Textes numériques : représentation et interrogation

La séance du mercredi 8 février reviendra aux enjeux théoriques et pratiques de l’encodage des textes. Cette déviation par rapport au programme initial, qui prévoyait une séance sur les bases de données, nous permettra de dialoguer avec les maîtres d’œuvre de deux projets.

Enracinés l’un et l’autre dans les traditions intellectuelles des études classiques, ces projets rencontrent des questions d’une portée générale : modélisation et visualisation des inscriptions, pour le premier ; analyse du genre du commentaire, pour le second ; modes de collaboration et renouvellement des pratiques philologiques, dans les deux cas.

Voici donc le programme :

  • Marion Lamé, « Représenter scientifiquement le document épigraphique dans un espace numérique » (le carnet Épigraphie en réseau donne des informations sur le travail de thèse de Marion, qui concerne « la reine des inscriptions antiques », les Res Gestae Diui Augusti, et sur sa participation aux activités de la communauté internationale EpiDoc) ;
  • Bruno Bureau et Christian Nicolas, « Présentation mise à jour d’HyperDonat : pour une philologie digitale » (voir le site de ce projet collaboratif, ainsi que le carnet HyperDonat, dont l’équipe fait un usage très intéressant dans son étude du commentaire des pièces de Térence par le grammairien Donat ; les développements actuels de cette entreprise lui font aborder presque toutes les questions de l’édition savante numérique).

Au plaisir de réfléchir avec vous grâce à ces deux présentations : nous prendrons tout le temps d’interroger les intervenants et de discuter ensemble !