Séminaire DH EHESS 2013-2014 : compte rendu

Voici le compte rendu du séminaire « Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs » de l’année 2013-2014, tel qu’il sera publié sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales.

L’exploration collective se poursuit cette année : vous pouvez consulter le calendrier des séances et le programme général du séminaire 2014-2015.

2014-10-06_dhehess_2013-2014_voyant_cirrus

« Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs »
Compte rendu du séminaire 2013-2014
Aurélien Berra, Marin Dacos, Pierre Mounier

Durant sa cinquième année, le séminaire a poursuivi l’exploration d’un domaine de recherche et d’enseignement dont le dynamisme continue de s’affirmer. Le séminaire fait alterner le commentaire critique de textes importants, la présentation de projets achevés ou en cours et l’exploration de la dimension internationale des digital humanities, qui sont traversées par des variations culturelles souvent négligées. Dans la plupart des cas, ces séances sont un dialogue avec des invités, acteurs ou observateurs du champ des humanités numériques.

Les séances du cycle « Lectures » ont permis de mettre au jour des dimensions méconnues ou peu discutées au sein du champ : le sous-texte politique qui porte la « révolution numérique » dont les digital humanities sont une des manifestations (Fred Turner, Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, C&F édition, 2011, ouvrage présenté par Aurélien Berra et Pierre Mounier) ; la question de la pédagogie (du) numérique (Brett D. Hirsch (éd.), Digital Humanities Pedagogy : Practices, Principles and Politics, Open Book Publishers, 2012, ouvrage présenté par Aurélien Berra) ; les transformations de la discipline historique depuis les commencements de son informatisation dans les années 1960 (Peter Haber, Digital Past. Geschichtswissenschaft im digitalen Zeitalter, Munich, Oldenbourg, 2011, ouvrage présenté par Aurélien Berra et Mareike Koenig).

Les séances du cycle « Projets » ont permis de s’interroger sur la question de l’articulation du scientifique et du technique, dans la matérialité des travaux numériques, mais aussi sur leurs enjeux épistémologiques, à travers la présentation de MutEC (Maud Ingarao), initiative originale de « Mutualisation pour les éditions critiques et les corpus », visant à mettre en commun les compétences et les technologies au service des éditions critiques numériques, qui s’est développée en région Rhône-Alpes depuis 2007, et de Kinsources (Pascal Cristofoli et Olivier Kyburz), outil de recherche en anthropologie de la parenté, qui renouvelle les façons de stocker, partager, analyser et comparer des jeux de données. Dans la séance où il a exposé ses travaux, Manuel Zacklad a directement adopté une approche épistémologique en analysant les rapports qu’entretiennent les théories du document et l’organisation des connaissances dans les projets d’humanités numériques.

Les séances du cycle « L’Europe des Digital Humanities » avaient pour rôle d’éclairer les histoires et les situations de différents pays. Dans la continuité de celles que nous avions organisées les années précédentes, elles ont fait apparaître notamment des enjeux professionnels et institutionnels. La Suisse francophone (présentée par Claire Clivaz et Frédéric Kaplan) se construit ainsi sur une complémentarité, qui est en même temps une tension, entre une institution traditionnelle de recherche et d’enseignement en sciences humaines et sociales, l’université de Lausanne, et une école d’ingénieurs, l’École polytechnique fédérale de Lausanne, qui s’engage fortement dans le champ avec sa culture et ses ressources spécifiques. L’Allemagne (pays présenté par Anne Baillot et Claudine Moulin) se distingue par la richesse de ses contributions et la diversité de ses équipes, mais dans un contexte académique dont le conservatisme freine la greffe de ce domaine nouveau au sein des institutions elles-mêmes. Du reste, les mêmes difficultés se manifestent en Espagne (pays présenté par Elena González-Blanco), bien qu’une forte tradition philologique et linguistique y ait mobilisé les outils informatiques depuis plusieurs décennies ; ces travaux semblent d’ailleurs peu connus en dehors du monde hispanique, en particulier dans le monde anglophone des digital humanities, phénomène mis en évidence l’année passée dans le cas de l’Italie. La structuration du monde hispanique autour d’une association nationale dont le périmètre englobe en réalité l’ensemble des pays hispanophones est pourtant susceptible de changer cette situation. L’intégration – aussi prometteuse que problématique – de ces différents niveaux nationaux et transnationaux a été un thème récurrent de cette année, qui voyait également la gestation de l’association francophone des humanités numériques, Humanistica. Les séances internationales ont bénéficié du soutien du Campus Condorcet. La séance consacrée à l’Espagne a été organisée à Aix-en-Provence, à la Maison méditerranéenne des Sciences de l’homme, en partenariat avec le Labex MED.

Annonces et comptes rendus sont en ligne sur le carnet Philologie à venir.

DH EHESS : des humanités numériques en Espagne

Dans la prochaine séance du séminaire Digital Humanities, qui aura lieu le mercredi 4 juin, nous évoquerons les humanités numériques hispaniques. Il s’agira d’une séance exceptionnelle, organisée en collaboration avec la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme dans le cadre des « Ateliers du numérique » du Labex Med. La séance se déroulera donc à Aix-en-Provence. Il sera également possible de participer au séminaire en visioconférence à Paris.

La séance poursuit le cycle « L’Europe des digital humanities », dans lequel nous explorons la diversité des situations européennes en invitant des acteurs de premier plan à présenter un aperçu des humanités numériques telles qu’elles sont pratiquées et théorisées dans leur tradition. Après des séances sur l’Italie, la Suisse et l’Allemagne, notre discussion portera sur la structuration des humanités numériques en Espagne. Quelle a été leur genèse ? Quels sont les principaux projets et les grandes tendances ?

Ces questions seront abordées avec notre invitée, Elena González-Blanco. Philologue, professeur de littérature médiévale à l’UNED, elle dirige le projet ReMetCa et est membre du comité exécutif d’EADH, ainsi que du comité directif du groupe GO:DH au sein d’ADHO – cette suite de sigles rappelant le mouvement actuel d’internationalisation des institutions. Elena González-Blanco est également secrétaire de l’association espagnole des humanités numériques (Humanidades Digitales Hispánicas). Enfin, cette rencontre sera l’occasion de présenter le nouveau laboratoire de l’UNED, le Digital Humanities Innovation Lab (LINHD), inauguré le 30 avril dernier.

La séance aura lieu le mercredi 4 juin 2014, de 13 h à 15 h, à Aix-en-Provence (5 rue du Château de l’horloge, Aix-en-Provence) et à l’EHESS en visioconférence (190 avenue de France, 75013 Paris, salle 641 – attention au changement de salle).

La séance est ouverte à tous. Il est recommandé d’annoncer votre présence par un courriel.

linhd_uned

DH EHESS : De l’Allemagne

Dans la prochaine séance du séminaire Digital Humanities, qui aura lieu le mercredi 2 avril, nous accueillerons Claudine Moulin, professeur de linguistique historique à l’université de Trêves et directrice du Trier Center for Digital Humanities, et Anne Baillot, qui dirige le projet Intellectuels berlinois 1800-1830 à l’Institut de littérature allemande de l’université Humboldt de Berlin (voir le carnet Digital Intellectuals) et coordonne le cercle de réflexion « Humanités numériques à Berlin » (Einstein-Zirkel).

Dans le cadre du cycle « L’Europe des digital humanities », nous explorons la diversité des situations européennes en invitant des acteurs de premier plan à présenter un aperçu des humanités numériques telles qu’elles sont pratiquées et théorisées dans leur tradition. La discussion portera donc sur la structuration de ce champ d’activité en Allemagne. Quelle a été sa genèse ? Quels sont les projets et les tendances actuels ? Ces questions seront abordées à travers les expériences personnelles des invitées et à travers leurs points de vue sur l’institutionnalisation des digitale Geisteswissenschaften, depuis longtemps cultivées dans les pays germanophones.

La séance aura lieu le mercredi 2 avril 2014, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle du Conseil B (niveau −1).

Comme à l’accoutumée, cette séance est ouverte à tous. Il est recommandé d’annoncer votre présence par un courriel.

germany_flickr

Séminaire DH EHESS 2012-2013 : compte rendu

Voici le compte rendu du séminaire « Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs » de l’année 2012-2013, tel qu’il sera publié sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales.

Cette aventure se poursuit l’an prochain : vous pouvez consulter le calendrier des séances et le programme général du séminaire 2013-2014.

2013_08_11_dh_ehess_2012-2013_cr_wordle

« Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs »
Compte rendu du séminaire 2012-2013
Aurélien Berra, Marin Dacos, Pierre Mounier

Pour sa quatrième année, le séminaire a fortement évolué sous l’impulsion d’Aurélien Berra, qui a rejoint l’équipe après avoir animé les conférences complémentaires « Textes anciens et humanités numériques » et « Édition savante et humanités numériques » (2010-2012). Trois cycles sont désormais proposés en alternance. Assurées par Aurélien Berra, les séances de lecture discutent des ouvrages importants, produits aussi bien dans le domaine anglophone que dans les autres traditions des digital humanities. Nous continuons à inviter des collègues de différentes disciplines des sciences humaines et sociales à présenter des réflexions sur leurs projets numériques. Enfin, avec le soutien du Campus Condorcet, nous avons commencé à explorer l’histoire et la situation des humanités numériques dans différents pays européens. Ces trois orientations complémentaires seront poursuivies.

Cycle « Lectures ». Le commentaire en diptyque de deux ouvrages fondamentaux – A Companion to Digital Humanities (2004) et Debates in the Digital Humanities (2012) – a fait apercevoir le chemin parcouru par la discipline en une décennie. Cette dimension historique a constitué un fil rouge, puisque les lectures comprenaient aussi Les Historiens et l’informatique (2011), « bilan prospectif » franco-italien coordonné par Jean-Philippe Genet et Andrea Zorzi, et SpecLab (2009), synthèse théorique de Johanna Drucker fondée sur les projets du Speculative Computing Laboratory de l’université de Virginie. Deux séances particulières ont porté sur des publications italiennes, Informatica testuale (2010) de Tito Orlandi et L’Umanista digitale (2010) de Teresa Numerico, Domenico Fiormonte et Francesca Tomasi. Il s’agissait de mettre en évidence une tradition nationale ancienne, peut-être spécifique, dont nous avons ensuite invité deux acteurs de premier plan.

Cycle « Les digital humanities à l’échelle de l’Europe ». Notre entretien avec Tito Orlandi et Domenico Fiormonte, qui représentent deux générations successives de chercheurs et enseignants investis dans le développement de l’Informatica umanistica, a permis d’évoquer le cas de l’Italie, à travers notamment l’histoire du CISADU de l’université de Rome La Sapienza. L’exposé d’Enrico Natale, venu présenter le portail Infoclio.ch et surtout l’élaboration de l’édition numérique Rousseau Online, a ouvert des perspectives sur la dynamique actuelle des « humanités digitales » en Suisse. Cette exploration par pays sera prolongée à l’avenir, avec des séances sur l’Allemagne et probablement sur la Suisse et l’Espagne. Pour compléter cette dimension du séminaire, Sophie David a présenté la genèse de DARIAH, qui sera la principale infrastructure européenne couvrant le domaine des humanités numériques : ce cadre de coopération donnera une réalité institutionnelle au projet récurrent d’un réseau européen.

Cycle « Projets ». Pour présenter le projet SemanticPedia, dont le but est de donner une structure sémantique aux matériaux issus de l’encyclopédie Wikipedia, Alexandre Monnin l’a situé dans le contexte plus vaste des relations entre le Web et la philosophie. Dana Diminescu et Mathieu Jacomy ont présenté e-Diasporas, riche cartographie des communautés migrantes telles qu’elles se dessinent dans l’interconnexion des sites Web. Associé à la création d’un outil de visualisation des réseaux, Gephi, ce projet repose sur une forte complémentarité des sciences sociales et des sciences du numérique. Les réseaux sont également au cœur du projet que conçoit Lieve Van Hoof, mais l’enjeu est cette fois d’analyser le corpus épistolaire d’un auteur grec, Libanios. L’entreprise illustre le renouvellement possible des sciences de l’Antiquité grâce à l’usage des technologies informatiques. Aurélien Berra a rappelé à cette occasion les grandes lignes de l’histoire des Digital Classics et de leur situation en France et au plan international.

Lors d’une séance hors-série, Corinne Welger-Barboza, qui avait été notre invitée en 2009 et dont la carrière universitaire s’achevait, a développé une question centrale dans ses recherches, celle du rapport que l’histoire de l’art et ses praticiens entretiennent avec la technique.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter nos annonces en ligne sur le carnet Philologie à venir : http://philologia.hypotheses.org/.

DH EHESS : Rousseau en ligne

Grâce à la prochaine séance du séminaire Digital Humanities, nous continuerons à explorer la dimension européenne de ce champ à travers la présentation du projet Rousseauonline.ch.

