DH EHESS : Kinsources, généalogie et recherche collaborative | Compte rendu

Voir l’annonce de la séance

Le 5 février 2014, pour la cinquième séance du séminaire Digital Humanities de l’EHESS, Pascal Cristofoli, ingénieur de recherche au Laboratoire de démographie et d’histoire sociale de l’EHESS et ingénieur associé à l’INED, et Olivier Kyburz, maître de conférences en ethnologie à l’université Paris-Ouest et l’un des principaux artisans du projet Kinsources, sont venus présenter le portail mis en ligne en novembre 2013. Kinsources constitue un nouvel outil de recherche en anthropologie visant à stocker, partager, analyser et comparer des bases de données sur la parenté.

Kinsources est le prolongement d’un projet qui remonte à la fin des années 1990, lorsque Michael Houseman invita Douglas R. White à l’École pratique des hautes études pour présenter P-graph, un outil de représentation graphique des réseaux sociaux. Depuis, des relations de plus en plus étroites se sont nouées autour de l’intérêt commun pour le développement d’outils informatiques dédiés à l’analyse de la parenté, ce qui a débouché sur la constitution du groupe TIP (Traitement informatique de la parenté) et au développement du logiciel PUCK, qui permet de décrire une relation, par exemple le mariage, mais aussi une transaction, à l’intérieur d’un réseau donné. À la base du développement de Puck, on trouve un mode d’analyse des systèmes de parenté qui s’attache aux relations plutôt qu’aux individus. Ce logiciel a rendu possible une collaboration fructueuse entre anthropologues et historiens, l’interdisciplinarité ayant donné l’occasion d’intégrer au projet les questionnements et les exigences propres à chaque discipline.

Si Puck établit des corpus, le rôle de la plateforme Kinsources est de collecter ces corpus et d’autoriser leur partage, en respectant un certain nombre de garanties de qualité : le libre accès, la pérennité des données, le contrôle de la qualité des données et la mise à disposition d’outils d’analyse et de vérification automatisée de leur validité formelle. Partager les corpus est le moyen en premier lieu de les archiver, en gardant la mémoire des travaux déjà réalisés, mais surtout de les comparer ou de les compléter, d’approfondir leur étude, d’interroger les terminologies et de spatialiser les données. Intérêts documentaire et analytique donc, mais aussi intérêt pédagogique : en analysant les corpus, il est possible d’en détecter les défauts et les limites, dans le but d’affiner les méthodes de collecte et de saisie.

Kinsources se présente ainsi comme un outil destiné à tirer parti du caractère cumulatif du travail scientifique. Cependant, il amène aussi le chercheur à s’interroger sur l’auctorialité, la publication des corpus, la reconnaissance académique du travail de collecte et de saisie des données, sans oublier la question de leur hébergement. C’est pourquoi le projet dispose d’un conseil scientifique, qui examine notamment ce qui concerne la visibilité des données, publiques ou privées. Reste ouverte la question d’un format spécifique pour les corpus – puisque les efforts se sont concentrés jusqu’ici sur la modélisation des données et non pas sur leur stockage –, mais la plateforme propose la conversion entre différents formats.

Parmi de nombreux autres intérêts, soulignés dans l’enregistrement de la séance, le projet Kinsources met en évidence deux points importants : l’apport des historiens aux préoccupations initiales des anthropologues, grâce auquel Puck a été perfectionné et de nouvelles fonctionnalités ont été développées ; la possibilité d’étendre maintenant l’analyse à d’autres types de relations, ou de croiser ces différentes relations, l’interdisciplinarité étant le moteur d’une montée en généralité des réflexions sur ce que l’on peut demander à l’outil. En donnant une plus grande visibilité aux corpus, Kinsources entend entretenir cette dynamique du travail collaboratif.

Pour écouter l’enregistrement de la séance

Pour voir les diapositives de la séance

DH EHESS : De l’Allemagne

Dans la prochaine séance du séminaire Digital Humanities, qui aura lieu le mercredi 2 avril, nous accueillerons Claudine Moulin, professeur de linguistique historique à l’université de Trêves et directrice du Trier Center for Digital Humanities, et Anne Baillot, qui dirige le projet Intellectuels berlinois 1800-1830 à l’Institut de littérature allemande de l’université Humboldt de Berlin (voir le carnet Digital Intellectuals) et coordonne le cercle de réflexion « Humanités numériques à Berlin » (Einstein-Zirkel).

Dans le cadre du cycle « L’Europe des digital humanities », nous explorons la diversité des situations européennes en invitant des acteurs de premier plan à présenter un aperçu des humanités numériques telles qu’elles sont pratiquées et théorisées dans leur tradition. La discussion portera donc sur la structuration de ce champ d’activité en Allemagne. Quelle a été sa genèse ? Quels sont les projets et les tendances actuels ? Ces questions seront abordées à travers les expériences personnelles des invitées et à travers leurs points de vue sur l’institutionnalisation des digitale Geisteswissenschaften, depuis longtemps cultivées dans les pays germanophones.

La séance aura lieu le mercredi 2 avril 2014, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle du Conseil B (niveau −1).

Comme à l’accoutumée, cette séance est ouverte à tous. Il est recommandé d’annoncer votre présence par un courriel.

germany_flickr

DH EHESS : Digital Past | Compte rendu

Voir l’annonce de la séance.

La quatrième séance du séminaire Digital humanities de l’EHESS concernait le livre de Peter Haber Digital Past. Geschichtswissenschaft im digitalen Zeitalter (Munich, Oldenbourg, 2011). Discuter cette synthèse sur l’histoire et les usages présents du numérique dans la discipline historique était aussi une occasion de rendre hommage à l’auteur, disparu le 28 avril 2013. La séance était animée par Aurélien Berra et Mareike König.

Dans le souvenir de Mareike König, Peter Haber était un chercheur mesuré, avec qui il paraissait impossible de se disputer, investi en historien dans la question des effets du numérique sur les pratiques actuelles de sa discipline. La maladie l’ayant emporté trop tôt, il ne put faire profiter la communauté scientifique de travaux ultérieurs.

Digital Past est une thèse d’habilitation, publiée en 2011. C’est un travail qui fut nourri par le blog associé depuis 2005 au site hist.net, fondé par Haber et Jan Hodel dès 1999. Son texte est ainsi participatif, en quelque sorte, le blog ayant eu un rôle préparatoire, et suscitant des contacts avec des collègues de divers pays, dans les commentaires, par courriel et par visioconférence. Haber avait abordé, lors de sa thèse de doctorat, le sujet des juifs d’origine hongroise sous l’angle de l’intégration socio-culturelle d’une minorité. Il a changé de sujet pour son l’habilitation, comme le système universitaire germanique le demande. Déjà investi dans les questions du numérique, Haber a ainsi livré au public une synthèse accessible aux non-spécialistes, sans jargon, qui couvre les grandes étapes de l’entrée de l’ordinateur dans la pratique de l’histoire et les changements que cela a entraînés. La bibliographie présentée dans le livre constitue pour tous un outil précieux pour s’orienter dans l’univers germanophone des digital humanities, quoique des lacunes puissent être relevées (par exemple, le portail Historikum.net n’est pas cité).

La séance a été l’occasion de parcourir le texte, qui n’est pas traduit en français. Haber fut dès les années 1990 un promoteur de l’usage d’Internet à des fins de recherche : la création du portail hist.net et sa contribution à la naissance de l’agrégateur de publications en ligne Global Perspectives on Digital History démontrent sa volonté constante de promouvoir l’usage de toutes les technologies à disposition de la recherche en histoire sociale et culturelle. Suivant un fil qui part du premier étonnement de la communauté scientifique, il commence par évoquer la période de lancement de l’histoire numérique avec la constitution d’une nouvelle « République des Lettres » et des premiers catalogues en ligne. Une des questions fondamentales concerne alors les compétences et la maîtrise des outils requises pour un historien d’aujourd’hui, mais aussi la question de la data driven history, dont Haber a parlé lors du colloque DHLU à Luxembourg en mars 2012 : l’interrogation porte ici, notamment, sur la mise en données et les transformations dues à l’hypertexte dans la narration historique.

L’autre thème très présent dans l’ouvrage est celui de l’impact de cette « nouvelle encyclopédie » qui se constitue sur la toile, et dont Wikipedia est l’emblème, et de sa signification pour un historien. Le fantasme de la bibliothèque d’Alexandrie revient avec l’Internet et un nouveau rapport s’instaure entre les citoyens et les historiens, dans la mesure où – potentiellement ou dans les faits – tout le monde est impliqué dans la production de l’histoire, de même que les discussions qui conduisent à l’élaboration d’un texte peuvent être consultées et que les différentes versions linguistiques peuvent être confrontées.

Se demandant comment les sciences humaines et sociales en général, et l’histoire en particulier, se sont numérisées, Haber rappelle de quelle façon ces changements ont affecté l’ordre du savoir : l’illusion de pouvoir « tout savoir » a été recréée et les notions d’information, de connaissance et de savoir prennent de nouveaux contours. C’est en traitant de ces effets des technologies numériques, notamment du risque accru de perdre le contexte d’un document, que la dimension critique de Digital Past s’exprime.

La réflexion porte également sur les moyens de retrouver ce savoir et de naviguer dans cette nouvelle encyclopédie, processus que Haber appelle « l’heuristique de la requête ». Si les catalogues des bibliothèques créaient une cohérence de l’espace informationnel, cette cohérence serait perdue avec le numérique, d’où l’intérêt des bibliographies en ligne et des portails thématiques. En plus de recenser les contenus, de tels projets prennent acte du fait que les publications ne se distinguent plus nettement de la littérature grise.

Avec Digital Past, Peter Haber a donc légué une base pour réfléchir à une redéfinition de la pratique de l’historien et aux modifications de l’écriture, pour comprendre à nouveaux frais le statut de l’auteur et les conditions actuelles de production des textes numériques par la collaboration et l’interactivité : l’ordinateur, de machine à calculer, est devenu une machine à écrire partagée. Passant par les questions de l’Open Access, du contrôle de la qualité après publication, de la recherche, du catalogage et de la visualisation des données, Peter Haber rappelle que cela fait quarante ans que le numérique est entré dans l’écriture de l’histoire. D’une façon réflexive, l’historien tente ainsi de saisir l’évolution de sa discipline.

Pour écouter l’enregistrement de la séance

Pour voir les diapositives de la séance

DH EHESS : Aux sources de l’utopie numérique | Compte rendu

Voir l’annonce de la séance

La séance d’ouverture du séminaire Digital Humanities de l’EHESS, animée par Aurélien Berra et Pierre Mounier le 2 octobre 2013, a été consacrée à la discussion du livre de Fred Turner From Counterculture to Cyberculture. Stewart Brand, the Whole Earth Network, and the Rise of Digital Utopianism (University of Chicago Press, 2006), dont la traduction française est parue en 2012 chez C&F Éditions [1].

Si la préface (PDF) de Dominique Cardon à l’édition française propose une lecture principalement politique de l’ouvrage, il s’agissait dans cette séance de mettre en résonance le travail de Turner avec le développement des digital humanities en France et dans le monde. Ainsi, le choix de retracer le parcours biographique de Stewart Brand permet de situer les humanités numériques dans un cadre plus vaste, dans une tradition ayant ses impensés et ses héritages. Le développement de ce que Turner appelle « l’utopie numérique » est donc analysé à partir d’une individualité exemplaire, celle du créateur du Whole Earth Catalog – que certains voient comme l’ancêtre de papier du Web – et co-fondateur de la première communauté virtuelle, le WELL, du Global Business Network, qui a permis aux milieux d’affaires de s’approprier la métaphore du réseau dans le domaine économique, ainsi que du célèbre magazine technophile Wired.

Se focalisant sur ce « maître du réseau », Fred Turner écarte la vulgate selon laquelle Internet, issu de l’utopie colorée des hippies en même temps que du monde universitaire, aurait fini par trahir ses idéaux originels en prenant une tournure commerciale : il montre au contraire que cette évolution a de multiples causes de nature sociale. Les notions de zone d’échange (trading zone, emprunt à Peter Galison) et de forum-réseau sont celles qui permettent à Turner de décrire ces entrecroisements de milieux et d’individus. Internet n’est pas idéologiquement neutre, nous dit Turner, et c’est pour cela que l’histoire particulière de la culture qui s’est formée depuis le début du xxᵉ siècle dans la Bay Area de San Francisco nous concerne aujourd’hui. Les valeurs qui sont à sa base se reflètent dans la manière dont le numérique est pensé, construit et pratiqué.

La théorie cybernétique naît des besoins issus de la Seconde Guerre mondiale et de la construction du complexe militaro-industriel américain (cf. Arpanet). Mais la contre-culture qui s’est nourrie de cette théorie combat aussi le modèle taylorien d’organisation du travail, à son apogée dans les années 1950. La culture numérique qui émerge de ce cadre mêlera ces éléments, avec des modes d’organisation non hiérarchique, basés sur l’association libre et interdisciplinaire. C’est pourquoi le moment néo-communaliste de la parenthèse hippie ou l’expérience du Rad Lab – laboratoire du MIT créé pendant la guerre qui constitue selon Turner l’ancêtre du Media Lab de Negroponte – sont essentiels dans cette histoire : comme toute technologie qui se diffuse, le paradigme numérique véhicule une tradition et des formes sociales particulières.

En suivant le fil de la biographie de Stewart Brand, c’est le portrait d’une génération que dessine Turner. Brand, biologiste de formation, entre en contact à Stanford avec la théorie cybernétique par l’intermédiaire de l’enseignement de Paul Ehrlich, qui applique la théorie des systèmes au monde vivant ; puis, comme d’autres graduates qui cherchent à retrouver une harmonie et une authenticité de vie dans la campagne, il rejoint le mouvement hippie. Sa première création, le Whole Earth Catalog, répond aux besoins de ces citadins qui se retrouvent fermiers et ne savent pas comment mettre en pratique leur ambition messianique. Puis la communauté éclate et, peu après, Brand imagine avec Larry Brilliant le WELL (the Whole Earth ’Lectronic Link), un système de téléconférence qui permettait l’échange de messages en temps réel ou en différé, pour lequel Brand a mis à contribution son carnet d’adresses, source de testeurs et d’utilisateurs potentiels. Une préfiguration du Web 2.0 en 1985, en somme, dont la communauté de départ était composée d’acteurs de la contre-culture, de hackers et de journalistes qui faisaient partie du réseau du Catalog.

Dans cette période, le contexte économique de la Bay Area favorisait la montée en puissance des modèles d’organisation économique en réseau et le développement du travail freelance. Les chances de trouver un emploi étaient étroitement liées à la capacité d’échanger de l’information et de construire des réseaux : c’est ce qui donne à l’activité économique une importance centrale comme espace de changement social et conduit Brand à se lancer dans l’aventure du Global Business Network.

C’est sur le WELL que Louis Rossetto, Jane Metcalfe, John Plunkett et Barbara Kuhr organisèrent une conférence pour recruter l’équipe de rédaction de Wired, et c’est grâce au Global Business Network qu’ils trouvèrent les premiers fonds pour le magazine. Ces réseaux d’interconnaissance fusionnaient des éléments de contre-culture avec la nouvelle organisation économique globale.

C’est à ce point du récit de Fred Turner que la pensée cybernétique se mêle à une pensée républicaine anti-étatique et dérégulatrice. Le magazine Wired, propulsé par un militant républicain, Louis Rossetto, qui se définissait comme un « anarchiste-libertarien », arrive dans ce panorama et donne une visibilité aux alliances qui se font, au sein de réseaux sociaux exclusifs, entre science, technologie, économie, pensée de la société et pensée politique. C’est dans cette cohérence idéologique que la notion d’utopie numérique prend tout son sens.

Wired est le lieu de la rencontre de deux traditions intellectuelles, l’anti-étatisme et la vision néo-communaliste d’un ordre social idéal, avec les bouleversements technologiques, économiques et politiques des États-Unis à la fin du xxᵉ siècle. Du reste, le réseau du Whole Earth Catalog était marqué par une ambiguïté originelle qui en a accompagné tous les développements. Qu’en est-il de cet héritage qui a imprégné également les technologies élaborées dans la Silicon Valley et qui font partie de notre environnement quotidien ?

Dans les manifestes des Digital Humanities – depuis celui de UCLA en 2009, en passant par le manifeste français de 2010, où le mot « communauté » est employé quinze fois, jusqu’au manifeste de DHIHA en 2013 sur les jeunes chercheurs – s’affiche clairement la filiation avec une culture issue des communautés virtuelles et leur mode de structuration autour des valeurs d’ouverture, de collaboration, de collégialité, de connexion et d’expérimentation [2]. Mais nous voyons aussi que ce mouvement se fait dans un contexte social plus large, européen, qui met en mouvement d’autres acteurs au sein de différents champs sociaux.

Nous sommes arrivés à un point où il est nécessaire de savoir de quelle façon, et suivant quel modèle de société, le travail scientifique se reconfigure sur notre continent. Est-il légitime de voir dans les humanités numériques un cheval de Troie qui introduit dans le champ académique une nouvelle organisation du travail par projet ? Turner rappelle dans son ouvrage qu’il n’y a pas de déterminisme technologique et montre qu’il faut un projet politique pour que les outils puissent entraîner des changements institutionnels. Que voulons-nous faire des humanités numériques en Europe ? Faut-il créer des centres de recherche spécifiques au risque de l’isolement ou faut-il continuer à travailler de l’intérieur des différentes disciplines pour les faire évoluer ? Ce sont certaines des questions que nous avons posées durant la discussion que vous pourrez écouter.

De cette séance nous retenons notamment qu’il est temps de tirer le fil de notre histoire propre et de penser l’institutionnalisation des humanités numériques comme un nouveau point de départ. Think different ? Il nous faut comprendre en quoi ce slogan concerne aussi le monde de la recherche et de l’enseignement.

Pour écouter l’enregistrement de la séance

Pour voir les diapositives de la séance

  1. Outre l’émission citée dans l’annonce de la séance, vous pouvez lire l’entretien de Hervé Le Crosnier avec David Dufresne : « Stewart Brand : aux sources (troubles) de la (belle) utopie numérique ».
  2. Voir Spiro Lisa, « “This Is Why We Fight” : Defining the Values of the Digital Humanities », dans Matthew K. Gold (éd.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012, p. 16‑35.

DH EHESS : Digital Humanities en Suisse

Pour la prochaine séance du séminaire Digital Humanities, qui aura lieu exceptionnellement la deuxième semaine de mars, nous accueillerons Claire Clivaz, professeure assistante à l’université de Lausanne, membre du bureau du Laboratoire des cultures et humanités digitales, et Frédéric Kaplan, qui occupe la chaire de digital humanities et dirige le Digital Humanities Lab de l’École polytechnique fédérale de Lausanne.

Dans le cadre du cycle « L’Europe des digital humanities », nous explorons la diversité des contextes européens en invitant des acteurs de premier plan à présenter un aperçu des humanités numériques telles qu’elles sont pratiquées et théorisées dans leur tradition. La discussion portera donc sur la structuration des « humanités digitales » en Suisse. Quelle a été leur genèse ? Quels sont les projets et les tendances actuels ? Qu’en est-il de l’interdisciplinarité qu’illustrent les profils de nos invités, philologue bibliste pour l’une, spécialiste d’intelligence artificielle, de robotique et de muséologie pour l’autre ? Quel est le rôle du multilinguisme propre à la Suisse ?

Outre ces questions liées à la spécificité d’une situation nationale, nos intervenants évoqueront le colloque international Digital Humanities 2014, qui se tiendra à Lausanne en juillet et dont ils président le comité d’organisation local.

La séance aura lieu le mercredi 12 mars 2014, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle du conseil A (niveau –1).

La séance est ouverte à tous. Il est recommandé d’annoncer votre présence par un courriel.

DH 2014 : appel à communication en romanche

DH EHESS : Kinsources, généalogie et recherche collaborative

Dans la prochaine séance du séminaire Digital Humanities, nous vous proposons une discussion sur la plateforme collaborative Kinsources, un outil de recherche en anthropologie qui permet de stocker, partager, analyser et comparer ses bases de données sur la parenté.

Cette séance s’inscrit dans le cycle « Projet » du séminaire, dont l’objectif est d’explorer de nouvelles modalités de présentation des données, des expériences et des approches critiques, afin d’élaborer des méthodes d’analyse originales. L’intérêt d’un projet tel que celui-ci réside à la fois dans son volet technique et dans son volet scientifique.

Comme le site de Kinsources le souligne, il ne faut pas confondre cette plateforme, conçue pour la recherche comparative et collaborative, avec un site supplémentaire traitant de généalogie : le but du projet est de proposer des études sur la parenté possédant une solide base empirique. L’ambition est de devenir une plateforme de référence dans ce champ de recherche, dans une perspective de recherche internationale qui essaie de comprendre les liens entre généalogie, terminologie et espace dans l’émergence des structures de parenté.

Lancé par Mike Fischer au Center for Social Anthropology and Computing de l’université du Kent, Kinsources est developpé aujourd’hui grâce à un financement de l’ANR, dans le cadre d’un projet qui regroupe l’EHESS, le CNRS et l’université de Paris-Ouest, ainsi que les universités du Kent, de California à Irvine et à Los Angeles et le Max Planck Institute for Psycholinguistics de Nijmegen. Le site est hébergé par la TGIR Huma-Num.

Pour présenter le projet interviendront Pascal Cristofoli, ingénieur de recherche au Laboratoire de démographie et d’histoire sociale de l’EHESS, ingénieur associé à l’INED, co-responsable de l’atelier « Analyse des données relationnelles » et membre du comité scientifique du projet, ainsi que Olivier Kyburz, maître de conférences à l’université Paris-Ouest et l’un des animateurs du groupe « Traitement informatique de la parenté » (TIP, EHESS), qui, à travers le développement de l’outil d’analyse PUCK par Klaus Hamberger, a marqué une étape dans ce domaine d’études et contribué aux fondements de Kinsources.

La séance aura lieu le mercredi 5 février 2014, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 2.

Comme à l’accoutumée, cette séance est ouverte à tous. Il est recommandé d’annoncer votre présence par un courriel.

kinsources_website

DH EHESS : mutualiser les corpus numériques ? | Compte rendu

Avec ce billet, nous adoptons la bonne pratique de mettre en ligne un bref compte rendu des séances du séminaire. L’enregistrement des exposés et des discussions est déposé sur Internet Archive (un lecteur et les diapositives sont intégrés à la fin du billet [1]). Nous espérons que cette lecture et cette écoute vous intéresseront : vos réactions sont bienvenues, sous toute forme !

Voir l’annonce de la séance.

MutEC, acronyme de « Mutualisation pour les éditions critiques et les corpus », est un dispositif de partage créé à Lyon en 2007 qui paraît un exemple emblématique de l’émergence des nouveaux métiers liés aux humanités numériques. À l’occasion de la troisième séance du séminaire Digital Humanities de l’EHESS, le 4 décembre 2013, Maud Ingarao, ingénieure d’études à l’ENS de Lyon et spécialiste de l’édition numérique des sources textuelles à l’Institut d’histoire de la pensée classique (IHPC), a présenté cette expérience de mise en commun des compétences et des technologies, sous un titre qui indique la perspective choisie : « MutEC 2007-2013 : pourquoi nous avons inventé nos métiers ».

MutEC est apparu à un moment où l’on ne parlait pas encore de digital humanities. Maud évoque le projet comme une aventure « modeste » menée par l’Unité numérique de l’ENS-LSH (ensuite devenue Atelier des humanités numériques de l’ENS de Lyon) et le Service d’ingénierie documentaire de l’Institut des sciences de l’homme. Ce réseau à géométrie variable, soumis aux aléas de la motivation et des financements, a fini par trouver sa place et il est aujourd’hui possible de le regarder rétrospectivement comme une entreprise fondatrice. Ce que cette expérience met en lumière, c’est le besoin croissant de structurer en France une communauté au milieu des années 2000, à un moment où ce domaine était peu organisé en France : il n’y avait pas de plateforme comme Isidore, le TGE Adonis (désormais intégré à Huma-Num) était à ses débuts, Open Edition n’existait pas et les réseaux sociaux n’étaient pas encore massivement en usage de notre côté de l’Atlantique. Faute de lieux et d’institutions, les échanges étaient bien plus difficiles ; il faut le rappeler maintenant qu’un projet de MutEC peut être commenté sur Twitter aussitôt publié.

Citant les travaux de Yves Clot et Philippe Davezies sur la clinique du travail [2], Maud Ingarao a souligné à plusieurs reprises la nécessité de nommer son travail, de le définir et lui donner des structures, pour sortir enfin de la frustration qu’engendre une nomenclature inadaptée aux activités des ingénieurs d’étude. Il s’agit au fond de sortir du piège de mots vagues comme « outil » ou « site Web », ce dernier terme étant aussi peu utile que l’expression « support papier » dans l’univers du livre, alors qu’un site est un « objet éditorial non identifié », riche et complexe. Il est plus pertinent de se demander quelles opérations sont effectuées, c’est-à-dire de mieux définir les métiers du numérique. Une seconde frustration peut dériver d’un manque de structures permettant de mutualiser les problèmes rencontrés. En effet, comme les enjeux normatifs jouent dans la qualité du travail, sans des lieux et des moments pour mettre en commun un problème, trancher en faveur d’une solution peut s’avérer une tâche bien lourde.

MutEC a commencé par créer des guides de bonnes pratiques : un guide généraliste, pensé pour les chercheurs qui voulaient se lancer dans le traitement d’un corpus numérique, puis un guide d’encodage plus approfondi. C’était l’occasion de discussions sur ce que sont un bon corpus numérique et une bonne édition critique numérique. La structuration qui a accompagné cette première expérience et les suivantes a permis de débattre et d’élaborer les normes des nouveaux métiers qui commençaient à voir le jour dans le domaine désigné par le nom de digital humanities. Les problèmes à résoudre concernaient d’abord l’identification des corpus numériques, la localisation et le référencement des sources, l’obtention des droits, le passage vers la numérisation des données, la définition des formats, la diffusion et la conception Web, l’extraction des données à partir du corpus et, enfin, la question du front-end et de l’accessibilité. Autant de problèmes, autant de compétences spécifiques qui ne peuvent être mises en œuvre efficacement si l’on suit le principe courant « un projet – un ingénieur » : quand on est seul, on peut difficilement conceptualiser l’action. Le principe d’un travail en binôme (peer programming) sur chaque projet a donc été adopté, ce qui a permis en réalité d’augmenter le nombre de projets suivis par un même ingénieur. Changer de rôle dans chaque projet permet également de prévenir le risque de l’hyperspécialisation.

Mais ce dispositif a vu le jour aussi grâce à la rencontre de plusieurs acteurs : l’Atelier des humanités numériques de l’ENS de Lyon et le Service d’ingénierie documentaire de l’Institut des sciences de l’homme, soit quatre laboratoires (IHPC, Triangle, Ciham et Lire)  impliqués dans des projets d’édition critique numérique. Le projet MutEC a été proposé au TGE Adonis. Il comprenait alors un programme d’animation de la communauté articulé en quatre volets : organiser un atelier de gestion de projets et de retour d’expérience au sujet des corpus numériques, un atelier consacré aux logiciels, pour mettre en commun les tests, la réalisation de guides pratiques et l’organisation d’ateliers de formation, qui faisaient alors défaut.

Un an après, en 2008, MutEC a rencontré le projet Plume, projet interdisciplinaire qui répond à la nécessité, dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche, de promouvoir l’usage et le développement de logiciels spécifiques. Il fallait une plateforme pour décrire ces usages et mieux définir les besoins. Dans le projet Plume, les sciences humaines et sociales n’étaient pas représentées : MutEC a pris en charge ce secteur disciplinaire.

Maintenant que les activités liées aux humanités numériques sont foisonnantes, qu’Huma-num et les consortiums se développent, bref, dans un paysage qui a énormément changé, l’aventure de MutEC a-t-elle encore un sens ? Pour Maud Ingarao, la souplesse du projet peut permettre, dans un cadre moins prescriptif, d’emprunter de nouvelles pistes. L’appui récent du Centre Blaise-Pascal, centre informatique exclusivement consacré à l’appui de la recherche qui fournit un soutien technique « sans conditions » pour la mise en place d’environnements de développement sur mesure, est une brique de plus, importante, pour continuer les expérimentations pratiques. Le dispositif de mutualisation à l’échelle régionale semble un modèle pertinent, dont on pourrait s’inspirer dans d’autres régions, car il répond à un réel besoin de partage entre acteurs locaux.

Pour écouter l’enregistrement de la séance

Pour voir les diapositives de la séance

 

  1. Pour la séance sur le livre de Fred Turner, le lien avait été ajouté au début de l’annonce.
  2. Cf. notamment Yves Clot, Le Travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux, La Découverte, 2010.

DH EHESS : Digital Past

Dans la prochaine séance du séminaire Digital Humanities, nous vous proposons une lecture à deux voix et une discussion collective de l’ouvrage suivant : Peter Haber, Digital Past. Geschichtswissenschaft im digitalen Zeitalter, Munich, Oldenbourg, 2011.

Il s’agit d’une réflexion synthétique, produite à la suite de plusieurs années de séminaire et à partir d’une thèse d’habilitation, sur la façon dont les sciences humaines se sont informatisées depuis les années 1960 et, surtout, sur les modifications de « l’ordre du savoir » dans la discipline historique, à travers le renouvellement des sources, des méthodes et des pratiques : entre l’illusion de tout savoir et la difficulté de s’orienter dans des systèmes nouveaux, quels sont les bénéfices potentiels et les dangers d’une Digital History ?

Une brève présentation en allemand est disponible sur le site hist.net, fondé par l’auteur et Jan Hodel, son collègue à l’université de Bâle, dès 1999. Le blog qui accompagnait le site est peut-être « the longest-lived digital history blog in any language », comme le rappelle Mills Kelly, qui surnomme Peter Haber, avec humour et affection, « Peter the Connector ».

Peter Haber était en effet une figure importante de la communauté des humanités numériques, bien au delà de la Suisse (voir la version française de sa page personnelle et sa page sur Wikipédia). À sa disparition, l’hommage In Memoriam Peter Haber (1964-2013) a rencontré un large écho dans la blogosphère des historiens, cette Historyblogosphere à laquelle est consacré un ouvrage collectif qu’il avait dirigé. Depuis quelques années, il avait mis en chantier avec Jan Hodel, Mills Kelly et l’équipe du Roy Rosenzweig Center for History and New Media le projet Global Perspectives on Digital History, agrégateur de publications en ligne transposant le modèle de Digital Humanities Now dans le domaine des études historiques.

Cette séance de lecture sera animée par Aurélien Berra et Mareike König. Mareike est historienne et dirige la rédaction du portail germanophone de Hypotheses.org, au comité scientifique duquel appartenait Peter.

La séance aura lieu le mercredi 8 janvier 2014, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 2.

Comme à l’accoutumée, cette séance est ouverte à tous. Il est recommandé d’annoncer votre présence par un courriel.

haber_digital_past_cover

DH EHESS : mutualiser les corpus numériques ?

Dans la prochaine séance du séminaire Digital Humanities, nous recevrons Maud Ingarao. Ingénieure d’études à l’ENS de Lyon et spécialiste de l’édition numérique des sources textuelles à l’Institut d’histoire de la pensée classique (IHPC), elle est engagée dans diverses entreprises collectives particulièrement intéressantes, comme le projet de recherche Hyperdonat ou le projet Plume de description et de mutualisation des logiciels, et participe aux activités de l’Atelier des humanités numériques de l’ENS de Lyon (AHN) et du consortium Cahier.

Ce seraient autant de raisons de l’inviter, mais elle évoquera dans cette séance une initiative originale de mutualisation des compétences et des technologies pour les éditions critiques numériques, qui est née dans la région Rhône-Alpes : MutEC, ou Mutualisation pour les éditions critiques et les corpus.

L’intervention de Maud Ingarao s’intitule :

MutEC 2007-2013 : pourquoi nous avons inventé nos métiers

Pour en savoir plus sur cette histoire institutionnelle récente et les projets réalisés dans ce cadre, vous pouvez consulter le site de MutEC, qui définit cette aventure comme « un dispositif de partage, d’accumulation et de diffusion des technologies et des méthodologies qui émergent dans le champ des humanités numériques ». Espoirs, essor, collaboration, réussites, déceptions, pérennisation, institutionnalisation sont donc quelques-uns des thèmes au programme – ils sont essentiels pour le développement des digital humanities à Lyon et ailleurs.

La séance aura lieu le mercredi 4 décembre 2013, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 2.

Comme à l’accoutumée, cette séance est ouverte à tous. Il est recommandé d’annoncer votre présence par un courriel.

mutec_logo

DH EHESS : épistémologie des SHS et théorie du document

Dans la prochaine séance du séminaire Digital Humanities, nous avons le plaisir de recevoir Manuel Zacklad, professeur au CNAM, où il est titulaire de la chaire « Expressions et cultures au travail » et directeur du laboratoire DICEN.

Voici le titre et le résumé de son intervention :

Rôle de l’épistémologie, de la théorie du document et de l’organisation des connaissances dans les projets de Digital Humanities

Dans cette présentation, nous montrerons à quel point l’épistémologie des différentes sciences humaines et sociales conditionne drastiquement la définition des corpus. Par ailleurs, ces corpus ne peuvent pas être appréhendés sans une solide théorie du document. Enfin, l’exploitation de ces documents dépend elle-même des types d’organisation des connaissances mobilisés, qui répondent à des enjeux d’exploration et de synthèse des corpus qui peuvent être très divers et qui doivent être clairement articulés.

Pour en savoir plus sur ses travaux, vous pouvez visiter son site personnel. Il y est notamment question de théorie du document, d’organisation des connaissances, de société de la connaissance, de communautés d’action et de Web socio-sémantique. Ces recherches en sciences de l’information et de la communication rencontrent nécessairement les questions que posent et se posent les humanités numériques. Venez apprendre et comprendre en notre compagnie !

La séance aura lieu le mercredi 6 novembre 2013, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 2.

Comme à l’accoutumée, cette séance est ouverte à tous, praticiens ou non des humanités numériques. Il est recommandé d’annoncer sa présence par un courriel.

Portable Document Format (Garry Ing, Flickr)

Portable Document Format (Garry Ing, Flickr)

DH EHESS : Aux sources de l’utopie numérique

L’enregistrement de cette séance est disponible sur Internet Archive.

Pour la séance du 2 octobre 2013 – qui ouvre la quatrième année de notre séminaire consacré aux humanités numériques –, nous avons choisi de faire un pas de côté en rendant compte d’une publication qui ne traite pas directement de notre sujet, mais qui est susceptible de lui apporter un éclairage essentiel à nos yeux. Il s’agit de l’ouvrage de Fred Turner Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, publié en 2006 aux États-Unis, mais traduit en français et publié chez C&F Éditions en 2012.

Ce livre, qui prend la forme d’une biographie de Stewart Brand, l’un des grands acteurs de la révolution numérique telle qu’elle se déploie à partir de la fin des années 1960, montre avec brio comment ce mouvement mêle d’une façon indissociable non seulement les milieux militaires et universitaires, mais aussi les milieux culturels et économiques des États-Unis de l’après-guerre, dans le but de réaliser une utopie politique – dont les effets sont aujourd’hui encore puissants. La thèse de Fred Turner est forte : loin d’être neutre, la technologie serait en l’occurrence le véhicule d’une idéologie cohérente, à la fois libertaire et anti-autoritaire, libérale et « entrepreneuriale ».

Comment cette idéologie s’articule-t-elle, au sein des humanités numériques, avec la tradition ancienne des humanités, elle-même fondée sur des valeurs et des pratiques qui lui sont propres ? C’est la question que nous voudrions poser et discuter collectivement au cours de cette séance de rentrée. C’est donc, plus largement, à une réflexion partagée sur les effets de la technologie dans le champ scientifique que nous voudrions vous convier.

Comme à l’accoutumée, cette séance est ouverte à tous, spécialistes ou non des humanités numériques. Il est recommandé d’annoncer sa présence par un courriel.

Cette séance de lecture sera animée par Aurélien Berra et Pierre Mounier.

Pour préparer la séance

  • Références bibliographiques complètes : Fred Turner, From Counterculture to Cyberculture: Stewart Brand, the Whole Earth Network and the Rise of Digital Utopianism, Chicago, University of Chicago Press, 2006 ; Fred Turner, Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, Stewart Brand, un homme d’influence, trad. par Laurent Vannini, Caen, C&F Éditions, 2012
  • Présentation du livre chez C&F Éditions
  • Préface rédigée par Dominique Cardon pour la traduction française
  • Discussion de l’ouvrage dans l’émission Place de la Toile (France Culture, 2012)

Pour en savoir davantage sur le séminaire

Whole Earth Catalog : « Stay Hungry. Stay Foolish. » (infilmity, Flickr.)

Whole Earth Catalog : « Stay Hungry. Stay Foolish. » (infilmity, Flickr.)

Séminaire DH EHESS 2012-2013 : compte rendu

Voici le compte rendu du séminaire « Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs » de l’année 2012-2013, tel qu’il sera publié sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales.

Cette aventure se poursuit l’an prochain : vous pouvez consulter le calendrier des séances et le programme général du séminaire 2013-2014.

2013_08_11_dh_ehess_2012-2013_cr_wordle

« Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs »
Compte rendu du séminaire 2012-2013
Aurélien Berra, Marin Dacos, Pierre Mounier

Pour sa quatrième année, le séminaire a fortement évolué sous l’impulsion d’Aurélien Berra, qui a rejoint l’équipe après avoir animé les conférences complémentaires « Textes anciens et humanités numériques » et « Édition savante et humanités numériques » (2010-2012). Trois cycles sont désormais proposés en alternance. Assurées par Aurélien Berra, les séances de lecture discutent des ouvrages importants, produits aussi bien dans le domaine anglophone que dans les autres traditions des digital humanities. Nous continuons à inviter des collègues de différentes disciplines des sciences humaines et sociales à présenter des réflexions sur leurs projets numériques. Enfin, avec le soutien du Campus Condorcet, nous avons commencé à explorer l’histoire et la situation des humanités numériques dans différents pays européens. Ces trois orientations complémentaires seront poursuivies.

