Humanités numériques : quelle(s) critique(s) ? | DH Nord 2016

En ouverture du colloque DH Nord 2016, Pierre Mounier et moi-même avons récemment présenté le programme du séminaire Digital Humanities de l’EHESS. Nous avions résumé ainsi le propos de l’intervention :

Cette conférence d’ouverture expose les motivations, les principes et le corpus de textes du séminaire Digital Humanities de l’École des hautes études en sciences sociales pour l’année 2016-2017, dont l’intitulé donne son titre à notre intervention : « Humanités numériques : quelle(s) critique(s) ? »

Après avoir rappelé la genèse et les implications de la notion de critique dans les sciences humaines et sociales, nous évoquons sous cet angle trois aspects des humanités numériques : leur histoire, et en particulier leur relation avec les disciplines ; leur portée politique ; la dimension critique de leur épistémologie.

L’enregistrement vidéo de cette présentation est maintenant en ligne sur la plateforme de la MESHS (où vous pourrez activer le plein écran).

Les discussions durant le colloque étaient extrêmement stimulantes. Nous attendons maintenant vos commentaires, ici, par courriel et durant nos séances. Pour contribuer au séminaire, il suffit de nous contacter. Le programme et les références se trouvent à la page DH EHESS 2017-2017.

DHnord2016

DH EHESS : reprise du séminaire en 2015-2016

Après une année de jachère, le séminaire Digital Humanities de l’EHESS reprendra cette année. Les séances sont prévues de décembre à mai, en partenariat avec d’autres séminaires consacrés aux humanités numériques. Le thème général sera la textualité numérique. Une annonce détaillée sera publiée dès que possible.

Au plaisir de vous retrouver !

Frères_Limbourg_-_Très_Riches_Heures_du_duc_de_Berry_-_mois_de_mai_-_Google_Art_Project

Séminaire DH EHESS 2013-2014 : compte rendu

Voici le compte rendu du séminaire « Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs » de l’année 2013-2014, tel qu’il sera publié sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales.

L’exploration collective se poursuit cette année : vous pouvez consulter le calendrier des séances et le programme général du séminaire 2014-2015.

2014-10-06_dhehess_2013-2014_voyant_cirrus

« Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs »
Compte rendu du séminaire 2013-2014
Aurélien Berra, Marin Dacos, Pierre Mounier

Durant sa cinquième année, le séminaire a poursuivi l’exploration d’un domaine de recherche et d’enseignement dont le dynamisme continue de s’affirmer. Le séminaire fait alterner le commentaire critique de textes importants, la présentation de projets achevés ou en cours et l’exploration de la dimension internationale des digital humanities, qui sont traversées par des variations culturelles souvent négligées. Dans la plupart des cas, ces séances sont un dialogue avec des invités, acteurs ou observateurs du champ des humanités numériques.

Les séances du cycle « Lectures » ont permis de mettre au jour des dimensions méconnues ou peu discutées au sein du champ : le sous-texte politique qui porte la « révolution numérique » dont les digital humanities sont une des manifestations (Fred Turner, Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, C&F édition, 2011, ouvrage présenté par Aurélien Berra et Pierre Mounier) ; la question de la pédagogie (du) numérique (Brett D. Hirsch (éd.), Digital Humanities Pedagogy : Practices, Principles and Politics, Open Book Publishers, 2012, ouvrage présenté par Aurélien Berra) ; les transformations de la discipline historique depuis les commencements de son informatisation dans les années 1960 (Peter Haber, Digital Past. Geschichtswissenschaft im digitalen Zeitalter, Munich, Oldenbourg, 2011, ouvrage présenté par Aurélien Berra et Mareike Koenig).

Les séances du cycle « Projets » ont permis de s’interroger sur la question de l’articulation du scientifique et du technique, dans la matérialité des travaux numériques, mais aussi sur leurs enjeux épistémologiques, à travers la présentation de MutEC (Maud Ingarao), initiative originale de « Mutualisation pour les éditions critiques et les corpus », visant à mettre en commun les compétences et les technologies au service des éditions critiques numériques, qui s’est développée en région Rhône-Alpes depuis 2007, et de Kinsources (Pascal Cristofoli et Olivier Kyburz), outil de recherche en anthropologie de la parenté, qui renouvelle les façons de stocker, partager, analyser et comparer des jeux de données. Dans la séance où il a exposé ses travaux, Manuel Zacklad a directement adopté une approche épistémologique en analysant les rapports qu’entretiennent les théories du document et l’organisation des connaissances dans les projets d’humanités numériques.

Les séances du cycle « L’Europe des Digital Humanities » avaient pour rôle d’éclairer les histoires et les situations de différents pays. Dans la continuité de celles que nous avions organisées les années précédentes, elles ont fait apparaître notamment des enjeux professionnels et institutionnels. La Suisse francophone (présentée par Claire Clivaz et Frédéric Kaplan) se construit ainsi sur une complémentarité, qui est en même temps une tension, entre une institution traditionnelle de recherche et d’enseignement en sciences humaines et sociales, l’université de Lausanne, et une école d’ingénieurs, l’École polytechnique fédérale de Lausanne, qui s’engage fortement dans le champ avec sa culture et ses ressources spécifiques. L’Allemagne (pays présenté par Anne Baillot et Claudine Moulin) se distingue par la richesse de ses contributions et la diversité de ses équipes, mais dans un contexte académique dont le conservatisme freine la greffe de ce domaine nouveau au sein des institutions elles-mêmes. Du reste, les mêmes difficultés se manifestent en Espagne (pays présenté par Elena González-Blanco), bien qu’une forte tradition philologique et linguistique y ait mobilisé les outils informatiques depuis plusieurs décennies ; ces travaux semblent d’ailleurs peu connus en dehors du monde hispanique, en particulier dans le monde anglophone des digital humanities, phénomène mis en évidence l’année passée dans le cas de l’Italie. La structuration du monde hispanique autour d’une association nationale dont le périmètre englobe en réalité l’ensemble des pays hispanophones est pourtant susceptible de changer cette situation. L’intégration – aussi prometteuse que problématique – de ces différents niveaux nationaux et transnationaux a été un thème récurrent de cette année, qui voyait également la gestation de l’association francophone des humanités numériques, Humanistica. Les séances internationales ont bénéficié du soutien du Campus Condorcet. La séance consacrée à l’Espagne a été organisée à Aix-en-Provence, à la Maison méditerranéenne des Sciences de l’homme, en partenariat avec le Labex MED.

Annonces et comptes rendus sont en ligne sur le carnet Philologie à venir.

L’épistémologie problématique des humanités numériques

Le 26 mai dernier, j’ai participé à un colloque dont je trouve décidément excellent l’intitulé en forme de slogan : « DHnord2014. Humanités numériques : des outils, des méthodes, une culture ». Le site créé pour l’occasion fait allusion aux couleurs et aux polices typiques des interfaces en ligne de commande. Mieux, l’équipe de la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) et deux étudiants de l’université Lille III l’ont intelligemment alimenté pour préparer le colloque, puis pour en rendre compte. On y trouve maintenant les enregistrements vidéo des interventions. Cela me permettra d’en écouter certaines auxquelles je n’ai pas pu assister, comme la table ronde qui réunissait Milad Doueihi, Louise Merzeau et Pierre Mounier. Cela me permet de vous proposer ici ma propre conférence, « Connaître aujourd’hui. L’épistémologie problématique des humanités numériques » (1 h 10 min ; l’intervention commence à 7 min 20 s).

2014-05-26_dhnord2014_berra

Avant d’aborder cette question fondamentale – ou d’affronter ce serpent de mer ? –, voici le résumé que j’avais transmis.

Si l’épistémologie a pour rôle de dire comment nous connaissons ce que nous connaissons, les façons d’envisager le sujet connaissant et sa relation avec ses objets varient selon les époques et les champs de savoir. On peut alors renoncer aux programmes d’unification théorique du champ scientifique et faire le constat du pluralisme des méthodes, à l’intérieur même des disciplines. Cela n’est pourtant pas entièrement satisfaisant face au phénomène complexe que désignent les humanités numériques, tour à tour considérées comme communauté de pratique, espace de dialogue et laboratoire de théories adaptées à notre temps. De fait, pour identifier leur spécificité – pour leur donner aussi une légitimité, au delà de la rhétorique de la révolution numérique –, on évoque souvent l’émergence d’une nouvelle épistémologie.

Une telle épistémologie est-elle seulement possible ? Le champ est-il trop hétérogène pour qu’on y discerne un mode de connaissance propre ? Est-il trop tôt pour le faire, parce qu’il manquerait de maturité ou de réflexivité ? Les digital humanities imposent de prendre en compte les médiations matérielles de la connaissance et invitent à regarder nos activités savantes dans la perspective de l’histoire des sciences et des techniques. Elles revendiquent souvent le fait d’être orientées vers la construction. Sont-elles fondées sur un rapport particulier entre la pratique et la théorie ?

À travers ces questions, plutôt qu’à un nouveau paradigme, je propose de réfléchir à l’intérêt de décrire les éléments d’une culture épistémique.

La vidéo intègre les images que je projetais. Pour l’accompagner, il me paraît cependant utile d’expliciter certaines des références qui apparaissent au fil de mon propos et de donner les liens des documents en ligne. (Ceci n’étant pas une bibliographie, je n’y mentionne pas d’autres références plus attendues, prénumériques ou non : Aristote, Bachelard, Comte, Descartes, Dilthey, Durkheim, Feyerabend, Foucault, Kant, Lakatos, Latour, McGann, Otlet, Platon, Quine, Rastier, Schlick, Shillingsburg et quelques autres – dont la diversité reflète bien la complexité de ce sujet méta-disciplinaire.)

  • « Il n’y a pas de tabula rasa. Nous sommes comme des marins forcés de reconstruire leur navire en pleine mer […]. » Otto Neurath, « Protokollsätze », Erkenntnis, 3, 1932-1933, p. 206.
  • Caspar David Friedrich, Der Wanderer über dem Nebelmeer, 1818.
  • Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982.
  • Thomas Kuhn, The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, University of Chicago Press, 1962.
  • William Pannapacker, « The MLA and the Digital Humanities », The Chronicle of Higher Education, 28 décembre 2009 [].
  • Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Paris, Raison d’agir, 2001.
  • Roman Jakobson, « Linguistique et poétique », dans Essais de linguistique générale, trad. Nicolas Ruwet, Paris, Seuil, 1970 (1960), p. 209‑248.
  • Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage, 4ᵉ éd., Paris, Armand Colin, 1999.
  • Vannevar Bush, « As we may think », The Atlantic Monthly, 176, 1, 1945, p. 101‑108 [].
  • Carlo Ginzburg, « Spie. Radici di un paradigma indiziario », dans Umberto Eco et Thomas A. Sebeok (éd.), Il segno dei tre. Holmes, Dupin, Peirce, Milan, Bompiani, 1983 ; Carlo Ginzburg, « Spie. Radici di un paradigma indiziario », dans Miti, emblemi, spie. Morfologia e storia, Turin, Einaudi, 1986, p. 158‑209.
  • Jean-Marc Ferry, « Le paradigme indiciaire », dans Denis Thouard (éd.), L’Interprétation des indices. Enquête sur le paradigme indiciaire avec Carlo Ginzburg, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007, p. 91‑102.
  • Charles Percy Snow, The Two Cultures, Cambridge, Cambridge University Press, 2000 (1959).
  • Jean-Paul Laumond, La Robotique : une récidive d’Héphaïstos, Collège de France, 2012 [].
  • Bethany Nowviskie, « On the origin of “hack” and “yack” », 8 janvier 2014 [].
  • John Unsworth, « Scholarly primitives. What methods do humanities researchers have in common, and how might our tools reflect this ? », Humanities Computing : Formal Methods, Experimental Practice, King’s College, London, 2000 [].
  • Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Marseille, OpenEdition Press, 2014 [].
  • Aurélien Berra, « Faire des humanités numériques », dans Pierre Mounier (éd.), Read/Write Book 2. Une introduction aux humanités numériques, Marseille, OpenEdition Press, 2012, p. 25‑43 [].
  • Willard McCarty, Humanities Computing, Houndmills, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2005.
  • Claire Brossaud et Bernard Reber (éd.), Humanités numériques. 1. Nouvelles technologies cognitives et épistémologie. 2. Socio-informatique et démocratie cognitive, Paris, Lavoisier, 2007.
  • Susan Schreibman, Raymond Siemens et John Unsworth (éd.), A Companion to Digital Humanities, Oxford, Blackwell, 2004.
  • Jeffrey Schnapp, Todd Presner et UCLA Digital Humanities & Media Studies Seminar, Digital Humanities Manifesto 2.0, 2009 [].
  • THATCamp Paris 2010, Manifeste des Digital Humanities, Paris, Centre pour l’édition électronique ouverte, 2010 [].
  • Johanna Drucker, « Humanistic Theory and Digital Scholarship », dans Matthew K. Gold (éd.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012, p. 85‑95 [].
  • Stephen Ramsay et Geoffrey Rockwell, « Developing Things : Notes toward an Epistemology of Building in the Digital Humanities », dans Matthew K. Gold (éd.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012 [].
  • Anne Burdick, Johanna Drucker, Peter Lunenfeld, Todd Presner et Jeffrey Schnapp, Digital_Humanities, Cambridge, MIT Press, 2012 [].
  • Adam Kirsch, « Technology Is Taking Over English Departments. The False Promise of the Digital Humanities », 2 mai 2014 [].
  • Franco Moretti, Graphs, Maps, Trees. Abstract Models for a Literary History, Londres, Verso, 2005.
  • Franco Moretti, Distant Reading, Londres, Verso, 2013.
  • Tom Scheinfeldt, « Where’s the Beef ? Does Digital Humanities Have to Answer Questions ? », dans Matthew K. Gold (éd.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012 [].
  • Lorraine Daston, « Whither Critical Inquiry ? », Critical Inquiry, 30, 2, 2004, p. 361‑364.
  • Karin Knorr-Cetina, Epistemic Cultures : How The Sciences Make Knowledge, Cambridge, Harvard University Press, 1999.
  • Stephen Ramsay, « On Building » [].
  • Stephen Ramsay, Reading Machines. Toward an Algorithmic Criticism, Urbana, University of Illinois Press, 2011.
  • Matthew Kirschenbaum, « Digital Humanities As/Is a Tactical Term », dans Matthew K. Gold (éd.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012 [].
  • Brett Hirsch (éd.), Digital Humanities Pedagogy : Practices, Principles and Politics, Open Book Publishers, 2012 [] (citation d’Harold Short dans son introduction, n. 50).
  • Paradoxe du navire de Thésée.

Je reviendrai à ce thème, non seulement pour donner forme à ce que je n’ai pas eu le temps de dire (ou de lire et de penser), mais aussi parce que le petit livre que je rédige avec Björn-Olav Dozo et Pierre Mounier, Qu’est-ce que les humanités numériques ?, évoquera évidemment la question de l’épistémologie. Je serai donc très heureux de recevoir vos commentaires, aussi bien sur ce carnet que dans des conversations électroniques ou de vive voix. Que pensez-vous de cette esquisse de panorama critique ?

friedrich_der_wanderer_uber_dem_nebelmeer_1818

Humanistica : une association pour les humanités numériques francophones

Si vous lisez ce billet, il y a de grandes chances que la création d’Humanistica vous intéresse. Je reproduis ci-dessous l’annonce officielle de sa création, qui a aussi valeur de convocation et d’appel à candidature. Dès l’assemblée constituante de Lausanne et dans les mois à venir, vous pourrez contribuer à définir ses orientations. J’étais membre du groupe de travail chargé de proposer un nom, des statuts et un mode de fonctionnement : je suis maintenant très curieux de voir comment ce projet prendra vie, après son incubation dans les réunions, les listes de discussion et les documents collaboratifs. Cette association sera ce que nous en ferons ensemble.

Le mardi 8 juillet 2014 se tiendra à Lausanne la première assemblée générale (AG) d’Humanistica, l’association francophone des humanités numériques/digitales. Cette AG se tiendra sur le campus de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) de 10h à 16h. Grâce au soutien de DH 2014, elle a lieu en tant qu’événement organisé en marge du colloque international.

Cette assemblée inaugurale, dont la préparation avait été confiée lors du THATCamp de Saint-Malo 2013 à un comité de quinze personnes élues par les participants pour préparer le processus de fondation de l’association, se déroulera en deux temps. Durant la matinée, les participants pourront prendre connaissance des statuts, les valider, élire le comité de l’association, et enfin adopter le règlement intérieur. L’après-midi s’organisera autour d’ateliers proposés par les participants souhaitant soumettre un projet à l’association. À partir de ces projets, Humanistica se structurera pour remplir ses missions de forum et de lobbying en faveur des digital humanities francophones.

L’AG est ouverte sans frais à toute personne intéressée par cette initiative. Il sera possible d’assister aux débats en tant qu’auditeur libre, ou de devenir sur place membre de l’association pour participer aux délibérations et aux prises de décisions collectives. Les statuts et le règlement intérieur qui seront présentés le 8 juillet seront prochainement disponibles en ligne sur le site de l’association (actuellement en cours de construction ; le site sera indiqué ici prochainement). Les personnes intéressées à candidater pour l’une des douze places au comité sont invitées à envoyer jusqu’au 28 juin une lettre de candidature à Pierre Mounier (courriel). Chaque candidat précisera, le cas échéant, s’il désire représenter un pays (et dans ce cas, lequel) ou représenter les doctorants. Les candidatures et leurs présentations seront mises en ligne sur le site de l’association au 1er juillet.

DH EHESS : des humanités numériques en Espagne

Dans la prochaine séance du séminaire Digital Humanities, qui aura lieu le mercredi 4 juin, nous évoquerons les humanités numériques hispaniques. Il s’agira d’une séance exceptionnelle, organisée en collaboration avec la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme dans le cadre des « Ateliers du numérique » du Labex Med. La séance se déroulera donc à Aix-en-Provence. Il sera également possible de participer au séminaire en visioconférence à Paris.

La séance poursuit le cycle « L’Europe des digital humanities », dans lequel nous explorons la diversité des situations européennes en invitant des acteurs de premier plan à présenter un aperçu des humanités numériques telles qu’elles sont pratiquées et théorisées dans leur tradition. Après des séances sur l’Italie, la Suisse et l’Allemagne, notre discussion portera sur la structuration des humanités numériques en Espagne. Quelle a été leur genèse ? Quels sont les principaux projets et les grandes tendances ?

Ces questions seront abordées avec notre invitée, Elena González-Blanco. Philologue, professeur de littérature médiévale à l’UNED, elle dirige le projet ReMetCa et est membre du comité exécutif d’EADH, ainsi que du comité directif du groupe GO:DH au sein d’ADHO – cette suite de sigles rappelant le mouvement actuel d’internationalisation des institutions. Elena González-Blanco est également secrétaire de l’association espagnole des humanités numériques (Humanidades Digitales Hispánicas). Enfin, cette rencontre sera l’occasion de présenter le nouveau laboratoire de l’UNED, le Digital Humanities Innovation Lab (LINHD), inauguré le 30 avril dernier.

La séance aura lieu le mercredi 4 juin 2014, de 13 h à 15 h, à Aix-en-Provence (5 rue du Château de l’horloge, Aix-en-Provence) et à l’EHESS en visioconférence (190 avenue de France, 75013 Paris, salle 641 – attention au changement de salle).

La séance est ouverte à tous. Il est recommandé d’annoncer votre présence par un courriel.

linhd_uned

DH EHESS : De l’Allemagne

Dans la prochaine séance du séminaire Digital Humanities, qui aura lieu le mercredi 2 avril, nous accueillerons Claudine Moulin, professeur de linguistique historique à l’université de Trêves et directrice du Trier Center for Digital Humanities, et Anne Baillot, qui dirige le projet Intellectuels berlinois 1800-1830 à l’Institut de littérature allemande de l’université Humboldt de Berlin (voir le carnet Digital Intellectuals) et coordonne le cercle de réflexion « Humanités numériques à Berlin » (Einstein-Zirkel).

Dans le cadre du cycle « L’Europe des digital humanities », nous explorons la diversité des situations européennes en invitant des acteurs de premier plan à présenter un aperçu des humanités numériques telles qu’elles sont pratiquées et théorisées dans leur tradition. La discussion portera donc sur la structuration de ce champ d’activité en Allemagne. Quelle a été sa genèse ? Quels sont les projets et les tendances actuels ? Ces questions seront abordées à travers les expériences personnelles des invitées et à travers leurs points de vue sur l’institutionnalisation des digitale Geisteswissenschaften, depuis longtemps cultivées dans les pays germanophones.

La séance aura lieu le mercredi 2 avril 2014, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle du Conseil B (niveau −1).

Comme à l’accoutumée, cette séance est ouverte à tous. Il est recommandé d’annoncer votre présence par un courriel.

germany_flickr

DH EHESS : Digital Humanities en Suisse

Pour la prochaine séance du séminaire Digital Humanities, qui aura lieu exceptionnellement la deuxième semaine de mars, nous accueillerons Claire Clivaz, professeure assistante à l’université de Lausanne, membre du bureau du Laboratoire des cultures et humanités digitales, et Frédéric Kaplan, qui occupe la chaire de digital humanities et dirige le Digital Humanities Lab de l’École polytechnique fédérale de Lausanne.

Dans le cadre du cycle « L’Europe des digital humanities », nous explorons la diversité des contextes européens en invitant des acteurs de premier plan à présenter un aperçu des humanités numériques telles qu’elles sont pratiquées et théorisées dans leur tradition. La discussion portera donc sur la structuration des « humanités digitales » en Suisse. Quelle a été leur genèse ? Quels sont les projets et les tendances actuels ? Qu’en est-il de l’interdisciplinarité qu’illustrent les profils de nos invités, philologue bibliste pour l’une, spécialiste d’intelligence artificielle, de robotique et de muséologie pour l’autre ? Quel est le rôle du multilinguisme propre à la Suisse ?

Outre ces questions liées à la spécificité d’une situation nationale, nos intervenants évoqueront le colloque international Digital Humanities 2014, qui se tiendra à Lausanne en juillet et dont ils président le comité d’organisation local.

La séance aura lieu le mercredi 12 mars 2014, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle du conseil A (niveau –1).

La séance est ouverte à tous. Il est recommandé d’annoncer votre présence par un courriel.

DH 2014 : appel à communication en romanche

Séminaire DH EHESS 2012-2013 : compte rendu

Voici le compte rendu du séminaire « Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs » de l’année 2012-2013, tel qu’il sera publié sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales.

Cette aventure se poursuit l’an prochain : vous pouvez consulter le calendrier des séances et le programme général du séminaire 2013-2014.

2013_08_11_dh_ehess_2012-2013_cr_wordle

« Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs »
Compte rendu du séminaire 2012-2013
Aurélien Berra, Marin Dacos, Pierre Mounier

Pour sa quatrième année, le séminaire a fortement évolué sous l’impulsion d’Aurélien Berra, qui a rejoint l’équipe après avoir animé les conférences complémentaires « Textes anciens et humanités numériques » et « Édition savante et humanités numériques » (2010-2012). Trois cycles sont désormais proposés en alternance. Assurées par Aurélien Berra, les séances de lecture discutent des ouvrages importants, produits aussi bien dans le domaine anglophone que dans les autres traditions des digital humanities. Nous continuons à inviter des collègues de différentes disciplines des sciences humaines et sociales à présenter des réflexions sur leurs projets numériques. Enfin, avec le soutien du Campus Condorcet, nous avons commencé à explorer l’histoire et la situation des humanités numériques dans différents pays européens. Ces trois orientations complémentaires seront poursuivies.

Cycle « Lectures ». Le commentaire en diptyque de deux ouvrages fondamentaux – A Companion to Digital Humanities (2004) et Debates in the Digital Humanities (2012) – a fait apercevoir le chemin parcouru par la discipline en une décennie. Cette dimension historique a constitué un fil rouge, puisque les lectures comprenaient aussi Les Historiens et l’informatique (2011), « bilan prospectif » franco-italien coordonné par Jean-Philippe Genet et Andrea Zorzi, et SpecLab (2009), synthèse théorique de Johanna Drucker fondée sur les projets du Speculative Computing Laboratory de l’université de Virginie. Deux séances particulières ont porté sur des publications italiennes, Informatica testuale (2010) de Tito Orlandi et L’Umanista digitale (2010) de Teresa Numerico, Domenico Fiormonte et Francesca Tomasi. Il s’agissait de mettre en évidence une tradition nationale ancienne, peut-être spécifique, dont nous avons ensuite invité deux acteurs de premier plan.

Cycle « Les digital humanities à l’échelle de l’Europe ». Notre entretien avec Tito Orlandi et Domenico Fiormonte, qui représentent deux générations successives de chercheurs et enseignants investis dans le développement de l’Informatica umanistica, a permis d’évoquer le cas de l’Italie, à travers notamment l’histoire du CISADU de l’université de Rome La Sapienza. L’exposé d’Enrico Natale, venu présenter le portail Infoclio.ch et surtout l’élaboration de l’édition numérique Rousseau Online, a ouvert des perspectives sur la dynamique actuelle des « humanités digitales » en Suisse. Cette exploration par pays sera prolongée à l’avenir, avec des séances sur l’Allemagne et probablement sur la Suisse et l’Espagne. Pour compléter cette dimension du séminaire, Sophie David a présenté la genèse de DARIAH, qui sera la principale infrastructure européenne couvrant le domaine des humanités numériques : ce cadre de coopération donnera une réalité institutionnelle au projet récurrent d’un réseau européen.

Cycle « Projets ». Pour présenter le projet SemanticPedia, dont le but est de donner une structure sémantique aux matériaux issus de l’encyclopédie Wikipedia, Alexandre Monnin l’a situé dans le contexte plus vaste des relations entre le Web et la philosophie. Dana Diminescu et Mathieu Jacomy ont présenté e-Diasporas, riche cartographie des communautés migrantes telles qu’elles se dessinent dans l’interconnexion des sites Web. Associé à la création d’un outil de visualisation des réseaux, Gephi, ce projet repose sur une forte complémentarité des sciences sociales et des sciences du numérique. Les réseaux sont également au cœur du projet que conçoit Lieve Van Hoof, mais l’enjeu est cette fois d’analyser le corpus épistolaire d’un auteur grec, Libanios. L’entreprise illustre le renouvellement possible des sciences de l’Antiquité grâce à l’usage des technologies informatiques. Aurélien Berra a rappelé à cette occasion les grandes lignes de l’histoire des Digital Classics et de leur situation en France et au plan international.

Lors d’une séance hors-série, Corinne Welger-Barboza, qui avait été notre invitée en 2009 et dont la carrière universitaire s’achevait, a développé une question centrale dans ses recherches, celle du rapport que l’histoire de l’art et ses praticiens entretiennent avec la technique.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter nos annonces en ligne sur le carnet Philologie à venir : http://philologia.hypotheses.org/.

DH EHESS : humanités numériques italiennes

La prochaine séance du séminaire Digital Humanities est exceptionnelle, car nous recevrons deux grands acteurs de l’histoire des humanités numériques en Italie, dont nous avons parlé lors des lectures précédentes (voir ici et ).

Dans un premier temps, Domenico Fiormonte évoquera l’histoire de l’Informatica Umanistica et présentera les éléments théoriques de ses recherches qui lui paraissent aujourd’hui essentiels. La seconde partie de la séance sera consacrée à une discussion, à laquelle Tito Orlandi a accepté de participer.

C’est une chance rare de pouvoir réunir ainsi deux chercheurs étrangers de premier plan, de deux générations différentes, dont les travaux sont représentatifs du développement intellectuel et institutionnel des méthodes numériques dans leur pays.

Leurs témoignages et leurs réflexions, ancrés dans les enjeux du champ européen des digital humanities, seront l’occasion d’un dialogue : nous vous invitons à y prendre part nombreux, le mercredi 27 mars, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3.

Pour annoncer votre présence, un courriel est bienvenu.

newhumanities

Séminaire Digital Humanities : Companion 2004

Le séminaire Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport au savoir reprend ses activités pour une première séance fondée sur le classique companion book de 2004 : Susan Schreibman, Raymond G. Siemens et John M. Unsworth (éd.), A Companion to Digital Humanities, Oxford, Blackwell, 2004. La séance aura lieu ce mercredi 10 octobre, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3.

Je suis très heureux de rejoindre Marin Dacos et Pierre Mounier dans cette aventure collective. Si vous aviez participé aux conférences complémentaires Textes anciens et humanités numériques et Édition savante et humanités numériques, ou si vous n’aviez pas pu le faire encore, je vous invite à entrer dans cet espace de dialogue où souffle l’esprit de THATCamp Paris 2012 (dont les non-actes sont parus) et du Read/Write Book 2 !

Le champ d’intérêt y est le plus large possible : le renouvellement des sciences humaines et sociales dans une société numérique. Nous organisons cette année trois cycles de séances en alternance. Cette semaine, avant le début des cycles « Projets » et « Les digital humanities à l’échelle de l’Europe », j’aurai ainsi le plaisir d’ouvrir la série des « Lectures ».

Lectures : L’établissement d’une culture commune implique des références historiques et théoriques. Sous la forme d’ateliers, nous présenterons et discuterons des ouvrages importants, produits aussi bien dans le domaine anglophone que dans les diverses autres traditions des digital humanities.

Le séminaire est ouvert à tous : il vous suffit d’annoncer votre présence en écrivant à Pierre (dont le courriel est à la fin de l’annonce sur le site de l’EHESS). Une autre façon simple d’être tenu informé est de vous inscrire à la liste de diffusion Digital Humanities. Cette liste accompagne le séminaire et bien d’autres activités, en France et au delà, dans le domaine des humanités numériques. Mais si vous lisez ceci, vous le savez sans doute… Venez prendre part à nos discussions !

Séminaire 2011-2012 : compte rendu

Voici le compte rendu du séminaire « Édition savante et humanités numériques » (2011-2012), tel qu’il sera bientôt publié sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales. Merci à tous les participants et intervenants pour les échanges qu’ils ont permis au fil des mois.

Le programme du séminaire conduit désormais aux annonces des séances : vous y trouverez des détails et de nombreux liens. Les pages Corpus et Lectures demeurent accessibles. Quant aux Références, elles seront complétées et refondues dans une bibliographie nouvelle. En effet, l’exploration continue…

Après deux ans de conférences complémentaires, j’aurai le plaisir d’animer un nouveau séminaire cette année, dans la même institution, en compagnie de fins observateurs et bâtisseurs des digital humanities. À suivre !

L’édition savante (scholarly editing) vise la mise à disposition d’un corpus en vue de son étude. L’objet du séminaire était la réinvention des pratiques traditionnelles dans un environnement numérique, lequel rend fondamentale une réflexion sur le devenir de la philologie. En alternance, trois cycles thématiques de quatre séances ont associé l’exploration des propositions actuelles à une perspective historique. La moitié des séances environ se fondait sur les interventions de participants ou de collègues actifs dans le domaine des humanités numériques.

Le cycle « Aspects de l’édition savante par des moyens numériques » associait des réflexions générales à l’analyse d’un corpus d’éditions électroniques. La séance d’introduction a permis aux membres de cette communauté très diverse de se présenter et a ouvert l’un des axes du séminaire : les modalités de l’accès aux données dans l’espace de l’écran et dans le temps du travail (« Naviguer dans les éditions », 09.11). Nous avons ensuite abordé les sujets suivants : les méthodes statistiques et la modélisation informatique (« Comparer les textes », 11.01, avec Jean-Baptiste Camps, Florian Cafiero et Pierre-Yves Buard) ; les rapports entre interprétation, matérialité et normes sociales dans les pratiques de visualisation (« Visualiser les textes », 14.03, avec Ségolène Tarte et Dominique Stutzmann) ; le bénéfice de l’interactivité dans un projet savant (« Interagir avec les éditions », 09.05, avec Marc Jahjah).

Dans le cycle « Atelier de lecture de textes majeurs des digital humanities », j’ai proposé des comptes rendus et des commentaires. Nous avons évoqué : les premiers théoriciens du texte électronique, entre vision utopique et adaptation aux réalités changeantes du médium (« Hypertexte : Ted Nelson, Jay Bolter, George Landow », 23.11) ; l’épistémologie et les conditions de possibilité du Humanities Computing (« Informatique et humanités : à propos de Willard McCarty », 25.01) ; deux auteurs influents qui ont pratiqué et pensé l’édition savante aussi bien « après le World Wide Web » qu’avant la diffusion des technologies informatiques (« Édition numérique : à propos de Jerome McGann », 28.03, et « Édition numérique : à propos de Peter Shillingsburg », 23.05).

Le cycle « Situation de l’édition savante numérique en France » reposait à la fois sur la présentation réflexive de projets en cours et sur un aperçu de l’infrastructure des humanités numériques. Voici les questions qui ont été discutées : les relations entre le geste technique et le projet intellectuel (« Textes numériques : l’encodage, pratique savante ? », 14.12, avec Nicole Dufournaud, Emmanuelle Morlock-Gerstenkorn, Jean-Baptiste Camps et Vincent Jolivet) ; l’édition des inscriptions et du genre du commentaire (« Textes numériques : représentation et interrogation », 08.02, avec Marion Lamé, Bruno Bureau et Christian Nicolas) ; les vecteurs des échanges au sein d’une communauté qui se développe et mène actuellement, à l’échelle mondiale, des enquêtes quantitatives et qualitatives sur sa composition (« Communauté : revues, listes et réseaux sociaux », 11.04, avec Pierre Mounier) ; l’institutionnalisation des humanités numériques en France (« Centres et institutions », 06.06, avec Florence Clavaud, Pierre Mounier, Alain Bernard et Michel Bernard).

Pour plus d’informations, je vous invite à consulter le carnet de recherche Philologie à venir, qui contient notamment des liens et des références bibliographiques. En 2012-2013, ce carnet accompagnera également le séminaire Digital Humanities, que j’animerai à l’EHESS en collaboration avec Marin Dacos et Pierre Mounier.

Who are you, Digital Humanists? (enquête)

Cette question est le titre d’une enquête opportunément lancée aujourd’hui, durant le Day of DH 2012, dans le sillage du Manifeste des Digital Humanities et à la suite de diverses discussions européennes favorisées notamment par le mouvement THATCamp.

Pour en savoir davantage et y participer, suivez le lien : Who are you, Digital Humanists?

Faire des humanités numériques

« Faire des humanités numériques », conférence du 29 novembre 2011, dans le cadre du colloque Les Métamorphoses numériques du livre II (site).

La mise en ligne de cette introduction historique et subjective me permet d’ouvrir ici un espace aux commentaires !

Ajout de mars 2012. Sur le site de l’Agence du livre qui organisait ces rencontres, vous trouverez maintenant une synthèse écrite : grâce à ses références actives, vous pourrez accéder aux pages des projets, blogs et institutions que je mentionne.

Ajout de février 2013. Une version remaniée de cette intervention est devenue un chapitre du Read/Write Book 2 (livre dont je recommande vivement la lecture, sur tous supports) : Aurélien Berra, « Faire des humanités numériques », dans Pierre Mounier (éd.), Read/Write Book 2. Une introduction aux humanités numériques, Marseille, OpenEdition Press, 2012, p. 25-43 et http://press.openedition.org/238.

Séminaire 2010-2011 : compte rendu

Voici le compte rendu du séminaire « Textes anciens et humanités numériques » (2010-2011), tel qu’il sera publié sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales. Bonne lecture !

Comme on le dit rituellement ailleurs : des commentaires ?

Dans l’étude des textes au moyen des technologies informatiques, les corpus grecs et latins occupent depuis longtemps une place spéciale. Aujourd’hui, alors même que les études classiques connaissent une crise majeure en Europe, la philologie se trouve confrontée au défi d’une réinvention de ses outils et, par conséquent, d’une redéfinition de ses méthodes, voire de ses fins. Le séminaire a poursuivi un double objectif : élaborer une perspective historique sur le champ des digital humanities, riche de plus d’un demi-siècle d’expérimentations, et engager une réflexion sur les enjeux de la philologie numérique, au delà de nos « incunables numériques ».

Ces cinq séances ont eu pour point focal la place et les conditions de l’interprétation dans les dispositifs savants du travail avec les textes. Les spécialistes qui font vivre les patrimoines textuels et intellectuels doivent avoir conscience des possibilités comme des déterminations technologiques nouvelles. Dans ce cadre, la forme de l’édition critique est une question ouverte, puisque ses normes (procédures de décision et de démonstration, autorité, pacte de lecture) sont en cours de transformation.

L’état des lieux théorique et le parcours bibliographique avaient la priorité cette année. La reconduction des conférences pour 2011-2012, sous l’intitulé « Édition savante et humanités numériques », permettra un approfondissement thématique et un élargissement de la démarche.

« Le sens de l’oxymore » : définition, histoire, enjeux des humanités numériques (8 décembre 2010 et 12 janvier 2011)

Compétences ancillaires, discipline émergente ou transdiscipline ? Nouvelles formes de polyvalence ou de collaboration ? Quel que soit le diagnostic épistémologique et pratique, on a avantage à regarder le computer comme le vecteur de contraintes créatrices. La nécessité d’être exhaustif, cohérent et explicite conduit potentiellement à réinventer les gestes du travail savant, qui apparaît ainsi plus évidemment comme une expérimentation et un effort de modélisation. Les humanités numériques sont alors l’application heuristique de l’informatique aux sciences humaines et sociales. Des éléments d’histoire ont précisé les enjeux de cette évolution, entre conservation du patrimoine et esprit d’invention : taille des corpus, alternance entre close reading et lecture assistée par ordinateur, droits de propriété, collaboration, statut des humanités dans la société. Notre temps est à la fois celui de l’institutionnalisation (standardisation, archivage et mutualisation) et des manifestes. — Références principales : A Companion to Digital Humanities, A Companion to Digital Literary Studies, G. Crane, S. Hockey, W. McCarty.

