Séminaire 2011-2012 : compte rendu

Voici le compte rendu du séminaire « Édition savante et humanités numériques » (2011-2012), tel qu'il sera bientôt publié sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales. Merci à tous les participants et intervenants pour les échanges qu'ils ont permis au fil des mois.

Le programme du séminaire conduit désormais aux annonces des séances : vous y trouverez des détails et de nombreux liens. Les pages Corpus et Lectures demeurent accessibles. Quant aux Références, elles seront complétées et refondues dans une bibliographie nouvelle. En effet, l'exploration continue…

Après deux ans de conférences complémentaires, j'aurai le plaisir d'animer un nouveau séminaire cette année, dans la même institution, en compagnie de fins observateurs et bâtisseurs des digital humanities. À suivre !

L’édition savante (scholarly editing) vise la mise à disposition d’un corpus en vue de son étude. L’objet du séminaire était la réinvention des pratiques traditionnelles dans un environnement numérique, lequel rend fondamentale une réflexion sur le devenir de la philologie. En alternance, trois cycles thématiques de quatre séances ont associé l’exploration des propositions actuelles à une perspective historique. La moitié des séances environ se fondait sur les interventions de participants ou de collègues actifs dans le domaine des humanités numériques.

Le cycle « Aspects de l’édition savante par des moyens numériques » associait des réflexions générales à l’analyse d’un corpus d’éditions électroniques. La séance d’introduction a permis aux membres de cette communauté très diverse de se présenter et a ouvert l’un des axes du séminaire : les modalités de l’accès aux données dans l’espace de l’écran et dans le temps du travail (« Naviguer dans les éditions », 09.11). Nous avons ensuite abordé les sujets suivants : les méthodes statistiques et la modélisation informatique (« Comparer les textes », 11.01, avec Jean-Baptiste Camps, Florian Cafiero et Pierre-Yves Buard) ; les rapports entre interprétation, matérialité et normes sociales dans les pratiques de visualisation (« Visualiser les textes », 14.03, avec Ségolène Tarte et Dominique Stutzmann) ; le bénéfice de l’interactivité dans un projet savant (« Interagir avec les éditions », 09.05, avec Marc Jahjah).

Dans le cycle « Atelier de lecture de textes majeurs des digital humanities », j’ai proposé des comptes rendus et des commentaires. Nous avons évoqué : les premiers théoriciens du texte électronique, entre vision utopique et adaptation aux réalités changeantes du médium (« Hypertexte : Ted Nelson, Jay Bolter, George Landow », 23.11) ; l’épistémologie et les conditions de possibilité du Humanities Computing (« Informatique et humanités : à propos de Willard McCarty », 25.01) ; deux auteurs influents qui ont pratiqué et pensé l’édition savante aussi bien « après le World Wide Web » qu’avant la diffusion des technologies informatiques (« Édition numérique : à propos de Jerome McGann », 28.03, et « Édition numérique : à propos de Peter Shillingsburg », 23.05).

Le cycle « Situation de l’édition savante numérique en France » reposait à la fois sur la présentation réflexive de projets en cours et sur un aperçu de l’infrastructure des humanités numériques. Voici les questions qui ont été discutées : les relations entre le geste technique et le projet intellectuel (« Textes numériques : l’encodage, pratique savante ? », 14.12, avec Nicole Dufournaud, Emmanuelle Morlock-Gerstenkorn, Jean-Baptiste Camps et Vincent Jolivet) ; l’édition des inscriptions et du genre du commentaire (« Textes numériques : représentation et interrogation », 08.02, avec Marion Lamé, Bruno Bureau et Christian Nicolas) ; les vecteurs des échanges au sein d’une communauté qui se développe et mène actuellement, à l’échelle mondiale, des enquêtes quantitatives et qualitatives sur sa composition (« Communauté : revues, listes et réseaux sociaux », 11.04, avec Pierre Mounier) ; l’institutionnalisation des humanités numériques en France (« Centres et institutions », 06.06, avec Florence Clavaud, Pierre Mounier, Alain Bernard et Michel Bernard).

Pour plus d’informations, je vous invite à consulter le carnet de recherche Philologie à venir, qui contient notamment des liens et des références bibliographiques. En 2012-2013, ce carnet accompagnera également le séminaire Digital Humanities, que j’animerai à l’EHESS en collaboration avec Marin Dacos et Pierre Mounier.


Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <div align="" class="" dir="" id="" lang="" style="" xml:lang=""> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">