Day of DH 2012

Avec le printemps revient la journée des humanités numériques, Day of DH 2012. Comme l’an dernier (voir le billet qui expliquait le principe de The Day in the Life of Digital Humanities), j’ai ouvert l’un des carnets qui fixeront au fil de la journée, par le texte, l’hypertexte et l’image, les impressions de digital humanists. Près de 300 carnets sont ouverts à l’heure où j’écris.

Les thèmes ne me manqueront pas, car les questions numériques – plus que les solutions, peut-être – ont pris une place croissante dans mon activité. Je le mesure en scrutant mes dossiers, mais aussi en parcourant la liste des participants, qui n’est généralement plus pour moi une galerie d’étrangers. Ce qui m’amène cependant à formuler un vœu en cette fin de matinée à Paris : que je découvre un Day of DH plus multilingue et plus multiculturel, lorsque sera venu le temps de lire tout ce que je n’aurai pas pu lire aujourd’hui. Du reste, en mettant en réseau ces instantanés, cette journée vise aussi, très consciemment, la constitution d’archives.

Et quel écho pour ce Day of DH dans l’hyposphère (francophone, germanophone, hispanophone, lusophone, etc.), aujourd’hui et dans les jours à venir ?

Pêle-mêle, voici les occupations et réflexions à mon programme : préparation du séminaire ESHN de demain à propos de Jerome McGann, fréquentation de la TEI et de ses praticiens, espérances suscitées par le Labex HASTEC, internationalisation d’Hypotheses.org, carnet de route et scholarly blogging (au son de log, blog, clog, backlog…), le kaléidoscope Twitter, l’organisation de la journée d’étude Le papyrus et l’hypertexte. Athénée dans la cuisine du savoir pour croiser philologie, histoire et digital humanities.

À suivre ! Mon blog éphémère est ici. Et le vôtre ?

Day of DH 2011 : matière et mémoire

Sous ce titre ambitieux, je signale simplement que le Day in the Life of Digital Humanities de cette année a donné lieu à plus d’un millier de billets sur les 230 carnets éphémères ouverts à cette occasion. Après une légère révision de la part des organisateurs, destinée à assurer la cohérence formelle et la déontologie des textes, l’ensemble deviendra une archive permanente ouverte à tous et fournira ainsi un instantané de l’état du champ. Ma contribution au Day of DH comprenait notamment une liste des carnets d’Hypothèses traitant des technologies ou des humanités numériques (voir A pleasurable daily duty). Voilà pour la mémoire.

En ce qui concerne la matière, je pense aux exploitations futures de ce corpus. Par un geste typique des humanités numériques, les données de 2011 sont devenues un objet d’étude dès le lendemain de l’événement, alors que bien des participants n’avaient pas encore mis à jour leur blog ni eu le temps de se lire les uns les autres. Dans sa Rapid analysis of three years of DHStéfan Sinclair a proposé et discuté des nuages de mots et un graphe fondé sur l’analyse de correspondances ; il a utilisé l’environnement d’analyse textuelle Voyeurs, qu’il développe en collaboration avec Geoffrey Rockwell. Plusieurs représentations intéressantes sont regroupées sur la page Visualizations du wiki (où les données brutes sont également disponibles). Vous y trouverez diverses formes de visualisation : timeline, visual analytics, word cloud, word tree, phrase net et autres clusters.

La journée des humanités numériques (Day of DH)

Pour la troisième année, l’université d’Alberta organise aujourd’hui « The Day in the Life of Digital Humanities”, également connu sous le nom de « Day of DH » (voir aussi #dayofdh). En toute liberté, les participants tiennent un blog au fil de la journée afin de faire connaître leurs activités, leurs idées et leur humeur de digital humanists. Ces fragments de journées typiques ou particulières constituent un instantané instructif. De toute évidence, ces données seront d’ailleurs exploitées comme un corpus de recherche.

La procédure d’inscription permet de collecter d’intéressantes définitions du domaine : chacun répond à la question « How do you define Humanities Computing/Digital Humanities?

Il me semble que les participants non anglophones sont plus nombreux que les années passées… Comme cette journée ne sera pas pour moi la plus numérique de la semaine, l’exercice consistera aussi à réfléchir aux moments de travail qui sont sans rapport avec l’usage des ordinateurs et à la place des humanités numériques dans mon activité d’universitaire français. More on this on my Day of DH weblog!