula rasa. Nous sommes comme des marins forcés de reconstruire leur navire en pleine mer […]. » Otto Neurath, « Protokollsätze », Erkenntnis, 3, 1932-1933, p. 206.
  • Caspar David Friedrich, Der Wanderer über dem Nebelmeer, 1818.
  • Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982.
  • Thomas Kuhn, The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, University of Chicago Press, 1962.
  • William Pannapacker, « The MLA and the Digital Humanities », The Chronicle of Higher Education, 28 décembre 2009 [].
  • Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Paris, Raison d’agir, 2001.
  • Roman Jakobson, « Linguistique et poétique », dans Essais de linguistique générale, trad. Nicolas Ruwet, Paris, Seuil, 1970 (1960), p. 209‑248.
  • Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage, 4ᵉ éd., Paris, Armand Colin, 1999.
  • Vannevar Bush, « As we may think », The Atlantic Monthly, 176, 1, 1945, p. 101‑108 [].
  • Carlo Ginzburg, « Spie. Radici di un paradigma indiziario », dans Umberto Eco et Thomas A. Sebeok (éd.), Il segno dei tre. Holmes, Dupin, Peirce, Milan, Bompiani, 1983 ; Carlo Ginzburg, « Spie. Radici di un paradigma indiziario », dans Miti, emblemi, spie. Morfologia e storia, Turin, Einaudi, 1986, p. 158‑209.
  • Jean-Marc Ferry, « Le paradigme indiciaire », dans Denis Thouard (éd.), L’Interprétation des indices. Enquête sur le paradigme indiciaire avec Carlo Ginzburg, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007, p. 91‑102.
  • Charles Percy Snow, The Two Cultures, Cambridge, Cambridge University Press, 2000 (1959).
  • Jean-Paul Laumond, La Robotique : une récidive d’Héphaïstos, Collège de France, 2012 [].
  • Bethany Nowviskie, « On the origin of “hack” and “yack” », 8 janvier 2014 [].
  • John Unsworth, « Scholarly primitives. What methods do humanities researchers have in common, and how might our tools reflect this ? », Humanities Computing : Formal Methods, Experimental Practice, King’s College, London, 2000 [].
  • Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Marseille, OpenEdition Press, 2014 [].
  • Aurélien Berra, « Faire des humanités numériques », dans Pierre Mounier (éd.), Read/Write Book 2. Une introduction aux humanités numériques, Marseille, OpenEdition Press, 2012, p. 25‑43 [].
  • Willard McCarty, Humanities Computing, Houndmills, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2005.
  • Claire Brossaud et Bernard Reber (éd.), Humanités numériques. 1. Nouvelles technologies cognitives et épistémologie. 2. Socio-informatique et démocratie cognitive, Paris, Lavoisier, 2007.
  • Susan Schreibman, Raymond Siemens et John Unsworth (éd.), A Companion to Digital Humanities, Oxford, Blackwell, 2004.
  • Jeffrey Schnapp, Todd Presner et UCLA Digital Humanities & Media Studies Seminar, Digital Humanities Manifesto 2.0, 2009 [].
  • THATCamp Paris 2010, Manifeste des Digital Humanities, Paris, Centre pour l’édition électronique ouverte, 2010 [].
  • Johanna Drucker, « Humanistic Theory and Digital Scholarship », dans Matthew K. Gold (éd.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012, p. 85‑95 [].
  • Stephen Ramsay et Geoffrey Rockwell, « Developing Things : Notes toward an Epistemology of Building in the Digital Humanities », dans Matthew K. Gold (éd.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012 [].
  • Anne Burdick, Johanna Drucker, Peter Lunenfeld, Todd Presner et Jeffrey Schnapp, Digital_Humanities, Cambridge, MIT Press, 2012 [].
  • Adam Kirsch, « Technology Is Taking Over English Departments. The False Promise of the Digital Humanities », 2 mai 2014 [].
  • Franco Moretti, Graphs, Maps, Trees. Abstract Models for a Literary History, Londres, Verso, 2005.
  • Franco Moretti, Distant Reading, Londres, Verso, 2013.
  • Tom Scheinfeldt, « Where’s the Beef ? Does Digital Humanities Have to Answer Questions ? », dans Matthew K. Gold (éd.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012 [].
  • Lorraine Daston, « Whither Critical Inquiry ? », Critical Inquiry, 30, 2, 2004, p. 361‑364.
  • Karin Knorr-Cetina, Epistemic Cultures : How The Sciences Make Knowledge, Cambridge, Harvard University Press, 1999.
  • Stephen Ramsay, « On Building » [].
  • Stephen Ramsay, Reading Machines. Toward an Algorithmic Criticism, Urbana, University of Illinois Press, 2011.
  • Matthew Kirschenbaum, « Digital Humanities As/Is a Tactical Term », dans Matthew K. Gold (éd.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012 [].
  • Brett Hirsch (éd.), Digital Humanities Pedagogy : Practices, Principles and Politics, Open Book Publishers, 2012 [] (citation d’Harold Short dans son introduction, n. 50).
  • Paradoxe du navire de Thésée.

Je reviendrai à ce thème, non seulement pour donner forme à ce que je n’ai pas eu le temps de dire (ou de lire et de penser), mais aussi parce que le petit livre que je rédige avec Björn-Olav Dozo et Pierre Mounier, Qu’est-ce que les humanités numériques ?, évoquera évidemment la question de l’épistémologie. Je serai donc très heureux de recevoir vos commentaires, aussi bien sur ce carnet que dans des conversations électroniques ou de vive voix. Que pensez-vous de cette esquisse de panorama critique ?

friedrich_der_wanderer_uber_dem_nebelmeer_1818


Une réflexion au sujet de « L’épistémologie problématique des humanités numériques »

  1. Ping : L'épistémologie problémati...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *