Day of DH 2011 : matière et mémoire

Sous ce titre ambitieux, je signale simplement que le Day in the Life of Digital Humanities de cette année a donné lieu à plus d’un millier de billets sur les 230 carnets éphémères ouverts à cette occasion. Après une légère révision de la part des organisateurs, destinée à assurer la cohérence formelle et la déontologie des textes, l’ensemble deviendra une archive permanente ouverte à tous et fournira ainsi un instantané de l’état du champ. Ma contribution au Day of DH comprenait notamment une liste des carnets d’Hypothèses traitant des technologies ou des humanités numériques (voir A pleasurable daily duty). Voilà pour la mémoire.

En ce qui concerne la matière, je pense aux exploitations futures de ce corpus. Par un geste typique des humanités numériques, les données de 2011 sont devenues un objet d’étude dès le lendemain de l’événement, alors que bien des participants n’avaient pas encore mis à jour leur blog ni eu le temps de se lire les uns les autres. Dans sa Rapid analysis of three years of DHStéfan Sinclair a proposé et discuté des nuages de mots et un graphe fondé sur l’analyse de correspondances ; il a utilisé l’environnement d’analyse textuelle Voyeurs, qu’il développe en collaboration avec Geoffrey Rockwell. Plusieurs représentations intéressantes sont regroupées sur la page Visualizations du wiki (où les données brutes sont également disponibles). Vous y trouverez diverses formes de visualisation : timeline, visual analytics, word cloud, word tree, phrase net et autres clusters.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *