Pour un Athénée numérique. Towards a Digital Athenaeus

À la page Athénée, vous trouverez le programme de la journée d’étude « Le papyrus et l’hypertexte. Athénée dans la cuisine du savoir – The Papyrus and the Hypertext. Athenaeus in the Scholarly Kitchen », organisée en mai 2012.

Depuis un peu plus d’un an, ce carnet est au service d’un séminaire consacré à l’édition et à l’érudition numériques. Il fonctionne encore essentiellement comme un moyen de liaison avec les participants du séminaire et de partage, avec tous les visiteurs, des références exploitées chemin faisant. Son modèle actuel est donc la combinaison d’un outil de diffusion et d’un site classique, malgré tout mon intérêt pour l’art du scholarly blogging dans sa tendance réflexive et conversationnelle.

(Je reviendrai bientôt à ce sujet, pour m’interroger sur mon propre tournant numérique, le nombre des billets restés à l’état de brouillons, les circonstances de mes premières années d’enseignant-chercheur en poste, le rôle de mes cultures scolaire et disciplinaire d’origine, l’efficacité de ma veille scientifique, les rapports entre ce carnet et mon activité sur Twitter, et autres questions de méthode à la fois personnelles et communes, privées et publiques, qui me paraissent de plus en plus importantes. En attendant, je pose ce bloc typographique comme une pierre d’attente et je salue la cristallisation de discussions récurrentes sur Hypothèses dans le carnet collectif Espaces réflexifs !)

Ce billet vient cependant compléter le propos explicite de Philologie à venir d’une autre manière. Si le séminaire permet de poser des questions générales et d’examiner les débats historiques ou actuels des humanités numériques, le projet Athénée numérique – Digital Athenaeus est le moteur même de mes découvertes, de mes apprentissages et de mes rencontres dans ce champ. Cet autre versant de mon intérêt pour les technologies numériques du texte est donc indissociable de l’orientation théorique et historique ; du reste, il est maintenant tout aussi intimement lié à ma pratique de lecteur des éditions savantes et d’artisan de l’édition critique, car on développe vite un regard numérique sur tout objet et tout instrument de recherche.

Au fil des étapes et des interventions à venir, ce projet en cours de conception sera la matière de quelques billets. Je signale la création d’une page Athénée sur ce carnet (voir le menu), où figureront des références et des liens pertinents. Je commence surtout par mentionner ici les occasions que nous avons eues, Matteo Romanello et moi-même, de présenter notre réflexion. Voici donc une rapide rétrospective des interventions, individuelles ou faites en commun, qui m’ont permis d’évoquer l’édition numérique d’Athénée.

  • « Éditer un texte grec aujourd’hui. À propos du projet Athénée numérique », journée d’étude « Technologies érudites de mise à disposition des savoirs : démarches actuelles et mises en perspective historique », Centre Alexandre-Koyré, 9 novembre 2011, Paris (site).
  • « The Critical Step in Open Content Greek : Towards a Digital Edition of Athenaeus » (avec Matteo Romanello), Text Encoding Initiative (TEI) Members’ Meeting and Annual Conference, 12-15 octobre 2011, université de Würzburg (site).
  • « Encoding Athenaeus », InterFace, 27-29 juillet 2011, King’s College et University College, Londres (site).
  • « Le projet Athénée numérique – Digital Athenaeus » (avec Matteo Romanello), séminaire « Textes anciens et humanités numériques », 6 mai 2011, EHESS, Paris (compte rendu).
  • « A Digital Edition of Athenaeus : Defining a Rationale » (avec Matteo Romanello), Classical Association Annual Conference, 15-18 avril 2011, Durham (site).
  • « The Two Bodies of the Hydra : Athenaeus’s Text and its Epitome », colloque « Texts Worth Editing », European Society for Textual Scholarship, 25-27 novembre 2010, Pise-Florence (site).

De fait, l’année 2011 a été importante dans l’élaboration intellectuelle de cette édition. Ce projet s’enracine pourtant dans les travaux antérieurs et en cours de nombreux digital humanists, chercheurs et ingénieurs, qui inventent la bibliothèque numérique dont nos patrimoines textuels ont un besoin urgent. Afin d’en donner une idée, je me contente de citer deux publications de Matteo qui découlent de son travail de doctorat et de sa collaboration avec l’équipe du Perseus Project.

  • Matteo Romanello, « The Digital Critical Edition of Fragments : Theoretical Problems and Technical Solutions », dans Paola Cotticelli (éd.), Linguistica e Filologia Digitale. Aspetti e Progetti, Turin, Edizioni dell’Orso, 2011, p. 147-157 (texte).
  • Matteo Romanello, Monica Berti, Federico Boschetti, Alison Babeu et Gregory Crane, « Rethinking Critical Editions of Fragmentary Texts By Ontologies », Milan, 2009 (texte).

Pour conclure ce billet d’introduction, notre communication au dernier congrès de la Text Encoding Initiative étant actuellement la formulation la plus complète de nos hypothèses, je vous propose tout simplement de prendre connaissance du projet en parcourant notre présentation, « The Critical Step in Open Content Greek : Towards a Digital Edition of Athenaeus ». Bonne lecture et merci d’avance de vos commentaires !

Postscript. Though this could and arguably should be a post in English as well, if you made your way to the blog I’m sure you can get the gist of this page. All comments will be most welcome!


5 réflexions au sujet de « Pour un Athénée numérique. Towards a Digital Athenaeus »

  1. Ping : LOFTS at DH2014 – Rethinking Text Reuse as Digital Classicists | archaeoINaction

  2. Ping : Pour un Athénée numérique....

  3. Ping : Fragmentary Texts » LOFTS at DH2014 – Rethinking Text Reuse as Digital Classicists

  4. Ping : Pour un Athénée numérique. Towards a Digital Athenaeus ... | Langues et Cultures de l'Antiquité : Actualités & références classiques | Scoop.it

  5. Ping : Pour un Athénée numérique. Towards a Digital Athenaeus | Philologie à venir | Bibliothèque des sciences de l'Antiquité | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *