Rethinking Text Reuse as Digital Classicists (DH2014)

Le colloque Digital Humanities de cette année (DH2014) est associé pour moi à la création d’Humanistica, l’association francophone des humanités numériques. Je n’oublie pas pour autant les riches journées qui la suivront, en particulier la séance internationale et anglophone que je co-organise sur la modélisation et le traitement numérique des réemplois textuels (text reuse) – phénomène beaucoup moins simple qu’il n’y paraît lorsque l’on parle de citations et de fragments sans s’interroger sur ces catégories traditionnelles.

L’annonce ci-dessous contient les informations utiles. Toute personne intéressée est bienvenue !

2014_04_10_homer_multitext_teaching

Panel session Rethinking Text Reuse as Digital Classicists
2014 Digital Humanities Conference
10.07.2014, 09.00-10.30
Lausanne, Amphimax, room 410

Text reuse – the meaningful reiteration of text, usually beyond the simple repetition of common language – is a broad concept that can naturally be understood at different levels and studied in a large variety of contexts. This panel will gather researchers from different projects focussing on text reuse in the field of Digital Classics with the aim of discussing the possible approaches to and understandings of the notion. It will also bring together current efforts and lay the ground for further research.

Conveners:

  • Aurélien Berra (Université Paris-Ouest & EHESS)
  • Matteo Romanello (German Archaeological Institute & King’s College London)
  • Alexandra Trachsel (University of Hamburg)

Invited participants:

  • Monica Berti (University of Leipzig)
  • Chris Forstall (University at Buffalo, SUNY)
  • Annette Geßner (University of Leipzig)
  • Charlotte Tupman (King’s College London)

For more information and the panel’s programme, please visit the Digital Classicist wiki.

L’épistémologie problématique des humanités numériques

Le 26 mai dernier, j’ai participé à un colloque dont je trouve décidément excellent l’intitulé en forme de slogan : « DHnord2014. Humanités numériques : des outils, des méthodes, une culture ». Le site créé pour l’occasion fait allusion aux couleurs et aux polices typiques des interfaces en ligne de commande. Mieux, l’équipe de la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) et deux étudiants de l’université Lille III l’ont intelligemment alimenté pour préparer le colloque, puis pour en rendre compte. On y trouve maintenant les enregistrements vidéo des interventions. Cela me permettra d’en écouter certaines auxquelles je n’ai pas pu assister, comme la table ronde qui réunissait Milad Doueihi, Louise Merzeau et Pierre Mounier. Cela me permet de vous proposer ici ma propre conférence, « Connaître aujourd’hui. L’épistémologie problématique des humanités numériques » (1 h 10 min ; l’intervention commence à 7 min 20 s).

2014-05-26_dhnord2014_berra

Avant d’aborder cette question fondamentale – ou d’affronter ce serpent de mer ? –, voici le résumé que j’avais transmis.

Si l’épistémologie a pour rôle de dire comment nous connaissons ce que nous connaissons, les façons d’envisager le sujet connaissant et sa relation avec ses objets varient selon les époques et les champs de savoir. On peut alors renoncer aux programmes d’unification théorique du champ scientifique et faire le constat du pluralisme des méthodes, à l’intérieur même des disciplines. Cela n’est pourtant pas entièrement satisfaisant face au phénomène complexe que désignent les humanités numériques, tour à tour considérées comme communauté de pratique, espace de dialogue et laboratoire de théories adaptées à notre temps. De fait, pour identifier leur spécificité – pour leur donner aussi une légitimité, au delà de la rhétorique de la révolution numérique –, on évoque souvent l’émergence d’une nouvelle épistémologie.

Une telle épistémologie est-elle seulement possible ? Le champ est-il trop hétérogène pour qu’on y discerne un mode de connaissance propre ? Est-il trop tôt pour le faire, parce qu’il manquerait de maturité ou de réflexivité ? Les digital humanities imposent de prendre en compte les médiations matérielles de la connaissance et invitent à regarder nos activités savantes dans la perspective de l’histoire des sciences et des techniques. Elles revendiquent souvent le fait d’être orientées vers la construction. Sont-elles fondées sur un rapport particulier entre la pratique et la théorie ?

À travers ces questions, plutôt qu’à un nouveau paradigme, je propose de réfléchir à l’intérêt de décrire les éléments d’une culture épistémique.

La vidéo intègre les images que je projetais. Pour l’accompagner, il me paraît cependant utile d’expliciter certaines des références qui apparaissent au fil de mon propos et de donner les liens des documents en ligne. (Ceci n’étant pas une bibliographie, je n’y mentionne pas d’autres références plus attendues, prénumériques ou non : Aristote, Bachelard, Comte, Descartes, Dilthey, Durkheim, Feyerabend, Foucault, Kant, Lakatos, Latour, McGann, Otlet, Platon, Quine, Rastier, Schlick, Shillingsburg et quelques autres – dont la diversité reflète bien la complexité de ce sujet méta-disciplinaire.)

  • « Il n’y a pas de tabula rasa. Nous sommes comme des marins forcés de reconstruire leur navire en pleine mer […]. » Otto Neurath, « Protokollsätze », Erkenntnis, 3, 1932-1933, p. 206.
  • Caspar David Friedrich, Der Wanderer über dem Nebelmeer, 1818.
  • Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982.
  • Thomas Kuhn, The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, University of Chicago Press, 1962.
  • William Pannapacker, « The MLA and the Digital Humanities », The Chronicle of Higher Education, 28 décembre 2009 [].
  • Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Paris, Raison d’agir, 2001.
  • Roman Jakobson, « Linguistique et poétique », dans Essais de linguistique générale, trad. Nicolas Ruwet, Paris, Seuil, 1970 (1960), p. 209‑248.
  • Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage, 4ᵉ éd., Paris, Armand Colin, 1999.
  • Vannevar Bush, « As we may think », The Atlantic Monthly, 176, 1, 1945, p. 101‑108 [].
  • Carlo Ginzburg, « Spie. Radici di un paradigma indiziario », dans Umberto Eco et Thomas A. Sebeok (éd.), Il segno dei tre. Holmes, Dupin, Peirce, Milan, Bompiani, 1983 ; Carlo Ginzburg, « Spie. Radici di un paradigma indiziario », dans Miti, emblemi, spie. Morfologia e storia, Turin, Einaudi, 1986, p. 158‑209.
  • Jean-Marc Ferry, « Le paradigme indiciaire », dans Denis Thouard (éd.), L’Interprétation des indices. Enquête sur le paradigme indiciaire avec Carlo Ginzburg, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007, p. 91‑102.
  • Charles Percy Snow, The Two Cultures, Cambridge, Cambridge University Press, 2000 (1959).
  • Jean-Paul Laumond, La Robotique : une récidive d’Héphaïstos, Collège de France, 2012 [].
  • Bethany Nowviskie, « On the origin of “hack” and “yack” », 8 janvier 2014 [].
  • John Unsworth, « Scholarly primitives. What methods do humanities researchers have in common, and how might our tools reflect this ? », Humanities Computing : Formal Methods, Experimental Practice, King’s College, London, 2000 [].
  • Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Marseille, OpenEdition Press, 2014 [].
  • Aurélien Berra, « Faire des humanités numériques », dans Pierre Mounier (éd.), Read/Write Book 2. Une introduction aux humanités numériques, Marseille, OpenEdition Press, 2012, p. 25‑43 [].
  • Willard McCarty, Humanities Computing, Houndmills, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2005.
  • Claire Brossaud et Bernard Reber (éd.), Humanités numériques. 1. Nouvelles technologies cognitives et épistémologie. 2. Socio-informatique et démocratie cognitive, Paris, Lavoisier, 2007.
  • Susan Schreibman, Raymond Siemens et John Unsworth (éd.), A Companion to Digital Humanities, Oxford, Blackwell, 2004.
  • Jeffrey Schnapp, Todd Presner et UCLA Digital Humanities & Media Studies Seminar, Digital Humanities Manifesto 2.0, 2009 [].
  • THATCamp Paris 2010, Manifeste des Digital Humanities, Paris, Centre pour l’édition électronique ouverte, 2010 [].
  • Johanna Drucker, « Humanistic Theory and Digital Scholarship », dans Matthew K. Gold (éd.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012, p. 85‑95 [].
  • Stephen Ramsay et Geoffrey Rockwell, « Developing Things : Notes toward an Epistemology of Building in the Digital Humanities », dans Matthew K. Gold (éd.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012 [].
  • Anne Burdick, Johanna Drucker, Peter Lunenfeld, Todd Presner et Jeffrey Schnapp, Digital_Humanities, Cambridge, MIT Press, 2012 [].
  • Adam Kirsch, « Technology Is Taking Over English Departments. The False Promise of the Digital Humanities », 2 mai 2014 [].
  • Franco Moretti, Graphs, Maps, Trees. Abstract Models for a Literary History, Londres, Verso, 2005.
  • Franco Moretti, Distant Reading, Londres, Verso, 2013.
  • Tom Scheinfeldt, « Where’s the Beef ? Does Digital Humanities Have to Answer Questions ? », dans Matthew K. Gold (éd.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012 [].
  • Lorraine Daston, « Whither Critical Inquiry ? », Critical Inquiry, 30, 2, 2004, p. 361‑364.
  • Karin Knorr-Cetina, Epistemic Cultures : How The Sciences Make Knowledge, Cambridge, Harvard University Press, 1999.
  • Stephen Ramsay, « On Building » [].
  • Stephen Ramsay, Reading Machines. Toward an Algorithmic Criticism, Urbana, University of Illinois Press, 2011.
  • Matthew Kirschenbaum, « Digital Humanities As/Is a Tactical Term », dans Matthew K. Gold (éd.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012 [].
  • Brett Hirsch (éd.), Digital Humanities Pedagogy : Practices, Principles and Politics, Open Book Publishers, 2012 [] (citation d’Harold Short dans son introduction, n. 50).
  • Paradoxe du navire de Thésée.

Je reviendrai à ce thème, non seulement pour donner forme à ce que je n’ai pas eu le temps de dire (ou de lire et de penser), mais aussi parce que le petit livre que je rédige avec Björn-Olav Dozo et Pierre Mounier, Qu’est-ce que les humanités numériques ?, évoquera évidemment la question de l’épistémologie. Je serai donc très heureux de recevoir vos commentaires, aussi bien sur ce carnet que dans des conversations électroniques ou de vive voix. Que pensez-vous de cette esquisse de panorama critique ?

friedrich_der_wanderer_uber_dem_nebelmeer_1818

Humanistica : une association pour les humanités numériques francophones

Si vous lisez ce billet, il y a de grandes chances que la création d’Humanistica vous intéresse. Je reproduis ci-dessous l’annonce officielle de sa création, qui a aussi valeur de convocation et d’appel à candidature. Dès l’assemblée constituante de Lausanne et dans les mois à venir, vous pourrez contribuer à définir ses orientations. J’étais membre du groupe de travail chargé de proposer un nom, des statuts et un mode de fonctionnement : je suis maintenant très curieux de voir comment ce projet prendra vie, après son incubation dans les réunions, les listes de discussion et les documents collaboratifs. Cette association sera ce que nous en ferons ensemble.

Le mardi 8 juillet 2014 se tiendra à Lausanne la première assemblée générale (AG) d’Humanistica, l’association francophone des humanités numériques/digitales. Cette AG se tiendra sur le campus de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) de 10h à 16h. Grâce au soutien de DH 2014, elle a lieu en tant qu’événement organisé en marge du colloque international.

Cette assemblée inaugurale, dont la préparation avait été confiée lors du THATCamp de Saint-Malo 2013 à un comité de quinze personnes élues par les participants pour préparer le processus de fondation de l’association, se déroulera en deux temps. Durant la matinée, les participants pourront prendre connaissance des statuts, les valider, élire le comité de l’association, et enfin adopter le règlement intérieur. L’après-midi s’organisera autour d’ateliers proposés par les participants souhaitant soumettre un projet à l’association. À partir de ces projets, Humanistica se structurera pour remplir ses missions de forum et de lobbying en faveur des digital humanities francophones.

L’AG est ouverte sans frais à toute personne intéressée par cette initiative. Il sera possible d’assister aux débats en tant qu’auditeur libre, ou de devenir sur place membre de l’association pour participer aux délibérations et aux prises de décisions collectives. Les statuts et le règlement intérieur qui seront présentés le 8 juillet seront prochainement disponibles en ligne sur le site de l’association (actuellement en cours de construction ; le site sera indiqué ici prochainement). Les personnes intéressées à candidater pour l’une des douze places au comité sont invitées à envoyer jusqu’au 28 juin une lettre de candidature à Pierre Mounier (courriel). Chaque candidat précisera, le cas échéant, s’il désire représenter un pays (et dans ce cas, lequel) ou représenter les doctorants. Les candidatures et leurs présentations seront mises en ligne sur le site de l’association au 1er juillet.

Héroïsme numérique ?

La TEI entre dévotion et libertinage : analyse de structure de textes du XVIIᵉ siècle – tel était le titre prometteur de la journée d’étude à laquelle j’ai participé le 5 mars 2012 (annonce). Il s’agissait d’un bilan d’étape public pour les équipes de deux éditions critiques électroniques, la Vie de Michel de Marillac de Nicolas Lefevre de Lezeau et les Papiers de Guy Patin, travaux en cours de réalisation à l’École des hautes études en sciences sociales, dans le cadre du Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire (Grihl). Les principes adoptés pour la Vie de Marillac avaient été présentés en décembre dans une séance du séminaire ESHN. L’encodage des textes a largement progressé depuis et les questions abordées concernaient non seulement la préparation des documents et ses implications intellectuelles, mais aussi les modes de collaboration, en amont, et l’interface de navigation et d’analyse des données (avec une insistance sur les entités nommées et l’intertextualité), en aval. Ces résultats seront en ligne bientôt.

Les organisatrices, Nicole Dufournaud, Valérie Gratsac-Legendre et Cécile Soudan, avaient souhaité ouvrir la journée par trois interventions plus générales. Elles ont eu la gentillesse de m’inviter en compagnie de :

  • Lou Burnard, qui a présenté son point de vue sur l’histoire de la TEI et sur son inscription dans « l’évolution des méthodes et des pratiques » dans les sciences humaines et sociales – point de vue qu’il définit comme « constructiviste » et « herméneutique », ce qui suffirait à battre en brèche une conception plate des usages savants de la technologie informatique ;
  • Marjorie Burghart, qui a évoqué la constitution des digital humanities et leur lien avec les orientations intellectuelles de l’EHESS – par le biais de l’histoire quantitative, depuis Informatique et histoire médiévale, actes d’un colloque de 1975, et Les Toscans et leurs familles, publié en 1978.

Ces évocations des pionniers d’hier ou d’aujourd’hui et des dynamiques institutionnelles justifieraient à elles seules que je parle d’héroïsme… Cependant, le titre de ce billet reprend en substance celui de ma communication : « L’édition numérique savante, une entreprise héroïque ? ». Ce lien vous conduit vers la page des Dossiers du Grihl où vous trouverez mon diaporama. Dans ce qui suit, j’indique le fil de mon propos, afin de rendre intelligible le choix de mes images !

Pour ma part, je définissais cette intervention comme un interlude sérieux. Patrick Rebollar, l’un des maîtres d’œuvre des Recherches internationales sur les mazarinades (RIM), la qualifie d’« épistémologique », en résumant très bien mon propos :

Aurélien Berra a proposé une galerie mythologique de portraits de chercheurs appliquant la TEI aux corpus textuels, héros solitaires voués à l’échec ou au recommencement (tels Sisyphe), sauf lorsqu’ils agissent en groupe en créant une communauté ouverte et participative, ce qui est précisément le cas des RIM.

(La citation dans son contexte d’origine.)

Mon but était en effet d’amplifier et de complexifier l’intertexte mythologique introduit par Marjorie, lors du dernier colloque de la TEI, dans une communication incisive intitulée « Digital Editions as the Myth of Sisyphus ».

À Sisyphe, allégorie de la problématique pérennité des travaux numériques, j’ajoutais quelques autres figures, qui étaient autant d’invitations à préciser la représentation que nous nous faisons de l’édition numérique et, plus largement, des humanités numériques :

  • Hercule, emblème des travaux titanesques accomplis par l’endurance et la force brute ;
  • Tantale, image de l’édition toujours à venir, devenue un processus ouvert dans un contexte savant encore immature – à moins qu’il ne soit le symbole des chercheurs potentiellement intéressés mais qui n’ont pas accès à des centres ou des groupes actifs ?
  • aux côtés de Sisyphe, les Danaïdes et leur effort infini, qu’il faille affiner l’encodage ou assurer la maintenance des éditions en ligne ;
  • Prométhée, qui promet le changement des modes de travail, des cadres institutionnels et des humanités, sinon de l’humanité ;
  • Zeus, dans son Olympe, figure absente d’une organisation sereine du cosmos numérique à laquelle on se prend parfois à rêver…

Pourtant, au delà de l’âge des héros, heureux ou malheureux, de leur puissance de travail et de leur intelligence rusée, c’est avant tout d’entreprises collectives qu’il s’agit. De modernes Argonautes ? Abandonnons les métaphores culturelles. Les héros de notre temps ont à accomplir une tâche extrêmement importante dans une transformation socio-technologique rapide : réinventer la place de la culture et de la connaissance dans l’information.

Loin de l’inspiration et du savoir-faire unique du savant génial, dont les conjectures confinent à la divination philologique, n’est-ce pas le travail des communautés de pratique et des institutions qui les soutiennent ? Le rôle des individus est crucial dans ces nouveaux lieux de savoir, mais on ne peut plus négliger les conditions matérielles et techniques de leur œuvre. De même, pour détourner un instant notre regard des enjeux du présent, nous avons besoin d’une histoire non héroïsée des usages des technologies informatiques dans les sciences humaines et sociales.

Revenant au cas particulier de l’édition numérique savante, je rappelais des essais de typologie, en citant notamment la conférence douce-amère d’Edward Vanhoutte sur « The Flavours of The Social Edition » (TEI 2011), et situais ces questions dans l’évolution de nos bibliothèques numériques.

Les récits mythologiques, agréables mensonges par simplification, peuvent donner des ailes et faire réfléchir, bien sûr. Mais nous ne sommes plus au temps des pionniers – le « père fondateur » des digital humanities, Roberto Busa, est décédé en 2011 à l’âge de 97 ans et a rejoint Thomas d’Aquin, dont il avait produit une concordance automatisée à partir de 1949 (voir leur rencontre imaginaire). Ou bien est-ce la frontière qui s’est déplacée ? Plutôt, il faut reconnaître que les frontières sont multiples et varient selon les disciplines, les pays, les langues, les institutions : normes et infrastructures dépendent de volontés et de décisions collectives. Mieux vaut le dire, sans métaphores.

Gregory Crane et les nouvelles frontières du Projet Perseus

Gregory Crane présentera bientôt à Paris les orientations nouvelles de la Perseus Digital Library et leur signification pour l’évolution des pratiques philologiques. Le titre de sa conférence, aussi ambitieux que les projets actuels du Perseus Project, défie la traduction. Voici tout de même une approximation : « Une érudition citoyenne, le renouveau de la philologie et la constitution d’une République des Lettres globale dans le Nouveau Monde numérique ».

L’enjeu, tel que je le comprends, est la possibilité pour les disciplines d’érudition et les sciences du texte de perpétuer leur projet savant dans une société numérique en évolution rapide. Comment prendre en compte dans la recherche et dans l’enseignement les principes du crowdsourcing, c’est-à-dire une collaboration ouverte ? Comment affronter les réalités des big data dans les sciences humaines et sociales, c’est-à-dire nos bibliothèques infinies ? C’est dans ces questions que s’enracine la notion de « citizen scholar », aussi contradictoire et vitale que les digital humanities : à l’ère du Web omniprésent, comment faire exister une philologie pour tous ?

Vous êtes invités à participer à cette rencontre pour découvrir et discuter les idées qui seront plus précisément exposées (en anglais) par l’éditeur en chef de Perseus.

Gregory Crane
(Tufts University, Perseus Project)
Citizen scholarship, the resurgence of philology
and a global republic of letters in the digital new world

04.05.2012, ANHIMA
INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle Benjamin, 16h-18h

Cette conférence est organisée par Aurélien Berra et Christian Jacob dans le cadre de l’atelier numérique du Laboratoire d’excellence « Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances » (HASTEC) et des programmes scientifiques de l’UMR 8210 « Anthropologie et histoire des mondes antiques » (ANHIMA). Elle précède la journée d’étude Le papyrus et l’hypertexte. Athénée dans la cuisine du savoir.