« Qu’est-ce qu’un texte ? » et « Quand lire, c’est faire » : transformations de la textualité et de l’acte de lecture (2 mars 2011)

Le texte, numérique ou non, n’est jamais une donnée brute. Outiller efficacement la lecture d’étude suppose de tenir compte des acquis théoriques concernant l’acte de lecture et la sémantique située, tout en tirant profit de caractéristiques désormais au premier plan comme la tabularité, l’hypertextualité et l’interactivité. L’encodage et la création d’un environnement de recherche sont les conditions de nos pratiques du texte (manipulation, annotation, partage et collaboration). — Références principales : A. Giffard, J. McGann, F. Rastier, A. Renear, D. Schmidt, C. Vandendorpe.

« Philologie à venir » : promesses et réalités de la philologie numérique (6 avril 2011)

L’histoire de l’édition savante électronique a ajouté plusieurs modèles à l’édition imprimée traditionnelle : la base de données, l’hypertexte et l’archive. Quelle sera la place de l’édition critique dans ce paysage encore instable ? — Références principales : J. McGann, P. Robinson, E. Vanhoutte.

« Le projet Athénée numérique » (4 mai 2011)

Cette séance de conclusion a examiné les problèmes et les promesses du texte numérique à travers l’exemple d’un projet en cours d’élaboration. — Présentation en collaboration avec Matteo Romanello (King’s College London et Deutsches Archäologisches Institut).

Voir sur ce carnet les références bibliographiques collectées au fil des séances.

Édition savante et humanités numériques

Le séminaire « Textes anciens et humanités numériques » est reconduit pour l’année 2011-2012, dans une perspective élargie et sous un nouvel intitulé. Le programme des douze séances, en cours d’élaboration, sera précisé sur ce carnet. J’invite toute personne intéressée à me contacter !

Voici la brève présentation en ligne sur le site de l’EHESS (ici) :

Édition savante et humanités numériques

2e et 4e mercredis du mois de 18 h à 20 h (INHA, salle Walter Benjamin, 2 rue Vivienne 75002 Paris), du 9 novembre 2011 au 6 juin 2012.

L’édition savante vise la mise à disposition d’un corpus en vue de son étude. Les problèmes et les promesses de la réinvention des pratiques dans un environnement numérique rendent fondamentale une réflexion sur le devenir de la philologie.

En alternance, trois cycles de quatre séances associent l’exploration des propositions actuelles à une perspective historique.

• Aspects de l’édition savante par des moyens numériques (à partir d’un corpus d’éditions électroniques) : navigation, comparaison, visualisation, interaction.

• Atelier de lecture de textes majeurs des digital humanities : hypertexte (Nelson, Barrett, Bolter, Landow) ; informatique et humanités (McCarty) ; édition numérique (McGann, Shillingsburg).

• Situation de l’édition savante numérique en France (présentation de projets) : maniement des textes ; exploitation des bases de données ; vecteurs des échanges dans la communauté ; institutions.

Day of DH 2011 : matière et mémoire

Sous ce titre ambitieux, je signale simplement que le Day in the Life of Digital Humanities de cette année a donné lieu à plus d’un millier de billets sur les 230 carnets éphémères ouverts à cette occasion. Après une légère révision de la part des organisateurs, destinée à assurer la cohérence formelle et la déontologie des textes, l’ensemble deviendra une archive permanente ouverte à tous et fournira ainsi un instantané de l’état du champ. Ma contribution au Day of DH comprenait notamment une liste des carnets d’Hypothèses traitant des technologies ou des humanités numériques (voir A pleasurable daily duty). Voilà pour la mémoire.

En ce qui concerne la matière, je pense aux exploitations futures de ce corpus. Par un geste typique des humanités numériques, les données de 2011 sont devenues un objet d’étude dès le lendemain de l’événement, alors que bien des participants n’avaient pas encore mis à jour leur blog ni eu le temps de se lire les uns les autres. Dans sa Rapid analysis of three years of DHStéfan Sinclair a proposé et discuté des nuages de mots et un graphe fondé sur l’analyse de correspondances ; il a utilisé l’environnement d’analyse textuelle Voyeurs, qu’il développe en collaboration avec Geoffrey Rockwell. Plusieurs représentations intéressantes sont regroupées sur la page Visualizations du wiki (où les données brutes sont également disponibles). Vous y trouverez diverses formes de visualisation : timeline, visual analytics, word cloud, word tree, phrase net et autres clusters.

La journée des humanités numériques (Day of DH)

Pour la troisième année, l’université d’Alberta organise aujourd’hui « The Day in the Life of Digital Humanities”, également connu sous le nom de « Day of DH » (voir aussi #dayofdh). En toute liberté, les participants tiennent un blog au fil de la journée afin de faire connaître leurs activités, leurs idées et leur humeur de digital humanists. Ces fragments de journées typiques ou particulières constituent un instantané instructif. De toute évidence, ces données seront d’ailleurs exploitées comme un corpus de recherche.

La procédure d’inscription permet de collecter d’intéressantes définitions du domaine : chacun répond à la question « How do you define Humanities Computing/Digital Humanities?

Il me semble que les participants non anglophones sont plus nombreux que les années passées… Comme cette journée ne sera pas pour moi la plus numérique de la semaine, l’exercice consistera aussi à réfléchir aux moments de travail qui sont sans rapport avec l’usage des ordinateurs et à la place des humanités numériques dans mon activité d’universitaire français. More on this on my Day of DH weblog!