News from the Hyposphere

L’horizon d’Hypotheses.org est résolument multilingue. En mars dernier, j’ai eu le plaisir de présenter la plateforme francophone, dont la page d’accueil se nomme maintenant fr.hypotheses.org, lors du colloque d’ouverture de la plateforme germanophone, de.hypotheses.org. Ajoutez l’espace des carnets hispanophones, es.hypotheses.org, et la galaxie lusophone, lusopenedition, et vous obtenez la carte actuelle de l’hyposphère (le mot était encore récent lorsque j’en parlais ici l’an dernier). Mais cet univers est en expansion rapide !

Le colloque de Munich s’intitulait Des blogs dans les sciences humaines, ou De l’émergence d’une nouvelle culture de la recherche (ma version française de Weblogs in den Geisteswissenschaften oder: Vom Entstehen einer neuen Forschungskultur). Vous pouvez consulter son programme sur le carnet de la rédaction de la plateforme.

Mon intervention, « News from the Hyposphere. Scholarly Blogging in France », est disponible sur iTunesU et en ligne au format Flash (des diapositives de meilleure qualité que celles intégrées à ce film ont rejoint le riche entrepôt d’OpenEdition sur Slideshare). C’était l’une des deux présentations faites en anglais, avec le témoignage réflexif de Melissa Terras, que je vous recommande. Toutes les communications ont été filmées et sont diffusées sous divers formats. Pour les germanophones, l’ensemble est passionnant.

En une vingtaine de minutes, je propose des éléments de réflexion sur :

  • mon titre, qui fait référence à l’utopie politique de William Morris pour parler de la pratique du blogging scientifique ;
  • l’histoire et le contexte du développement d’Hypotheses.org ;
  • sa structure, à l’aide des statistiques que m’a fournies Pierre Mounier, des visualisations de réseaux de Josquin Debaz et de Pierre Mercklé et d’une typologie illustrée des carnets ;
  • l’effet de plateforme, les conversations silencieuses, les lecteurs inattendus et les espaces réflexifs ;
  • le cadre institutionnel d’Hypothèses ;
  • enfin, l’internationalisation du projet, qui me semble tout à fait liée à son esprit d’ouverture de la recherche.

Passerelle

Les observateurs de l’hyposphère, cette région récemment découverte de la blogosphère, ont dénombré bien des hyperliens entre les sites, tout en prêtant l’oreille à la conversation silencieuse qui se noue quand l’œil du visiteur écoute. Ce billet concerne une passerelle d’un autre type : la contribution à plusieurs carnets.

Pour ma part, je participe à la présence en ligne des Lieux de savoir, vaste entreprise collective qui a rejoint Hypotheses.org il y a quelques semaines. Je le signale ici, car les technologies numériques sont un thème fréquent dans les deux volumes déjà parus. Certains auteurs mettent en perspective les transformations de l’édition commerciale et savante. Je vous invite donc à suivre ce fil thématique dans le carnet, puis sur le papier.

Le texte que j’ai rédigé pour Les Mains de l’intellect porte sur le Thesaurus Linguae Graecae (TLG) et, plus largement, sur ce qu’a signifié jadis et ce que peut signifier maintenant le fait de « Manier le thésaurus grec ». La référence se trouve naturellement dans la bibliographie du séminaire, dont cet article a accompagné la préparation.