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une édition numérique des œuvres complètes de Jean-Jacques Rousseau, parue en 2012 et accessible gratuitement en ligne. L’ensemble des textes est également disponible en libre téléchargement. Les contenus du site sont placés sous licence Creative Commons (CC-BY), ce qui autorise toutes les réutilisations, y compris commerciales, tant que la source est citée. Le site propose également des illustrations et une carte interactive de la correspondance de Rousseau.

Enrico Natale, responsable du projet, discutera les différentes étapes de sa réalisation. Il évoquera les coopérations en ligne qui ont rendu possible le projet, les choix techniques, l’usage des licences Creative Commons, le financement du projet, la publicité qui lui a été faite, ainsi que les réactions de la communauté scientifique. Nous discuterons de la place d’un tel projet dans le paysage de l’édition numérique et des utilisations possibles de cette édition pour la recherche.

Rousseauonline.ch est un projet porté par infoclio.ch, le portail des sciences historiques de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales et de la Société suisse d’histoire. Après un aperçu de la situation des humanités numériques en Suisse, les principaux services et manifestations développés par infoclio.ch seront brièvement présentés, avant d’ouvrir une discussion sur le rôle des portails disciplinaires.

Cette séance s’inscrit dans le cycle européen du séminaire. Elle bénéficie du soutien du Campus Condorcet, dans le cadre des « ateliers Condorcet ».

La séance aura lieu ce mercredi 10 avril 2013, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3. Pour annoncer votre présence, un courriel est bienvenu.

rousseauonline_map

DH EHESS : humanités numériques italiennes

La prochaine séance du séminaire Digital Humanities est exceptionnelle, car nous recevrons deux grands acteurs de l’histoire des humanités numériques en Italie, dont nous avons parlé lors des lectures précédentes (voir ici et ).

Dans un premier temps, Domenico Fiormonte évoquera l’histoire de l’Informatica Umanistica et présentera les éléments théoriques de ses recherches qui lui paraissent aujourd’hui essentiels. La seconde partie de la séance sera consacrée à une discussion, à laquelle Tito Orlandi a accepté de participer.

C’est une chance rare de pouvoir réunir ainsi deux chercheurs étrangers de premier plan, de deux générations différentes, dont les travaux sont représentatifs du développement intellectuel et institutionnel des méthodes numériques dans leur pays.

Leurs témoignages et leurs réflexions, ancrés dans les enjeux du champ européen des digital humanities, seront l’occasion d’un dialogue : nous vous invitons à y prendre part nombreux, le mercredi 27 mars, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3.

Pour annoncer votre présence, un courriel est bienvenu.

newhumanities

DH EHESS : infrastructure européenne

Dans cette séance du séminaire DH EHESS, il sera question de l’infrastructure européenne de la recherche numérique : Sophie David, chargée de recherche au TGE Adonis, et Marin Dacos présenteront et discuteront le projet européen DARIAH, dont le nom définit l’objet : Digital Research Infrastructure for Arts and Humanities.

Rendez-vous ce mercredi 13 février, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3.

DH EHESS : Tito Orlandi et l’Informatica Umanistica

La prochaine séance du séminaire DH EHESS sera au croisement de deux cycles de cette année : les « Lectures » de textes fondamentaux et la réflexion sur « Les digital humanities à l’échelle de l’Europe ». En effet, nous évoquerons les travaux de l’un des premiers et plus importants acteurs des humanités numériques en Italie, Tito Orlandi (ce lien vous conduit à un site personnel où sont disponibles de nombreuses publications).

Nos discussions prendront pour bases deux ouvrages récents qui fournissent ensemble une excellente introduction théorique, historique et problématique :

  • le manuel publié par l’auteur une trentaine d’années après ses premières réflexions sur l’édition informatisée des textes : Tito Orlandi, Informatica testuale. Teoria e prassi, Rome, Laterza, 2010 (notice) ;
  • le recueil d’études que ses collaborateurs et élèves lui ont offert : Lorenzo Perilli et Domenico Fiormonte (éd.), La macchina nel tempo. Studi di informatica umanistica in onore di Tito Orlandi, Florence, Le Lettere, 2011 (présentation sur InfoLet).

Quelques semaines après le premier colloque de la nouvelle Associazione per l’Informatica Umanistica e la Cultura Digitale, voulez-vous en savoir davantage sur la tradition et la situation italiennes ? Voici le moment et le lieu : mercredi 23 janvier, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3.

Pensez à signaler votre participation, per favore !