Séminaire 2010-2011 : compte rendu

Voici le compte rendu du séminaire « Textes anciens et humanités numériques » (2010-2011), tel qu’il sera publié sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales. Bonne lecture !

Comme on le dit rituellement ailleurs : des commentaires ?

Dans l’étude des textes au moyen des technologies informatiques, les corpus grecs et latins occupent depuis longtemps une place spéciale. Aujourd’hui, alors même que les études classiques connaissent une crise majeure en Europe, la philologie se trouve confrontée au défi d’une réinvention de ses outils et, par conséquent, d’une redéfinition de ses méthodes, voire de ses fins. Le séminaire a poursuivi un double objectif : élaborer une perspective historique sur le champ des digital humanities, riche de plus d’un demi-siècle d’expérimentations, et engager une réflexion sur les enjeux de la philologie numérique, au delà de nos « incunables numériques ».

Ces cinq séances ont eu pour point focal la place et les conditions de l’interprétation dans les dispositifs savants du travail avec les textes. Les spécialistes qui font vivre les patrimoines textuels et intellectuels doivent avoir conscience des possibilités comme des déterminations technologiques nouvelles. Dans ce cadre, la forme de l’édition critique est une question ouverte, puisque ses normes (procédures de décision et de démonstration, autorité, pacte de lecture) sont en cours de transformation.

L’état des lieux théorique et le parcours bibliographique avaient la priorité cette année. La reconduction des conférences pour 2011-2012, sous l’intitulé « Édition savante et humanités numériques », permettra un approfondissement thématique et un élargissement de la démarche.

« Le sens de l’oxymore » : définition, histoire, enjeux des humanités numériques (8 décembre 2010 et 12 janvier 2011)

Compétences ancillaires, discipline émergente ou transdiscipline ? Nouvelles formes de polyvalence ou de collaboration ? Quel que soit le diagnostic épistémologique et pratique, on a avantage à regarder le computer comme le vecteur de contraintes créatrices. La nécessité d’être exhaustif, cohérent et explicite conduit potentiellement à réinventer les gestes du travail savant, qui apparaît ainsi plus évidemment comme une expérimentation et un effort de modélisation. Les humanités numériques sont alors l’application heuristique de l’informatique aux sciences humaines et sociales. Des éléments d’histoire ont précisé les enjeux de cette évolution, entre conservation du patrimoine et esprit d’invention : taille des corpus, alternance entre close reading et lecture assistée par ordinateur, droits de propriété, collaboration, statut des humanités dans la société. Notre temps est à la fois celui de l’institutionnalisation (standardisation, archivage et mutualisation) et des manifestes. — Références principales : A Companion to Digital Humanities, A Companion to Digital Literary Studies, G. Crane, S. Hockey, W. McCarty.

« Qu’est-ce qu’un texte ? » et « Quand lire, c’est faire » : transformations de la textualité et de l’acte de lecture (2 mars 2011)

Le texte, numérique ou non, n’est jamais une donnée brute. Outiller efficacement la lecture d’étude suppose de tenir compte des acquis théoriques concernant l’acte de lecture et la sémantique située, tout en tirant profit de caractéristiques désormais au premier plan comme la tabularité, l’hypertextualité et l’interactivité. L’encodage et la création d’un environnement de recherche sont les conditions de nos pratiques du texte (manipulation, annotation, partage et collaboration). — Références principales : A. Giffard, J. McGann, F. Rastier, A. Renear, D. Schmidt, C. Vandendorpe.

« Philologie à venir » : promesses et réalités de la philologie numérique (6 avril 2011)

L’histoire de l’édition savante électronique a ajouté plusieurs modèles à l’édition imprimée traditionnelle : la base de données, l’hypertexte et l’archive. Quelle sera la place de l’édition critique dans ce paysage encore instable ? — Références principales : J. McGann, P. Robinson, E. Vanhoutte.

« Le projet Athénée numérique » (4 mai 2011)

Cette séance de conclusion a examiné les problèmes et les promesses du texte numérique à travers l’exemple d’un projet en cours d’élaboration. — Présentation en collaboration avec Matteo Romanello (King’s College London et Deutsches Archäologisches Institut).

Voir sur ce carnet les références bibliographiques collectées au fil des séances.


3 réflexions au sujet de « Séminaire 2010-2011 : compte rendu »

  1. Ping : Séminaire 2010-2011 : compte rendu | Philologie à venir | Langues et Cultures de l'Antiquité | Scoop.it

  2. Ping : Philologie à venir | Edition critique et digital humanities | Scoop.it

  3. Ping : Séminaire 2010-2011 : compte rendu | Bloghistosphère | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *