Héroïsme numérique ?

La TEI entre dévotion et libertinage : analyse de structure de textes du XVIIᵉ siècle – tel était le titre prometteur de la journée d’étude à laquelle j’ai participé le 5 mars 2012 (annonce). Il s’agissait d’un bilan d’étape public pour les équipes de deux éditions critiques électroniques, la Vie de Michel de Marillac de Nicolas Lefevre de Lezeau et les Papiers de Guy Patin, travaux en cours de réalisation à l’École des hautes études en sciences sociales, dans le cadre du Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire (Grihl). Les principes adoptés pour la Vie de Marillac avaient été présentés en décembre dans une séance du séminaire ESHN. L’encodage des textes a largement progressé depuis et les questions abordées concernaient non seulement la préparation des documents et ses implications intellectuelles, mais aussi les modes de collaboration, en amont, et l’interface de navigation et d’analyse des données (avec une insistance sur les entités nommées et l’intertextualité), en aval. Ces résultats seront en ligne bientôt.

Les organisatrices, Nicole Dufournaud, Valérie Gratsac-Legendre et Cécile Soudan, avaient souhaité ouvrir la journée par trois interventions plus générales. Elles ont eu la gentillesse de m’inviter en compagnie de :

  • Lou Burnard, qui a présenté son point de vue sur l’histoire de la TEI et sur son inscription dans « l’évolution des méthodes et des pratiques » dans les sciences humaines et sociales – point de vue qu’il définit comme « constructiviste » et « herméneutique », ce qui suffirait à battre en brèche une conception plate des usages savants de la technologie informatique ;
  • Marjorie Burghart, qui a évoqué la constitution des digital humanities et leur lien avec les orientations intellectuelles de l’EHESS – par le biais de l’histoire quantitative, depuis Informatique et histoire médiévale, actes d’un colloque de 1975, et Les Toscans et leurs familles, publié en 1978.

Ces évocations des pionniers d’hier ou d’aujourd’hui et des dynamiques institutionnelles justifieraient à elles seules que je parle d’héroïsme… Cependant, le titre de ce billet reprend en substance celui de ma communication : « L’édition numérique savante, une entreprise héroïque ? ». Ce lien vous conduit vers la page des Dossiers du Grihl où vous trouverez mon diaporama. Dans ce qui suit, j’indique le fil de mon propos, afin de rendre intelligible le choix de mes images !

Pour ma part, je définissais cette intervention comme un interlude sérieux. Patrick Rebollar, l’un des maîtres d’œuvre des Recherches internationales sur les mazarinades (RIM), la qualifie d’« épistémologique », en résumant très bien mon propos :

Aurélien Berra a proposé une galerie mythologique de portraits de chercheurs appliquant la TEI aux corpus textuels, héros solitaires voués à l’échec ou au recommencement (tels Sisyphe), sauf lorsqu’ils agissent en groupe en créant une communauté ouverte et participative, ce qui est précisément le cas des RIM.

(La citation dans son contexte d’origine.)

Mon but était en effet d’amplifier et de complexifier l’intertexte mythologique introduit par Marjorie, lors du dernier colloque de la TEI, dans une communication incisive intitulée « Digital Editions as the Myth of Sisyphus ».

À Sisyphe, allégorie de la problématique pérennité des travaux numériques, j’ajoutais quelques autres figures, qui étaient autant d’invitations à préciser la représentation que nous nous faisons de l’édition numérique et, plus largement, des humanités numériques :

  • Hercule, emblème des travaux titanesques accomplis par l’endurance et la force brute ;
  • Tantale, image de l’édition toujours à venir, devenue un processus ouvert dans un contexte savant encore immature – à moins qu’il ne soit le symbole des chercheurs potentiellement intéressés mais qui n’ont pas accès à des centres ou des groupes actifs ?
  • aux côtés de Sisyphe, les Danaïdes et leur effort infini, qu’il faille affiner l’encodage ou assurer la maintenance des éditions en ligne ;
  • Prométhée, qui promet le changement des modes de travail, des cadres institutionnels et des humanités, sinon de l’humanité ;
  • Zeus, dans son Olympe, figure absente d’une organisation sereine du cosmos numérique à laquelle on se prend parfois à rêver…

Pourtant, au delà de l’âge des héros, heureux ou malheureux, de leur puissance de travail et de leur intelligence rusée, c’est avant tout d’entreprises collectives qu’il s’agit. De modernes Argonautes ? Abandonnons les métaphores culturelles. Les héros de notre temps ont à accomplir une tâche extrêmement importante dans une transformation socio-technologique rapide : réinventer la place de la culture et de la connaissance dans l’information.

Loin de l’inspiration et du savoir-faire unique du savant génial, dont les conjectures confinent à la divination philologique, n’est-ce pas le travail des communautés de pratique et des institutions qui les soutiennent ? Le rôle des individus est crucial dans ces nouveaux lieux de savoir, mais on ne peut plus négliger les conditions matérielles et techniques de leur œuvre. De même, pour détourner un instant notre regard des enjeux du présent, nous avons besoin d’une histoire non héroïsée des usages des technologies informatiques dans les sciences humaines et sociales.

Revenant au cas particulier de l’édition numérique savante, je rappelais des essais de typologie, en citant notamment la conférence douce-amère d’Edward Vanhoutte sur « The Flavours of The Social Edition » (TEI 2011), et situais ces questions dans l’évolution de nos bibliothèques numériques.

Les récits mythologiques, agréables mensonges par simplification, peuvent donner des ailes et faire réfléchir, bien sûr. Mais nous ne sommes plus au temps des pionniers – le « père fondateur » des digital humanities, Roberto Busa, est décédé en 2011 à l’âge de 97 ans et a rejoint Thomas d’Aquin, dont il avait produit une concordance automatisée à partir de 1949 (voir leur rencontre imaginaire). Ou bien est-ce la frontière qui s’est déplacée ? Plutôt, il faut reconnaître que les frontières sont multiples et varient selon les disciplines, les pays, les langues, les institutions : normes et infrastructures dépendent de volontés et de décisions collectives. Mieux vaut le dire, sans métaphores.


Imprimer ce billet

2 thoughts on “Héroïsme numérique ?

  1. Pingback: Héroïsme numérique ? | Philologie à venir | MotsNumériques | Scoop.it

  2. Pingback: Héroïsme numérique ? | Philologie à venir | Bibliothèque des sciences de l'Antiquité | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <div align="" class="" dir="" id="" lang="" style="" xml:lang=""> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">