Humanités numériques : quelle(s) critique(s) ? | DH Nord 2016

En ouverture du colloque DH Nord 2016, Pierre Mounier et moi-même avons récemment présenté le programme du séminaire Digital Humanities de l’EHESS. Nous avions résumé ainsi le propos de l’intervention :

Cette conférence d’ouverture expose les motivations, les principes et le corpus de textes du séminaire Digital Humanities de l’École des hautes études en sciences sociales pour l’année 2016-2017, dont l’intitulé donne son titre à notre intervention : « Humanités numériques : quelle(s) critique(s) ? »

Après avoir rappelé la genèse et les implications de la notion de critique dans les sciences humaines et sociales, nous évoquons sous cet angle trois aspects des humanités numériques : leur histoire, et en particulier leur relation avec les disciplines ; leur portée politique ; la dimension critique de leur épistémologie.

L’enregistrement vidéo de cette présentation est maintenant en ligne sur la plateforme de la MESHS (où vous pourrez activer le plein écran).

Les discussions durant le colloque étaient extrêmement stimulantes. Nous attendons maintenant vos commentaires, ici, par courriel et durant nos séances. Pour contribuer au séminaire, il suffit de nous contacter. Le programme et les références se trouvent à la page DH EHESS 2017-2017.

DHnord2016

DH EHESS : Digital Past | Compte rendu

Voir l’annonce de la séance.

La quatrième séance du séminaire Digital humanities de l’EHESS concernait le livre de Peter Haber Digital Past. Geschichtswissenschaft im digitalen Zeitalter (Munich, Oldenbourg, 2011). Discuter cette synthèse sur l’histoire et les usages présents du numérique dans la discipline historique était aussi une occasion de rendre hommage à l’auteur, disparu le 28 avril 2013. La séance était animée par Aurélien Berra et Mareike König.

Dans le souvenir de Mareike König, Peter Haber était un chercheur mesuré, avec qui il paraissait impossible de se disputer, investi en historien dans la question des effets du numérique sur les pratiques actuelles de sa discipline. La maladie l’ayant emporté trop tôt, il ne put faire profiter la communauté scientifique de travaux ultérieurs.

Digital Past est une thèse d’habilitation, publiée en 2011. C’est un travail qui fut nourri par le blog associé depuis 2005 au site hist.net, fondé par Haber et Jan Hodel dès 1999. Son texte est ainsi participatif, en quelque sorte, le blog ayant eu un rôle préparatoire, et suscitant des contacts avec des collègues de divers pays, dans les commentaires, par courriel et par visioconférence. Haber avait abordé, lors de sa thèse de doctorat, le sujet des juifs d’origine hongroise sous l’angle de l’intégration socio-culturelle d’une minorité. Il a changé de sujet pour son l’habilitation, comme le système universitaire germanique le demande. Déjà investi dans les questions du numérique, Haber a ainsi livré au public une synthèse accessible aux non-spécialistes, sans jargon, qui couvre les grandes étapes de l’entrée de l’ordinateur dans la pratique de l’histoire et les changements que cela a entraînés. La bibliographie présentée dans le livre constitue pour tous un outil précieux pour s’orienter dans l’univers germanophone des digital humanities, quoique des lacunes puissent être relevées (par exemple, le portail Historikum.net n’est pas cité).

La séance a été l’occasion de parcourir le texte, qui n’est pas traduit en français. Haber fut dès les années 1990 un promoteur de l’usage d’Internet à des fins de recherche : la création du portail hist.net et sa contribution à la naissance de l’agrégateur de publications en ligne Global Perspectives on Digital History démontrent sa volonté constante de promouvoir l’usage de toutes les technologies à disposition de la recherche en histoire sociale et culturelle. Suivant un fil qui part du premier étonnement de la communauté scientifique, il commence par évoquer la période de lancement de l’histoire numérique avec la constitution d’une nouvelle « République des Lettres » et des premiers catalogues en ligne. Une des questions fondamentales concerne alors les compétences et la maîtrise des outils requises pour un historien d’aujourd’hui, mais aussi la question de la data driven history, dont Haber a parlé lors du colloque DHLU à Luxembourg en mars 2012 : l’interrogation porte ici, notamment, sur la mise en données et les transformations dues à l’hypertexte dans la narration historique.

L’autre thème très présent dans l’ouvrage est celui de l’impact de cette « nouvelle encyclopédie » qui se constitue sur la toile, et dont Wikipedia est l’emblème, et de sa signification pour un historien. Le fantasme de la bibliothèque d’Alexandrie revient avec l’Internet et un nouveau rapport s’instaure entre les citoyens et les historiens, dans la mesure où – potentiellement ou dans les faits – tout le monde est impliqué dans la production de l’histoire, de même que les discussions qui conduisent à l’élaboration d’un texte peuvent être consultées et que les différentes versions linguistiques peuvent être confrontées.

Se demandant comment les sciences humaines et sociales en général, et l’histoire en particulier, se sont numérisées, Haber rappelle de quelle façon ces changements ont affecté l’ordre du savoir : l’illusion de pouvoir « tout savoir » a été recréée et les notions d’information, de connaissance et de savoir prennent de nouveaux contours. C’est en traitant de ces effets des technologies numériques, notamment du risque accru de perdre le contexte d’un document, que la dimension critique de Digital Past s’exprime.

La réflexion porte également sur les moyens de retrouver ce savoir et de naviguer dans cette nouvelle encyclopédie, processus que Haber appelle « l’heuristique de la requête ». Si les catalogues des bibliothèques créaient une cohérence de l’espace informationnel, cette cohérence serait perdue avec le numérique, d’où l’intérêt des bibliographies en ligne et des portails thématiques. En plus de recenser les contenus, de tels projets prennent acte du fait que les publications ne se distinguent plus nettement de la littérature grise.

Avec Digital Past, Peter Haber a donc légué une base pour réfléchir à une redéfinition de la pratique de l’historien et aux modifications de l’écriture, pour comprendre à nouveaux frais le statut de l’auteur et les conditions actuelles de production des textes numériques par la collaboration et l’interactivité : l’ordinateur, de machine à calculer, est devenu une machine à écrire partagée. Passant par les questions de l’Open Access, du contrôle de la qualité après publication, de la recherche, du catalogage et de la visualisation des données, Peter Haber rappelle que cela fait quarante ans que le numérique est entré dans l’écriture de l’histoire. D’une façon réflexive, l’historien tente ainsi de saisir l’évolution de sa discipline.

Pour écouter l’enregistrement de la séance

Pour voir les diapositives de la séance

DH EHESS : Digital Humanities en Suisse

Pour la prochaine séance du séminaire Digital Humanities, qui aura lieu exceptionnellement la deuxième semaine de mars, nous accueillerons Claire Clivaz, professeure assistante à l’université de Lausanne, membre du bureau du Laboratoire des cultures et humanités digitales, et Frédéric Kaplan, qui occupe la chaire de digital humanities et dirige le Digital Humanities Lab de l’École polytechnique fédérale de Lausanne.

Dans le cadre du cycle « L’Europe des digital humanities », nous explorons la diversité des contextes européens en invitant des acteurs de premier plan à présenter un aperçu des humanités numériques telles qu’elles sont pratiquées et théorisées dans leur tradition. La discussion portera donc sur la structuration des « humanités digitales » en Suisse. Quelle a été leur genèse ? Quels sont les projets et les tendances actuels ? Qu’en est-il de l’interdisciplinarité qu’illustrent les profils de nos invités, philologue bibliste pour l’une, spécialiste d’intelligence artificielle, de robotique et de muséologie pour l’autre ? Quel est le rôle du multilinguisme propre à la Suisse ?

Outre ces questions liées à la spécificité d’une situation nationale, nos intervenants évoqueront le colloque international Digital Humanities 2014, qui se tiendra à Lausanne en juillet et dont ils président le comité d’organisation local.

La séance aura lieu le mercredi 12 mars 2014, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle du conseil A (niveau –1).

La séance est ouverte à tous. Il est recommandé d’annoncer votre présence par un courriel.

DH 2014 : appel à communication en romanche

DH EHESS : Digital Past

Dans la prochaine séance du séminaire Digital Humanities, nous vous proposons une lecture à deux voix et une discussion collective de l’ouvrage suivant : Peter Haber, Digital Past. Geschichtswissenschaft im digitalen Zeitalter, Munich, Oldenbourg, 2011.

Il s’agit d’une réflexion synthétique, produite à la suite de plusieurs années de séminaire et à partir d’une thèse d’habilitation, sur la façon dont les sciences humaines se sont informatisées depuis les années 1960 et, surtout, sur les modifications de « l’ordre du savoir » dans la discipline historique, à travers le renouvellement des sources, des méthodes et des pratiques : entre l’illusion de tout savoir et la difficulté de s’orienter dans des systèmes nouveaux, quels sont les bénéfices potentiels et les dangers d’une Digital History ?

Une brève présentation en allemand est disponible sur le site hist.net, fondé par l’auteur et Jan Hodel, son collègue à l’université de Bâle, dès 1999. Le blog qui accompagnait le site est peut-être « the longest-lived digital history blog in any language », comme le rappelle Mills Kelly, qui surnomme Peter Haber, avec humour et affection, « Peter the Connector ».

Peter Haber était en effet une figure importante de la communauté des humanités numériques, bien au delà de la Suisse (voir la version française de sa page personnelle et sa page sur Wikipédia). À sa disparition, l’hommage In Memoriam Peter Haber (1964-2013) a rencontré un large écho dans la blogosphère des historiens, cette Historyblogosphere à laquelle est consacré un ouvrage collectif qu’il avait dirigé. Depuis quelques années, il avait mis en chantier avec Jan Hodel, Mills Kelly et l’équipe du Roy Rosenzweig Center for History and New Media le projet Global Perspectives on Digital History, agrégateur de publications en ligne transposant le modèle de Digital Humanities Now dans le domaine des études historiques.

Cette séance de lecture sera animée par Aurélien Berra et Mareike König. Mareike est historienne et dirige la rédaction du portail germanophone de Hypotheses.org, au comité scientifique duquel appartenait Peter.

La séance aura lieu le mercredi 8 janvier 2014, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 2.

Comme à l’accoutumée, cette séance est ouverte à tous. Il est recommandé d’annoncer votre présence par un courriel.

haber_digital_past_cover

DH EHESS : technologie et histoire de l’art

Le séminaire Digital Humanities donnera demain la parole à Corinne Welger-Barboza, qui partagera ses réflexions sur la place faite à la technologie en histoire de l’art.

Les technologies de l’histoire de l’art – Le tournant numérique à la lumière de l’histoire longue

Le constat que les historien(ne)s de l’art peinent à prendre part aux développements des humanités numériques est largement partagé. Pour aborder cette position singulière de la discipline confrontée aux mutations numériques, la démarche proposée est d’interroger le passé médiologique de la discipline. Si l’enquête historiographique met au jour la portion congrue accordée à la technologie par l’histoire de l’histoire de l’art, elle contribue à identifier les dimensions plurielles d’une inscription dans la culture et la société. Arrimées à la fonction de l’art lui-même, les technologies de reproduction et de représentation d’images – supports d’inscription et de diffusion, pratiques associées, socialités – accompagnent la constitution de la discipline, au long de son histoire. Quelques aspects de cette étude seront présentés afin d’éclairer les freins mais surtout les formes et les enjeux de l’engagement dans l’environnement numérique. Cette approche peut-elle s’appliquer plus généralement à l’abord des humanités numériques ? C’est la réflexion proposée.

Cette séance aura lieu le mercredi 9 janvier 2013, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3.

Dans le carnet qui reflète ses activités de recherche, L’Observatoire critique. Étude des ressources numériques pour l’histoire de l’art, Corinne Welger-Barboza nous présentait récemment ses meilleurs vœux à travers la vidéo d’un fascinant musée tactile. Je m’associe à elle pour vous souhaiter une année sensible, pensive, active et réjouissante !

Informatique et humanités : à propos de Willard McCarty

La séance du mercredi 25 janvier sera consacrée au livre passionnant qu’a publié Willard McCarty en 2005, Humanities Computing. Il y propose une réflexion globale sur l’ambition épistémologique et les conditions pratiques des humanités numériques.

Des références complètes se trouvent à la page Lectures de ce carnet. Voir également le très riche site de Willard McCarty. (Je précise que, selon le principe de l’atelier de lecture, l’auteur ne sera pas des nôtres pour cette séance : nous examinerons ensemble ses stimulantes remarques, à partir de nos expériences propres.)

Venez nombreux découvrir et discuter cet ouvrage important !

Séminaire 2010-2011 : compte rendu

Voici le compte rendu du séminaire « Textes anciens et humanités numériques » (2010-2011), tel qu’il sera publié sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales. Bonne lecture !

Comme on le dit rituellement ailleurs : des commentaires ?

Dans l’étude des textes au moyen des technologies informatiques, les corpus grecs et latins occupent depuis longtemps une place spéciale. Aujourd’hui, alors même que les études classiques connaissent une crise majeure en Europe, la philologie se trouve confrontée au défi d’une réinvention de ses outils et, par conséquent, d’une redéfinition de ses méthodes, voire de ses fins. Le séminaire a poursuivi un double objectif : élaborer une perspective historique sur le champ des digital humanities, riche de plus d’un demi-siècle d’expérimentations, et engager une réflexion sur les enjeux de la philologie numérique, au delà de nos « incunables numériques ».

Ces cinq séances ont eu pour point focal la place et les conditions de l’interprétation dans les dispositifs savants du travail avec les textes. Les spécialistes qui font vivre les patrimoines textuels et intellectuels doivent avoir conscience des possibilités comme des déterminations technologiques nouvelles. Dans ce cadre, la forme de l’édition critique est une question ouverte, puisque ses normes (procédures de décision et de démonstration, autorité, pacte de lecture) sont en cours de transformation.

L’état des lieux théorique et le parcours bibliographique avaient la priorité cette année. La reconduction des conférences pour 2011-2012, sous l’intitulé « Édition savante et humanités numériques », permettra un approfondissement thématique et un élargissement de la démarche.

« Le sens de l’oxymore » : définition, histoire, enjeux des humanités numériques (8 décembre 2010 et 12 janvier 2011)

Compétences ancillaires, discipline émergente ou transdiscipline ? Nouvelles formes de polyvalence ou de collaboration ? Quel que soit le diagnostic épistémologique et pratique, on a avantage à regarder le computer comme le vecteur de contraintes créatrices. La nécessité d’être exhaustif, cohérent et explicite conduit potentiellement à réinventer les gestes du travail savant, qui apparaît ainsi plus évidemment comme une expérimentation et un effort de modélisation. Les humanités numériques sont alors l’application heuristique de l’informatique aux sciences humaines et sociales. Des éléments d’histoire ont précisé les enjeux de cette évolution, entre conservation du patrimoine et esprit d’invention : taille des corpus, alternance entre close reading et lecture assistée par ordinateur, droits de propriété, collaboration, statut des humanités dans la société. Notre temps est à la fois celui de l’institutionnalisation (standardisation, archivage et mutualisation) et des manifestes. — Références principales : A Companion to Digital Humanities, A Companion to Digital Literary Studies, G. Crane, S. Hockey, W. McCarty.

« Qu’est-ce qu’un texte ? » et « Quand lire, c’est faire » : transformations de la textualité et de l’acte de lecture (2 mars 2011)

Le texte, numérique ou non, n’est jamais une donnée brute. Outiller efficacement la lecture d’étude suppose de tenir compte des acquis théoriques concernant l’acte de lecture et la sémantique située, tout en tirant profit de caractéristiques désormais au premier plan comme la tabularité, l’hypertextualité et l’interactivité. L’encodage et la création d’un environnement de recherche sont les conditions de nos pratiques du texte (manipulation, annotation, partage et collaboration). — Références principales : A. Giffard, J. McGann, F. Rastier, A. Renear, D. Schmidt, C. Vandendorpe.

« Philologie à venir » : promesses et réalités de la philologie numérique (6 avril 2011)

L’histoire de l’édition savante électronique a ajouté plusieurs modèles à l’édition imprimée traditionnelle : la base de données, l’hypertexte et l’archive. Quelle sera la place de l’édition critique dans ce paysage encore instable ? — Références principales : J. McGann, P. Robinson, E. Vanhoutte.

« Le projet Athénée numérique » (4 mai 2011)

Cette séance de conclusion a examiné les problèmes et les promesses du texte numérique à travers l’exemple d’un projet en cours d’élaboration. — Présentation en collaboration avec Matteo Romanello (King’s College London et Deutsches Archäologisches Institut).

Voir sur ce carnet les références bibliographiques collectées au fil des séances.