Séminaire DH EHESS 2013-2014 : compte rendu

Voici le compte rendu du séminaire « Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs » de l’année 2013-2014, tel qu’il sera publié sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales.

L’exploration collective se poursuit cette année : vous pouvez consulter le calendrier des séances et le programme général du séminaire 2014-2015.

2014-10-06_dhehess_2013-2014_voyant_cirrus

« Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs »
Compte rendu du séminaire 2013-2014
Aurélien Berra, Marin Dacos, Pierre Mounier

Durant sa cinquième année, le séminaire a poursuivi l’exploration d’un domaine de recherche et d’enseignement dont le dynamisme continue de s’affirmer. Le séminaire fait alterner le commentaire critique de textes importants, la présentation de projets achevés ou en cours et l’exploration de la dimension internationale des digital humanities, qui sont traversées par des variations culturelles souvent négligées. Dans la plupart des cas, ces séances sont un dialogue avec des invités, acteurs ou observateurs du champ des humanités numériques.

Les séances du cycle « Lectures » ont permis de mettre au jour des dimensions méconnues ou peu discutées au sein du champ : le sous-texte politique qui porte la « révolution numérique » dont les digital humanities sont une des manifestations (Fred Turner, Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, C&F édition, 2011, ouvrage présenté par Aurélien Berra et Pierre Mounier) ; la question de la pédagogie (du) numérique (Brett D. Hirsch (éd.), Digital Humanities Pedagogy : Practices, Principles and Politics, Open Book Publishers, 2012, ouvrage présenté par Aurélien Berra) ; les transformations de la discipline historique depuis les commencements de son informatisation dans les années 1960 (Peter Haber, Digital Past. Geschichtswissenschaft im digitalen Zeitalter, Munich, Oldenbourg, 2011, ouvrage présenté par Aurélien Berra et Mareike Koenig).

Les séances du cycle « Projets » ont permis de s’interroger sur la question de l’articulation du scientifique et du technique, dans la matérialité des travaux numériques, mais aussi sur leurs enjeux épistémologiques, à travers la présentation de MutEC (Maud Ingarao), initiative originale de « Mutualisation pour les éditions critiques et les corpus », visant à mettre en commun les compétences et les technologies au service des éditions critiques numériques, qui s’est développée en région Rhône-Alpes depuis 2007, et de Kinsources (Pascal Cristofoli et Olivier Kyburz), outil de recherche en anthropologie de la parenté, qui renouvelle les façons de stocker, partager, analyser et comparer des jeux de données. Dans la séance où il a exposé ses travaux, Manuel Zacklad a directement adopté une approche épistémologique en analysant les rapports qu’entretiennent les théories du document et l’organisation des connaissances dans les projets d’humanités numériques.

Les séances du cycle « L’Europe des Digital Humanities » avaient pour rôle d’éclairer les histoires et les situations de différents pays. Dans la continuité de celles que nous avions organisées les années précédentes, elles ont fait apparaître notamment des enjeux professionnels et institutionnels. La Suisse francophone (présentée par Claire Clivaz et Frédéric Kaplan) se construit ainsi sur une complémentarité, qui est en même temps une tension, entre une institution traditionnelle de recherche et d’enseignement en sciences humaines et sociales, l’université de Lausanne, et une école d’ingénieurs, l’École polytechnique fédérale de Lausanne, qui s’engage fortement dans le champ avec sa culture et ses ressources spécifiques. L’Allemagne (pays présenté par Anne Baillot et Claudine Moulin) se distingue par la richesse de ses contributions et la diversité de ses équipes, mais dans un contexte académique dont le conservatisme freine la greffe de ce domaine nouveau au sein des institutions elles-mêmes. Du reste, les mêmes difficultés se manifestent en Espagne (pays présenté par Elena González-Blanco), bien qu’une forte tradition philologique et linguistique y ait mobilisé les outils informatiques depuis plusieurs décennies ; ces travaux semblent d’ailleurs peu connus en dehors du monde hispanique, en particulier dans le monde anglophone des digital humanities, phénomène mis en évidence l’année passée dans le cas de l’Italie. La structuration du monde hispanique autour d’une association nationale dont le périmètre englobe en réalité l’ensemble des pays hispanophones est pourtant susceptible de changer cette situation. L’intégration – aussi prometteuse que problématique – de ces différents niveaux nationaux et transnationaux a été un thème récurrent de cette année, qui voyait également la gestation de l’association francophone des humanités numériques, Humanistica. Les séances internationales ont bénéficié du soutien du Campus Condorcet. La séance consacrée à l’Espagne a été organisée à Aix-en-Provence, à la Maison méditerranéenne des Sciences de l’homme, en partenariat avec le Labex MED.

Annonces et comptes rendus sont en ligne sur le carnet Philologie à venir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *