DH EHESS : Umanistica Digitale

Cette semaine, nous poursuivons dans le séminaire la découverte des humanités numériques italiennes, en évoquant deux ouvrages complémentaires :

  • Teresa Numerico, Domenico Fiormonte et Francesca Tomasi, L’Umanista digitale, Bologne, Il Mulino, 2010 ;
  • Domenico Fiormonte, Scrittura e filologia nell’era digitale, Turin, Bollati Boringhieri, 2003.

Le premier est un manuel tel qu’il n’en existe pas dans d’autres traditions. Le second est un ouvrage théorique de l’un des principaux auteurs italiens, Domenico Fiormonte. Spécialiste des relations entre l’écriture et l’informatique, il sera notre invité au mois de mars. Outre sa page personnelle, je vous suggère de visiter le site du projet Digital Variants, dont il est le fondateur.

La séance aura lieu ce mercredi 27 février, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3. Benvenuti !

infolet_umanista_digitale_2010

DH EHESS : infrastructure européenne

Dans cette séance du séminaire DH EHESS, il sera question de l’infrastructure européenne de la recherche numérique : Sophie David, chargée de recherche au TGE Adonis, et Marin Dacos présenteront et discuteront le projet européen DARIAH, dont le nom définit l’objet : Digital Research Infrastructure for Arts and Humanities.

Rendez-vous ce mercredi 13 février, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3.

DH EHESS : Tito Orlandi et l’Informatica Umanistica

La prochaine séance du séminaire DH EHESS sera au croisement de deux cycles de cette année : les « Lectures » de textes fondamentaux et la réflexion sur « Les digital humanities à l’échelle de l’Europe ». En effet, nous évoquerons les travaux de l’un des premiers et plus importants acteurs des humanités numériques en Italie, Tito Orlandi (ce lien vous conduit à un site personnel où sont disponibles de nombreuses publications).

Nos discussions prendront pour bases deux ouvrages récents qui fournissent ensemble une excellente introduction théorique, historique et problématique :

  • le manuel publié par l’auteur une trentaine d’années après ses premières réflexions sur l’édition informatisée des textes : Tito Orlandi, Informatica testuale. Teoria e prassi, Rome, Laterza, 2010 (notice) ;
  • le recueil d’études que ses collaborateurs et élèves lui ont offert : Lorenzo Perilli et Domenico Fiormonte (éd.), La macchina nel tempo. Studi di informatica umanistica in onore di Tito Orlandi, Florence, Le Lettere, 2011 (présentation sur InfoLet).

Quelques semaines après le premier colloque de la nouvelle Associazione per l’Informatica Umanistica e la Cultura Digitale, voulez-vous en savoir davantage sur la tradition et la situation italiennes ? Voici le moment et le lieu : mercredi 23 janvier, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3.

Pensez à signaler votre participation, per favore !

DH EHESS : technologie et histoire de l’art

Le séminaire Digital Humanities donnera demain la parole à Corinne Welger-Barboza, qui partagera ses réflexions sur la place faite à la technologie en histoire de l’art.

Les technologies de l’histoire de l’art – Le tournant numérique à la lumière de l’histoire longue

Le constat que les historien(ne)s de l’art peinent à prendre part aux développements des humanités numériques est largement partagé. Pour aborder cette position singulière de la discipline confrontée aux mutations numériques, la démarche proposée est d’interroger le passé médiologique de la discipline. Si l’enquête historiographique met au jour la portion congrue accordée à la technologie par l’histoire de l’histoire de l’art, elle contribue à identifier les dimensions plurielles d’une inscription dans la culture et la société. Arrimées à la fonction de l’art lui-même, les technologies de reproduction et de représentation d’images – supports d’inscription et de diffusion, pratiques associées, socialités – accompagnent la constitution de la discipline, au long de son histoire. Quelques aspects de cette étude seront présentés afin d’éclairer les freins mais surtout les formes et les enjeux de l’engagement dans l’environnement numérique. Cette approche peut-elle s’appliquer plus généralement à l’abord des humanités numériques ? C’est la réflexion proposée.

Cette séance aura lieu le mercredi 9 janvier 2013, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3.

Dans le carnet qui reflète ses activités de recherche, L’Observatoire critique. Étude des ressources numériques pour l’histoire de l’art, Corinne Welger-Barboza nous présentait récemment ses meilleurs vœux à travers la vidéo d’un fascinant musée tactile. Je m’associe à elle pour vous souhaiter une année sensible, pensive, active et réjouissante !

DH EHESS : Debates in the Digital Humanities

Ajout du 05.01.2013. L’édition en libre accès est désormais disponible, sous la forme d’un nouveau site très élégant destiné à se développer : Debates in the Digital Humanities.

Le séminaire Digital Humanities se poursuit avec une séance consacrée à un ouvrage collectif récent, Debates in the Digital Humanities, qui partage la volonté de synthèse du Companion to Digital Humanities de 2004, mais se distingue nettement de ce modèle par son architecture et le détail de son projet.

Voici la référence complète du livre : Matthew K. Gold (éd.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012. Il sera très intéressant de suivre l’évolution du site compagnon, car il deviendra en janvier prochain une édition augmentée en libre accès.

Si vous ne les connaissez pas, je vous suggère aussi de découvrir :

Pour venir commenter ce recueil avec nous, il suffit de signaler votre intention de participer à la séance et de nous rejoindre le mercredi 19 décembre, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 1.

DH EHESS : les diasporas numériques

Dans la prochaine séance du séminaire Digital Humanities (alias #dhehess), nous recevrons Dana Diminescu, qui présentera le projet e-Diasporas.

Si vous voulez comprendre ce que les méthodes numériques ont apporté aux diasporas et à l’étude des diasporas, si vous voulez en savoir davantage sur le nouvel objet éditorial que constitue e-Diasporas Atlas. Exploration and Cartography of Diasporas on Digital Networks ou si vous cherchez un bon exemple du renouvellement de l’interprétation sociologique, du travail d’un réseau international et de la visualisation de phénomènes culturels complexes (Gephi inside), ce séminaire vous intéressera.

La séance aura lieu le mercredi 14 novembre 2012, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3. Avez-vous pensé à annoncer votre participation ?

DH EHESS : sémantique du Web et philosophie

Dans la prochaine séance du séminaire Digital Humanities [1], nous vous proposons de venir dialoguer avec Alexandre Monnin.

Il sera question du projet SemanticPedia, qui est « une plateforme de collaboration entre le ministère de la Culture et de la Communication, l’Inria et Wikimedia France pour réaliser des programmes de recherche et développement appliqués à des corpus ou des projets collaboratifs culturels, utilisant des données extraites des projets de Wikimedia ».

Cette intervention marque le début du cycle « Projets », mais les enjeux du Web sémantique seront aussi l’occasion d’évoquer les principes d’une philosophie du Web et de réfléchir à la place des philosophes dans la constellation des humanités numériques.

La séance aura lieu le mercredi 24 octobre 2012, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 2 (et non salle 3, exceptionnellement). Rejoignez-nous, en pensant à annoncer votre présence !

  1. Dorénavant DH EHESS sur ce carnet lorsque la forme abrégée s’impose.

Séminaire Digital Humanities : Companion 2004

Le séminaire Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport au savoir reprend ses activités pour une première séance fondée sur le classique companion book de 2004 : Susan Schreibman, Raymond G. Siemens et John M. Unsworth (éd.), A Companion to Digital Humanities, Oxford, Blackwell, 2004. La séance aura lieu ce mercredi 10 octobre, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3.

Je suis très heureux de rejoindre Marin Dacos et Pierre Mounier dans cette aventure collective. Si vous aviez participé aux conférences complémentaires Textes anciens et humanités numériques et Édition savante et humanités numériques, ou si vous n’aviez pas pu le faire encore, je vous invite à entrer dans cet espace de dialogue où souffle l’esprit de THATCamp Paris 2012 (dont les non-actes sont parus) et du Read/Write Book 2 !

Le champ d’intérêt y est le plus large possible : le renouvellement des sciences humaines et sociales dans une société numérique. Nous organisons cette année trois cycles de séances en alternance. Cette semaine, avant le début des cycles « Projets » et « Les digital humanities à l’échelle de l’Europe », j’aurai ainsi le plaisir d’ouvrir la série des « Lectures ».

Lectures : L’établissement d’une culture commune implique des références historiques et théoriques. Sous la forme d’ateliers, nous présenterons et discuterons des ouvrages importants, produits aussi bien dans le domaine anglophone que dans les diverses autres traditions des digital humanities.

Le séminaire est ouvert à tous : il vous suffit d’annoncer votre présence en écrivant à Pierre (dont le courriel est à la fin de l’annonce sur le site de l’EHESS). Une autre façon simple d’être tenu informé est de vous inscrire à la liste de diffusion Digital Humanities. Cette liste accompagne le séminaire et bien d’autres activités, en France et au delà, dans le domaine des humanités numériques. Mais si vous lisez ceci, vous le savez sans doute… Venez prendre part à nos discussions !

Séminaire 2011-2012 : compte rendu

Voici le compte rendu du séminaire « Édition savante et humanités numériques » (2011-2012), tel qu’il sera bientôt publié sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales. Merci à tous les participants et intervenants pour les échanges qu’ils ont permis au fil des mois.

Le programme du séminaire conduit désormais aux annonces des séances : vous y trouverez des détails et de nombreux liens. Les pages Corpus et Lectures demeurent accessibles. Quant aux Références, elles seront complétées et refondues dans une bibliographie nouvelle. En effet, l’exploration continue…

Après deux ans de conférences complémentaires, j’aurai le plaisir d’animer un nouveau séminaire cette année, dans la même institution, en compagnie de fins observateurs et bâtisseurs des digital humanities. À suivre !

L’édition savante (scholarly editing) vise la mise à disposition d’un corpus en vue de son étude. L’objet du séminaire était la réinvention des pratiques traditionnelles dans un environnement numérique, lequel rend fondamentale une réflexion sur le devenir de la philologie. En alternance, trois cycles thématiques de quatre séances ont associé l’exploration des propositions actuelles à une perspective historique. La moitié des séances environ se fondait sur les interventions de participants ou de collègues actifs dans le domaine des humanités numériques.

Le cycle « Aspects de l’édition savante par des moyens numériques » associait des réflexions générales à l’analyse d’un corpus d’éditions électroniques. La séance d’introduction a permis aux membres de cette communauté très diverse de se présenter et a ouvert l’un des axes du séminaire : les modalités de l’accès aux données dans l’espace de l’écran et dans le temps du travail (« Naviguer dans les éditions », 09.11). Nous avons ensuite abordé les sujets suivants : les méthodes statistiques et la modélisation informatique (« Comparer les textes », 11.01, avec Jean-Baptiste Camps, Florian Cafiero et Pierre-Yves Buard) ; les rapports entre interprétation, matérialité et normes sociales dans les pratiques de visualisation (« Visualiser les textes », 14.03, avec Ségolène Tarte et Dominique Stutzmann) ; le bénéfice de l’interactivité dans un projet savant (« Interagir avec les éditions », 09.05, avec Marc Jahjah).

Dans le cycle « Atelier de lecture de textes majeurs des digital humanities », j’ai proposé des comptes rendus et des commentaires. Nous avons évoqué : les premiers théoriciens du texte électronique, entre vision utopique et adaptation aux réalités changeantes du médium (« Hypertexte : Ted Nelson, Jay Bolter, George Landow », 23.11) ; l’épistémologie et les conditions de possibilité du Humanities Computing (« Informatique et humanités : à propos de Willard McCarty », 25.01) ; deux auteurs influents qui ont pratiqué et pensé l’édition savante aussi bien « après le World Wide Web » qu’avant la diffusion des technologies informatiques (« Édition numérique : à propos de Jerome McGann », 28.03, et « Édition numérique : à propos de Peter Shillingsburg », 23.05).

Le cycle « Situation de l’édition savante numérique en France » reposait à la fois sur la présentation réflexive de projets en cours et sur un aperçu de l’infrastructure des humanités numériques. Voici les questions qui ont été discutées : les relations entre le geste technique et le projet intellectuel (« Textes numériques : l’encodage, pratique savante ? », 14.12, avec Nicole Dufournaud, Emmanuelle Morlock-Gerstenkorn, Jean-Baptiste Camps et Vincent Jolivet) ; l’édition des inscriptions et du genre du commentaire (« Textes numériques : représentation et interrogation », 08.02, avec Marion Lamé, Bruno Bureau et Christian Nicolas) ; les vecteurs des échanges au sein d’une communauté qui se développe et mène actuellement, à l’échelle mondiale, des enquêtes quantitatives et qualitatives sur sa composition (« Communauté : revues, listes et réseaux sociaux », 11.04, avec Pierre Mounier) ; l’institutionnalisation des humanités numériques en France (« Centres et institutions », 06.06, avec Florence Clavaud, Pierre Mounier, Alain Bernard et Michel Bernard).

Pour plus d’informations, je vous invite à consulter le carnet de recherche Philologie à venir, qui contient notamment des liens et des références bibliographiques. En 2012-2013, ce carnet accompagnera également le séminaire Digital Humanities, que j’animerai à l’EHESS en collaboration avec Marin Dacos et Pierre Mounier.

Centres et institutions

La dernière séance du séminaire « Édition savante et humanités numériques », ce mercredi 6 juin, sera collective ou ne sera pas !

Nous aborderons en effet la question de l’institutionnalisation des humanités numériques en France, avec notamment, je l’espère, Florence Clavaud, responsable pédagogique du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » à l’École nationale des chartes, Pierre Mounier, directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte, où il est également responsable de la formation des études et des usages, Alain Bernard, responsable de l’axe « Corpus et outils pour la recherche. Vers une nouvelle E-rudition » du Centre Alexandre-Koyré, Michel Bernard, directeur du Centre Hubert-de-Phalèse, et… vous ?

(La compilation des tweets, sites et références de la séance est en ligne sur Storify.)

Édition numérique : à propos de Peter Shillingsburg

Le mercredi 23 mai, pour la dernière des « Lectures » de l’année, nous évoquerons les réflexions de Peter Shillingsburg sur l’édition numérique, qui sont parmi les plus influentes à ce jour. En présentant les deux ouvrages où il résume son modèle, nous développerons les remarques de la séance précédente sur la conception et l’usage des éditions électroniques (voir la page Corpus).

Je rappelle ici les titres de ces livres de référence (en vous renvoyant également au site de Peter Shillingsburg) :

  • Scholarly Editing in the Computer Age. Theory and Practice (1996 [1984]) ;
  • From Gutenberg to Google. Electronic Representations of Literary Texts (2006).

Au plaisir de vous retrouver pour une séance théorique et pratique…

L’illustration de ce billet – merci, Wikimedia ! – est une planche de marginalia fantasques réalisés par William Thackeray, le satiriste dont Peter Shillingsburg a dirigé l’édition savante et édité lui-même le roman Vanity Fair. Peut-on y voir une allégorie de l’édition numérique ?

Interagir avec les éditions

La séance du mercredi 9 mai, « Interagir avec les éditions », sera la dernière du cycle « Aspects de l’édition savante par des moyens numériques ». Nous examinerons un corpus d’éditions, dont certaines ont déjà été évoquées à plusieurs reprises dans nos discussions.

Une édition électronique est un objet complexe. Sa critique suppose des compétences extrêmement diverses et la méthodologie de l’évaluation des travaux numériques est un domaine en cours d’exploration. Je vous renvoie par exemple, d’un point de vue institutionnel, aux récents Guidelines for Evaluating Work in Digital Humanities and Digital Media de la Modern Language Association (qui vise à prendre en compte les travaux numériques dans les recrutements et les promotions universitaires aux États-Unis) et, pour une réflexion pédagogique, aux recommandations de Brian Croxall en matière de Digital Humanities Project Evaluation, qui me semblent très pertinentes. N’hésitez pas à nous suggérer des modèles ! Ce sujet sera repris dans le séminaire Digital Humanities de l’an prochain.

Dans ce parcours, les questions que nous pourrons nous poser concernent notamment les points suivants :

  • la façon dont une édition met en œuvre les fonctions fondamentales du travail savant, les « scholarly primitives » de John Unsworth (2000) : découvrir, annoter, comparer, faire référence, prendre un échantillon, illustrer, représenter (discovering, annotating, comparing, referring, sampling, illustrating, representing) ;
  • le statut du texte édité et son incidence sur le projet ;
  • les principes d’édition ;
  • le rapport éventuel avec une théorie particulière de l’édition ou de l’édition électronique ;
  • les normes technologiques adoptées ;
  • le design, dans ses aspects ergonomiques et esthétiques ;
  • le public visé ;
  • l’affiliation institutionnelle et le mode de financement du projet ;
  • l’équipe impliquée : taille, structure, reconnaissance des participants par une mention en ligne ;
  • l’apport de l’édition à son champ disciplinaire et son apport transdisciplinaire aux humanités numériques.

Programme infini, au sein duquel nous nous orienterons en suivant ce fil conducteur de l’interaction, réelle ou à venir. J’aurai la chance d’être accompagné dans cette séance par un observateur attentif des technologies numériques de lecture, d’annotation et de partage, Marc Jahjah (vous connaissez sans doute son blog, SoBookOnline).

Qu’est-ce que l’« interactivité » dans une édition numérique et en quoi peut-elle servir un projet savant ?

La question est posée : voyons ensemble comment les éditions électroniques y répondent en acte, depuis une vingtaine d’années.

(La compilation des tweets de la séance est en ligne sur Storify.)

Communauté et communication

Sous le titre « Communauté : revues, listes, blogs, (non-)conférences et réseaux sociaux », la séance du mercredi 11 avril aura pour objet les vecteurs des échanges au sein de la communauté des humanités numériques.

Le paragraphe qui précède s’achève sur deux termes aussi prometteurs que problématiques, « communauté » et « humanités numériques » : nous réfléchirons ensemble à l’identité, objective ou revendiquée, du champ et de ses acteurs. Inventaires et cartographies font d’ailleurs partie de l’actualité de cette année 2012. Connaissez-vous l’infographie Quantifying Digital Humanities réalisée à l’initiative de Melissa Terras et avez-vous participé à l’enquête sur les Digital Humanities d’Humanistica ?

C’est sous l’angle des moyens de communication que nous évoquerons cette construction identitaire, qui a débuté dans les années 1960 et 1970, bien avant le Web. Chacun pourra contribuer à ce tableau en partageant son expérience propre et ses réflexions.

Afin de rassembler quelques liens, voici une brève liste à compléter et à commenter :

Deux questions pour suggérer une autre lecture de cette liste et rappeler que la séance appartient au cycle « Situation de l’édition savante numérique en France » : ces lieux de communication ont-ils été conçus en France et en français ? en quoi leur origine nationale ou linguistique est-elle pertinente ?

Pierre Mounier introduira avec moi nos discussions. Les noms de Blogo numericus, du Cléo et d’OpenEdition vous sont sans doute familiers si vous lisez cette page. Suivez-vous également le séminaire que Pierre anime avec Marin Dacos, « Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs » ?

Rejoignez-nous dans l’espace de dialogue éphémère mais vivant qu’est le séminaire « Édition savante et humanités numériques » !

(La compilation des tweets de la séance est en ligne sur Storify.)

Hyposphère 2012

Édition numérique : à propos de Jerome McGann

La séance du mercredi 28 mars sera consacrée à l’un des auteurs les plus importants et les plus reconnus du domaine anglophone. Indissociablement penseur et praticien de l’édition savante – avant la diffusion des technologies numériques comme « après le World Wide Web » –, Jerome McGann a publié de nombreuses études sur la poésie du dix-neuvième siècle anglais, ainsi qu’un ouvrage influent et incisif sur les méthodes de la critique textuelle. Grand expérimentateur, il est également à l’origine de plusieurs projets informatiques, dont un jeu, et d’une archive hypermédiatique exemplaire. Son travail de théoricien se double ainsi d’une intense pratique collective. (Voir le site de Jerome McGann.)

Nous évoquerons principalement deux livres et la titanesque Rossetti Archive :

  • The Textual Condition (1991) ;
  • Radiant Textuality. Literature after the World Wide Web (2001) ;
  • The Complete Writings and Pictures of Dante Gabriel Rossetti (1992-).

Références précises et liens sont disponibles à la page Lectures du carnet. J’invite également le lecteur sagace à prêter attention aux mots-clefs associés à cette annonce…

À mercredi, pour de nouvelles discussions !

(Ajout du lendemain : la compilation des tweets de la séance est en ligne sur Storify.)

ESHN au fil des tweets

Depuis le début du séminaire de l’année, les annonces des séances et les comptes rendus ou commentaires en direct de certains participants sont diffusés sur Twitter. À titre d’expérience, j’ai utilisé le service en ligne Storify pour compiler les messages envoyés mercredi dernier, à partir du hashtag que nous utilisons sur ce réseau social, #ESHN. Je vous invite donc à consulter ces archives de la séance du 14 mars 2012 et, ici ou là, à prendre part à ces conversations !

Visualiser les textes

La séance du mercredi 14 mars aura un titre que l’on peut interpréter de multiples manières : « Visualiser les textes ». En l’occurrence, nous dialoguerons avec deux invités dont les recherches sont représentatives de nouvelles façons d’analyser les traditions textuelles d’une façon plus pleine, en prenant en compte leur réalité matérielle. Cette philologie numérique enrichie de dimensions longtemps tenues pour marginales serait-elle plus fidèle à nos sources et à nos théories ?

Nous écouterons deux présentations :

  • Ségolène Tarte, « Le fond et la forme dans l’étude d’artéfacts textuels : numérisation et interprétation, matérialité et textualité » (voir le carnet de recherche From Artefact to Meaning) ;
  • Dominique Stutzmann, « Le projet Système graphique et normes sociales : pour une analyse électronique des écritures médiévales » (le blog Paléographie médiévale évoque ses travaux actuels, notamment sur l’ontologie des formes).

Étude par des moyens numériques des rapports entre interprétation et matérialité, entre écriture et normes sociales : ces titres ne sont-ils pas prometteurs ?

Textes numériques : représentation et interrogation

La séance du mercredi 8 février reviendra aux enjeux théoriques et pratiques de l’encodage des textes. Cette déviation par rapport au programme initial, qui prévoyait une séance sur les bases de données, nous permettra de dialoguer avec les maîtres d’œuvre de deux projets.

Enracinés l’un et l’autre dans les traditions intellectuelles des études classiques, ces projets rencontrent des questions d’une portée générale : modélisation et visualisation des inscriptions, pour le premier ; analyse du genre du commentaire, pour le second ; modes de collaboration et renouvellement des pratiques philologiques, dans les deux cas.

Voici donc le programme :

  • Marion Lamé, « Représenter scientifiquement le document épigraphique dans un espace numérique » (le carnet Épigraphie en réseau donne des informations sur le travail de thèse de Marion, qui concerne « la reine des inscriptions antiques », les Res Gestae Diui Augusti, et sur sa participation aux activités de la communauté internationale EpiDoc) ;
  • Bruno Bureau et Christian Nicolas, « Présentation mise à jour d’HyperDonat : pour une philologie digitale » (voir le site de ce projet collaboratif, ainsi que le carnet HyperDonat, dont l’équipe fait un usage très intéressant dans son étude du commentaire des pièces de Térence par le grammairien Donat ; les développements actuels de cette entreprise lui font aborder presque toutes les questions de l’édition savante numérique).

Au plaisir de réfléchir avec vous grâce à ces deux présentations : nous prendrons tout le temps d’interroger les intervenants et de discuter ensemble !

Informatique et humanités : à propos de Willard McCarty

La séance du mercredi 25 janvier sera consacrée au livre passionnant qu’a publié Willard McCarty en 2005, Humanities Computing. Il y propose une réflexion globale sur l’ambition épistémologique et les conditions pratiques des humanités numériques.

Des références complètes se trouvent à la page Lectures de ce carnet. Voir également le très riche site de Willard McCarty. (Je précise que, selon le principe de l’atelier de lecture, l’auteur ne sera pas des nôtres pour cette séance : nous examinerons ensemble ses stimulantes remarques, à partir de nos expériences propres.)

Venez nombreux découvrir et discuter cet ouvrage important !

Comparer les textes

La séance du mercredi 11 janvier aura pour thème la mise en évidence et l’utilisation de relations entre les textes. Deux interventions sont prévues :

  • Jean-Baptiste Camps et Florian Cafiero évoqueront les méthodes de comparaison statistique et le domaine de la stemmatologie automatisée (voir leur carnet de recherche Sacré Gr@@l) ;
  • Pierre-Yves Buard traitera de « Modélisation des sources primaires et édition numérique », en présentant un modèle informatique en cours d’élaboration pour l’interrogation, la manipulation et la lecture des textes (voir, plus généralement, les activités du Pôle du document numérique de la Maison de la recherche en sciences humaines de Caen et celles des Presses universitaires de Caen).

Il sera donc question d’interprétation des traditions textuelles assistée par ordinateur, d’ergonomie philologique, des avantages et des limites des langages à balises, de l’utilisation des ontologies, d’architecture informatique et de protocoles d’interrogation. Que demander de plus pour notre première séance de 2012 ? Votre participation, bien sûr !

L’encodage, pratique savante ?

Ce mercredi 14 décembre, le séminaire « Édition savante et humanités numériques » se poursuit avec une séance intitulée « Textes numériques : l’encodage, pratique savante ? » Nous aborderons ainsi les relations du geste technique et du projet intellectuel dans la préparation des éditions.

Cette séance ouvre le cycle « Situation de l’édition savante numérique en France », qui vise à permettre un dialogue entre les participants grâce à de brèves présentations de projets actuels.

Nos discussions auront pour points de départ trois interventions :

  • Nicole Dufournaud et Valérie Gratsac-Legendre présenteront certains aspects d’une édition en XML TEI en cours de réalisation à l’EHESS (Mémoires sur la vie de Messire Michel de Marillac) ;
  • Emmanuelle Morlock-Gerstenkorn appuiera son propos sur l’édition en XML TEI des Dossiers de Bouvard et Pécuchet ;
  • Jean-Baptiste Camps et Vincent Jolivet évoqueront les problèmes que pose dans le travail d’édition critique la communication de normes ayant leurs orientations propres, XML TEI et LaTeX (plus généralement, voir le carnet Sacré Gr@@l que Jean-Baptiste Camps tient avec Florian Cafiero).

L’entrée et la parole seront libres, pour les front-end users comme pour les familiers des arrière-boutiques de l’hypertexte.

Naviguer dans les éditions

Le séminaire « Édition savante et humanités numériques », devenu bimensuel, débute le mercredi 9 novembre par une séance intitulée « Naviguer dans les éditions ».

Il s’agit, en analysant un corpus d’éditions électroniques, de réfléchir à la façon dont nous accédons aux données dans l’espace de l’écran et dans le temps du travail. Les notions centrales sont celles de parcours, de lisibilité, de tabularité et d’ergonomie au sein d’une interface organisant la lecture savante.

Cette séance est la première d’un cycle consacré à des aspects décisifs de l’édition savante par des moyens numériques : pour le calendrier complet du séminaire, voir le programme des séances récemment mis à jour.

Que vous soyez concepteur passionné, utilisateur critique ou observateur sceptique, éditeur nourri dans une longue tradition disciplinaire, étudiant perplexe aux pratiques hybrides, professionnel attentif aux innovations ou amateur d’humanisme numérique – voire tout cela à la fois –, votre expérience sera précieuse. Au plaisir d’échanger avec vous !

Note (janvier 2012) : cette séance d’ouverture formait un tout avec la suivante, qui examinait la question de la navigation en se référant aux théories de l’hypertexte de Ted Nelson, Jay Bolter et George Landow (Lectures 1).

Séminaire 2010-2011 : compte rendu

Voici le compte rendu du séminaire « Textes anciens et humanités numériques » (2010-2011), tel qu’il sera publié sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales. Bonne lecture !

Comme on le dit rituellement ailleurs : des commentaires ?

Dans l’étude des textes au moyen des technologies informatiques, les corpus grecs et latins occupent depuis longtemps une place spéciale. Aujourd’hui, alors même que les études classiques connaissent une crise majeure en Europe, la philologie se trouve confrontée au défi d’une réinvention de ses outils et, par conséquent, d’une redéfinition de ses méthodes, voire de ses fins. Le séminaire a poursuivi un double objectif : élaborer une perspective historique sur le champ des digital humanities, riche de plus d’un demi-siècle d’expérimentations, et engager une réflexion sur les enjeux de la philologie numérique, au delà de nos « incunables numériques ».

Ces cinq séances ont eu pour point focal la place et les conditions de l’interprétation dans les dispositifs savants du travail avec les textes. Les spécialistes qui font vivre les patrimoines textuels et intellectuels doivent avoir conscience des possibilités comme des déterminations technologiques nouvelles. Dans ce cadre, la forme de l’édition critique est une question ouverte, puisque ses normes (procédures de décision et de démonstration, autorité, pacte de lecture) sont en cours de transformation.

L’état des lieux théorique et le parcours bibliographique avaient la priorité cette année. La reconduction des conférences pour 2011-2012, sous l’intitulé « Édition savante et humanités numériques », permettra un approfondissement thématique et un élargissement de la démarche.

« Le sens de l’oxymore » : définition, histoire, enjeux des humanités numériques (8 décembre 2010 et 12 janvier 2011)

Compétences ancillaires, discipline émergente ou transdiscipline ? Nouvelles formes de polyvalence ou de collaboration ? Quel que soit le diagnostic épistémologique et pratique, on a avantage à regarder le computer comme le vecteur de contraintes créatrices. La nécessité d’être exhaustif, cohérent et explicite conduit potentiellement à réinventer les gestes du travail savant, qui apparaît ainsi plus évidemment comme une expérimentation et un effort de modélisation. Les humanités numériques sont alors l’application heuristique de l’informatique aux sciences humaines et sociales. Des éléments d’histoire ont précisé les enjeux de cette évolution, entre conservation du patrimoine et esprit d’invention : taille des corpus, alternance entre close reading et lecture assistée par ordinateur, droits de propriété, collaboration, statut des humanités dans la société. Notre temps est à la fois celui de l’institutionnalisation (standardisation, archivage et mutualisation) et des manifestes. — Références principales : A Companion to Digital Humanities, A Companion to Digital Literary Studies, G. Crane, S. Hockey, W. McCarty.

« Qu’est-ce qu’un texte ? » et « Quand lire, c’est faire » : transformations de la textualité et de l’acte de lecture (2 mars 2011)

Le texte, numérique ou non, n’est jamais une donnée brute. Outiller efficacement la lecture d’étude suppose de tenir compte des acquis théoriques concernant l’acte de lecture et la sémantique située, tout en tirant profit de caractéristiques désormais au premier plan comme la tabularité, l’hypertextualité et l’interactivité. L’encodage et la création d’un environnement de recherche sont les conditions de nos pratiques du texte (manipulation, annotation, partage et collaboration). — Références principales : A. Giffard, J. McGann, F. Rastier, A. Renear, D. Schmidt, C. Vandendorpe.

« Philologie à venir » : promesses et réalités de la philologie numérique (6 avril 2011)

L’histoire de l’édition savante électronique a ajouté plusieurs modèles à l’édition imprimée traditionnelle : la base de données, l’hypertexte et l’archive. Quelle sera la place de l’édition critique dans ce paysage encore instable ? — Références principales : J. McGann, P. Robinson, E. Vanhoutte.

« Le projet Athénée numérique » (4 mai 2011)

Cette séance de conclusion a examiné les problèmes et les promesses du texte numérique à travers l’exemple d’un projet en cours d’élaboration. — Présentation en collaboration avec Matteo Romanello (King’s College London et Deutsches Archäologisches Institut).

Voir sur ce carnet les références bibliographiques collectées au fil des séances.

Édition savante et humanités numériques

Le séminaire « Textes anciens et humanités numériques » est reconduit pour l’année 2011-2012, dans une perspective élargie et sous un nouvel intitulé. Le programme des douze séances, en cours d’élaboration, sera précisé sur ce carnet. J’invite toute personne intéressée à me contacter !

Voici la brève présentation en ligne sur le site de l’EHESS (ici) :

Édition savante et humanités numériques

2e et 4e mercredis du mois de 18 h à 20 h (INHA, salle Walter Benjamin, 2 rue Vivienne 75002 Paris), du 9 novembre 2011 au 6 juin 2012.

L’édition savante vise la mise à disposition d’un corpus en vue de son étude. Les problèmes et les promesses de la réinvention des pratiques dans un environnement numérique rendent fondamentale une réflexion sur le devenir de la philologie.

En alternance, trois cycles de quatre séances associent l’exploration des propositions actuelles à une perspective historique.

• Aspects de l’édition savante par des moyens numériques (à partir d’un corpus d’éditions électroniques) : navigation, comparaison, visualisation, interaction.

• Atelier de lecture de textes majeurs des digital humanities : hypertexte (Nelson, Barrett, Bolter, Landow) ; informatique et humanités (McCarty) ; édition numérique (McGann, Shillingsburg).

• Situation de l’édition savante numérique en France (présentation de projets) : maniement des textes ; exploitation des bases de données ; vecteurs des échanges dans la communauté ; institutions.

Deuxième séance, nouvelles références

Lors de la deuxième séance du séminaire, nous avons complété l’introduction générale, puis situé les études anciennes au sein du domaine des humanités numériques.

Ce rapide tour d’horizon ayant occupé les deux premières séances — qui feront l’objet d’un compte rendu commun sur ce carnet —, c’est le 2 février que nous évoquerons les théories du texte et les pratiques de la textualité numérique.

Cependant, puisque j’ai mentionné durant le séminaire des travaux qui figurent dans la bibliographie consacrée à ce sujet, j’ajoute dès à présent ces titres et ces liens nouveaux à la page Références.

Première séance, premières références

Les séances du séminaire « Textes anciens et humanités numériques » feront l’objet de brefs comptes rendus sur ce carnet. D’ores et déjà, la page Références propose la liste des travaux mentionnés durant la séance d’introduction.

Cette bibliographie s’adresse aux participants passés et futurs du séminaire comme aux lecteurs de passage : à tous, excellente lecture, en ligne et hors ligne.