News from the Hyposphere

L’horizon d’Hypotheses.org est résolument multilingue. En mars dernier, j’ai eu le plaisir de présenter la plateforme francophone, dont la page d’accueil se nomme maintenant fr.hypotheses.org, lors du colloque d’ouverture de la plateforme germanophone, de.hypotheses.org. Ajoutez l’espace des carnets hispanophones, es.hypotheses.org, et la galaxie lusophone, lusopenedition, et vous obtenez la carte actuelle de l’hyposphère (le mot était encore récent lorsque j’en parlais ici l’an dernier). Mais cet univers est en expansion rapide !

Le colloque de Munich s’intitulait Des blogs dans les sciences humaines, ou De l’émergence d’une nouvelle culture de la recherche (ma version française de Weblogs in den Geisteswissenschaften oder: Vom Entstehen einer neuen Forschungskultur). Vous pouvez consulter son programme sur le carnet de la rédaction de la plateforme.

Mon intervention, « News from the Hyposphere. Scholarly Blogging in France », est disponible sur iTunesU et en ligne au format Flash (des diapositives de meilleure qualité que celles intégrées à ce film ont rejoint le riche entrepôt d’OpenEdition sur Slideshare). C’était l’une des deux présentations faites en anglais, avec le témoignage réflexif de Melissa Terras, que je vous recommande. Toutes les communications ont été filmées et sont diffusées sous divers formats. Pour les germanophones, l’ensemble est passionnant.

En une vingtaine de minutes, je propose des éléments de réflexion sur :

  • mon titre, qui fait référence à l’utopie politique de William Morris pour parler de la pratique du blogging scientifique ;
  • l’histoire et le contexte du développement d’Hypotheses.org ;
  • sa structure, à l’aide des statistiques que m’a fournies Pierre Mounier, des visualisations de réseaux de Josquin Debaz et de Pierre Mercklé et d’une typologie illustrée des carnets ;
  • l’effet de plateforme, les conversations silencieuses, les lecteurs inattendus et les espaces réflexifs ;
  • le cadre institutionnel d’Hypothèses ;
  • enfin, l’internationalisation du projet, qui me semble tout à fait liée à son esprit d’ouverture de la recherche.

Who are you, Digital Humanists? (enquête)

Cette question est le titre d’une enquête opportunément lancée aujourd’hui, durant le Day of DH 2012, dans le sillage du Manifeste des Digital Humanities et à la suite de diverses discussions européennes favorisées notamment par le mouvement THATCamp.

Pour en savoir davantage et y participer, suivez le lien : Who are you, Digital Humanists?

Day of DH 2012

Avec le printemps revient la journée des humanités numériques, Day of DH 2012. Comme l’an dernier (voir le billet qui expliquait le principe de The Day in the Life of Digital Humanities), j’ai ouvert l’un des carnets qui fixeront au fil de la journée, par le texte, l’hypertexte et l’image, les impressions de digital humanists. Près de 300 carnets sont ouverts à l’heure où j’écris.

Les thèmes ne me manqueront pas, car les questions numériques – plus que les solutions, peut-être – ont pris une place croissante dans mon activité. Je le mesure en scrutant mes dossiers, mais aussi en parcourant la liste des participants, qui n’est généralement plus pour moi une galerie d’étrangers. Ce qui m’amène cependant à formuler un vœu en cette fin de matinée à Paris : que je découvre un Day of DH plus multilingue et plus multiculturel, lorsque sera venu le temps de lire tout ce que je n’aurai pas pu lire aujourd’hui. Du reste, en mettant en réseau ces instantanés, cette journée vise aussi, très consciemment, la constitution d’archives.

Et quel écho pour ce Day of DH dans l’hyposphère (francophone, germanophone, hispanophone, lusophone, etc.), aujourd’hui et dans les jours à venir ?

Pêle-mêle, voici les occupations et réflexions à mon programme : préparation du séminaire ESHN de demain à propos de Jerome McGann, fréquentation de la TEI et de ses praticiens, espérances suscitées par le Labex HASTEC, internationalisation d’Hypotheses.org, carnet de route et scholarly blogging (au son de log, blog, clog, backlog…), le kaléidoscope Twitter, l’organisation de la journée d’étude Le papyrus et l’hypertexte. Athénée dans la cuisine du savoir pour croiser philologie, histoire et digital humanities.

À suivre ! Mon blog éphémère est ici. Et le vôtre ?

Faire des humanités numériques

« Faire des humanités numériques », conférence du 29 novembre 2011, dans le cadre du colloque Les Métamorphoses numériques du livre II (site).

La mise en ligne de cette introduction historique et subjective me permet d’ouvrir ici un espace aux commentaires !

Ajout de mars 2012. Sur le site de l’Agence du livre qui organisait ces rencontres, vous trouverez maintenant une synthèse écrite : grâce à ses références actives, vous pourrez accéder aux pages des projets, blogs et institutions que je mentionne.

Ajout de février 2013. Une version remaniée de cette intervention est devenue un chapitre du Read/Write Book 2 (livre dont je recommande vivement la lecture, sur tous supports) : Aurélien Berra, « Faire des humanités numériques », dans Pierre Mounier (éd.), Read/Write Book 2. Une introduction aux humanités numériques, Marseille, OpenEdition Press, 2012, p. 25-43 et http://press.openedition.org/238.

Textes anciens, numérique et enseignement

Je vous souhaite la bienvenue sur ce carnet, que vous visitez peut-être pour la première fois, intrigué(e) par la lecture du message ci-dessous !

Voici de quoi il s’agit. Les mardi 31 janvier et mercredi 1er février 2012 auront lieu à Paris les rencontres « Langues anciennes, mondes modernes. Refonder l’enseignement du latin et du grec » (voir l’annonce officielle et le programme ici et ici). Le site du ministère indique que ces journées ont pour fonction d’« accompagner la réforme du lycée et la revalorisation de la série L » et de « valoriser les langues et cultures de l’Antiquité dans le second degré » ; elles « visent à mettre en valeur toute la richesse des langues et cultures de l’Antiquité (linguistique, littéraire, culturelle et méthodologique) et à souligner leur modernité pédagogique et leur capacité d’innovation ».

Une place a été faite dans ce cadre à l’étude des textes par des moyens numériques, ce qui paraît une excellente initiative. Pour ma part, j’assurerai une intervention sur le thème « Les textes anciens et le numérique » (en me fondant notamment sur les séances des séminaires que ce carnet accompagne depuis 2010 : Textes anciens et humanités numériques et Édition savante et humanités numériques). Je reproduis ici la présentation de ma communication.

Dans la construction des humanités numériques, déjà riches de plus d’un demi-siècle d’expérimentations, la rencontre entre la culture classique et les technologies informatiques a été précoce. Mon intention est de présenter les grandes lignes de cette histoire et de mettre en évidence les enjeux principaux de la philologie numérique, entre conservation du patrimoine et esprit d’invention.

Pour situer le travail avec les corpus anciens dans l’évolution des techniques du texte, il faut prendre acte de l’ambiguïté des digital humanities : strictement définies, elles constituent une application heuristique de l’informatique aux sciences humaines et sociales ; dans une conception large, elles participent à une évolution générale et polymorphe de notre société. Or, ces transformations technologiques coïncident avec une crise majeure des études classiques en Europe. La philologie se trouve ainsi confrontée à un défi urgent : réinventer ses outils et, dans le même temps, redéfinir ses méthodes, voire ses fins. Il semble important que ceux qui font vivre les textes aient conscience des possibilités et des contraintes nouvelles.

Notre époque est celle des manifestes et des théories des humanités numériques aussi bien que de leur institutionnalisation. Sur nos écrans, elle doit concevoir des environnements de recherche et d’enseignement. Plus particulièrement, elle doit proposer des éditions et des bibliothèques numériques héritant pleinement de traditions intellectuelles et d’usages disciplinaires, au delà des prototypes et des « incunables numériques » du vingt et unième siècle commençant. Il s’agit d’élaborer les conditions de nos pratiques des textes anciens à l’ère de l’information.

Ce propos général sera suivi d’un atelier pédagogique, « Apprendre les langues et cultures de l’Antiquité avec le numérique ». Delphine Regnard y présentera certains aspects de sa pratique d’enseignante et de formatrice (utilisation d’un réseau social, d’un blog et du tableau numérique interactif).

À quelques semaines du colloque, il nous semble intéressant de consulter les enseignants de latin et de grec présents sur l’un des réseaux sociaux les plus actifs, ainsi que toutes les personnes concernées qui liront ce texte. Notre ambition n’est pas de mener une enquête en forme, mais de recueillir à titre personnel des avis, des témoignages ou des suggestions.

Que pensez-vous des rapports actuels, possibles ou souhaitables entre les textes anciens et le numérique ?

Merci d’avance de toute réaction que vous voudrez nous faire partager dans les commentaires à ce billet, via les réseaux sociaux ou par courriel. Au plaisir de vous lire et d’échanger avec vous !

Aurélien Berra | profil @aurelberra courriel
Delphine Regnard | profil @drmlj courriel

Day of DH 2011 : matière et mémoire

Sous ce titre ambitieux, je signale simplement que le Day in the Life of Digital Humanities de cette année a donné lieu à plus d’un millier de billets sur les 230 carnets éphémères ouverts à cette occasion. Après une légère révision de la part des organisateurs, destinée à assurer la cohérence formelle et la déontologie des textes, l’ensemble deviendra une archive permanente ouverte à tous et fournira ainsi un instantané de l’état du champ. Ma contribution au Day of DH comprenait notamment une liste des carnets d’Hypothèses traitant des technologies ou des humanités numériques (voir A pleasurable daily duty). Voilà pour la mémoire.

En ce qui concerne la matière, je pense aux exploitations futures de ce corpus. Par un geste typique des humanités numériques, les données de 2011 sont devenues un objet d’étude dès le lendemain de l’événement, alors que bien des participants n’avaient pas encore mis à jour leur blog ni eu le temps de se lire les uns les autres. Dans sa Rapid analysis of three years of DHStéfan Sinclair a proposé et discuté des nuages de mots et un graphe fondé sur l’analyse de correspondances ; il a utilisé l’environnement d’analyse textuelle Voyeurs, qu’il développe en collaboration avec Geoffrey Rockwell. Plusieurs représentations intéressantes sont regroupées sur la page Visualizations du wiki (où les données brutes sont également disponibles). Vous y trouverez diverses formes de visualisation : timeline, visual analytics, word cloud, word tree, phrase net et autres clusters.

La journée des humanités numériques (Day of DH)

Pour la troisième année, l’université d’Alberta organise aujourd’hui « The Day in the Life of Digital Humanities”, également connu sous le nom de « Day of DH » (voir aussi #dayofdh). En toute liberté, les participants tiennent un blog au fil de la journée afin de faire connaître leurs activités, leurs idées et leur humeur de digital humanists. Ces fragments de journées typiques ou particulières constituent un instantané instructif. De toute évidence, ces données seront d’ailleurs exploitées comme un corpus de recherche.

La procédure d’inscription permet de collecter d’intéressantes définitions du domaine : chacun répond à la question « How do you define Humanities Computing/Digital Humanities?

Il me semble que les participants non anglophones sont plus nombreux que les années passées… Comme cette journée ne sera pas pour moi la plus numérique de la semaine, l’exercice consistera aussi à réfléchir aux moments de travail qui sont sans rapport avec l’usage des ordinateurs et à la place des humanités numériques dans mon activité d’universitaire français. More on this on my Day of DH weblog!

Passerelle

Les observateurs de l’hyposphère, cette région récemment découverte de la blogosphère, ont dénombré bien des hyperliens entre les sites, tout en prêtant l’oreille à la conversation silencieuse qui se noue quand l’œil du visiteur écoute. Ce billet concerne une passerelle d’un autre type : la contribution à plusieurs carnets.

Pour ma part, je participe à la présence en ligne des Lieux de savoir, vaste entreprise collective qui a rejoint Hypotheses.org il y a quelques semaines. Je le signale ici, car les technologies numériques sont un thème fréquent dans les deux volumes déjà parus. Certains auteurs mettent en perspective les transformations de l’édition commerciale et savante. Je vous invite donc à suivre ce fil thématique dans le carnet, puis sur le papier.

Le texte que j’ai rédigé pour Les Mains de l’intellect porte sur le Thesaurus Linguae Graecae (TLG) et, plus largement, sur ce qu’a signifié jadis et ce que peut signifier maintenant le fait de « Manier le thésaurus grec ». La référence se trouve naturellement dans la bibliographie du séminaire, dont cet article a accompagné la préparation.