Cycle « Lectures ». Le commentaire en diptyque de deux ouvrages fondamentaux – A Companion to Digital Humanities (2004) et Debates in the Digital Humanities (2012) – a fait apercevoir le chemin parcouru par la discipline en une décennie. Cette dimension historique a constitué un fil rouge, puisque les lectures comprenaient aussi Les Historiens et l’informatique (2011), « bilan prospectif » franco-italien coordonné par Jean-Philippe Genet et Andrea Zorzi, et SpecLab (2009), synthèse théorique de Johanna Drucker fondée sur les projets du Speculative Computing Laboratory de l’université de Virginie. Deux séances particulières ont porté sur des publications italiennes, Informatica testuale (2010) de Tito Orlandi et L’Umanista digitale (2010) de Teresa Numerico, Domenico Fiormonte et Francesca Tomasi. Il s’agissait de mettre en évidence une tradition nationale ancienne, peut-être spécifique, dont nous avons ensuite invité deux acteurs de premier plan.

Cycle « Les digital humanities à l’échelle de l’Europe ». Notre entretien avec Tito Orlandi et Domenico Fiormonte, qui représentent deux générations successives de chercheurs et enseignants investis dans le développement de l’Informatica umanistica, a permis d’évoquer le cas de l’Italie, à travers notamment l’histoire du CISADU de l’université de Rome La Sapienza. L’exposé d’Enrico Natale, venu présenter le portail Infoclio.ch et surtout l’élaboration de l’édition numérique Rousseau Online, a ouvert des perspectives sur la dynamique actuelle des « humanités digitales » en Suisse. Cette exploration par pays sera prolongée à l’avenir, avec des séances sur l’Allemagne et probablement sur la Suisse et l’Espagne. Pour compléter cette dimension du séminaire, Sophie David a présenté la genèse de DARIAH, qui sera la principale infrastructure européenne couvrant le domaine des humanités numériques : ce cadre de coopération donnera une réalité institutionnelle au projet récurrent d’un réseau européen.

Cycle « Projets ». Pour présenter le projet SemanticPedia, dont le but est de donner une structure sémantique aux matériaux issus de l’encyclopédie Wikipedia, Alexandre Monnin l’a situé dans le contexte plus vaste des relations entre le Web et la philosophie. Dana Diminescu et Mathieu Jacomy ont présenté e-Diasporas, riche cartographie des communautés migrantes telles qu’elles se dessinent dans l’interconnexion des sites Web. Associé à la création d’un outil de visualisation des réseaux, Gephi, ce projet repose sur une forte complémentarité des sciences sociales et des sciences du numérique. Les réseaux sont également au cœur du projet que conçoit Lieve Van Hoof, mais l’enjeu est cette fois d’analyser le corpus épistolaire d’un auteur grec, Libanios. L’entreprise illustre le renouvellement possible des sciences de l’Antiquité grâce à l’usage des technologies informatiques. Aurélien Berra a rappelé à cette occasion les grandes lignes de l’histoire des Digital Classics et de leur situation en France et au plan international.

Lors d’une séance hors-série, Corinne Welger-Barboza, qui avait été notre invitée en 2009 et dont la carrière universitaire s’achevait, a développé une question centrale dans ses recherches, celle du rapport que l’histoire de l’art et ses praticiens entretiennent avec la technique.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter nos annonces en ligne sur le carnet Philologie à venir : http://philologia.hypotheses.org/.

DH EHESS : Image et interprétation. À propos de Johanna Drucker

La dernière séance du séminaire Digital Humanities de cette année est consacrée à un ouvrage ambitieux : SpecLab. Digital Aesthetics and Speculative Computing (Chicago, University of Chicago Press, 2009).

Johanna Drucker y propose une réflexion épistémologique sur la dimension visuelle de tout projet de recherche numérique, à partir de son expérience au sein de l’un des laboratoires les plus importants pour le développement des humanités numériques, le Speculative Computing Laboratory de l’université de Virginie (les projets collaboratifs qu’elle évoque sont souvent ceux qui ont également nourri les travaux de Jerome McGann).

Selon l’auteur, le statut marginal longtemps accordé à l’image et au design n’est pas seulement dû à la domination de l’écrit ou à des contraintes technologiques : il était aussi le symptôme d’une soumission à l’autorité culturelle de l’informatique et à une idéologie de l’information transparente. En examinant ainsi l’emprise du texte – dont la critique me semble libératrice pour les praticiens des textes eux-mêmes –, ce livre analyse des projets élaborés comme autant de « provocations esthétiques » et de défis intellectuels. Quelle place pour la subjectivité dans la modélisation ? Comment visualiser la temporalité ? Quelle interface inventer pour un jeu de rôle consistant à déconstruire et réécrire un roman célèbre ? Quelles sont les métadonnées pertinentes pour décrire des livres d’artistes ?

Ces exemples et ces questions conduisent Johanna Drucker à une conception générale de l’esthétique, qui prend en compte les relations du graphisme et du code, le sens de la matérialité numérique et les transformations du livre dans un environnement encore nouveau.

En guise d’introduction, je vous suggère d’écouter une intervention dense et stimulante intitulée « Humanistic Approaches to the Graphical Expression of Interpretation » (colloque Humanities + Digital. Visual Interpretations, MIT, 2010).

La séance aura lieu ce mercredi 26 juin, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3. Pour annoncer votre présence, un courriel est toujours bienvenu.

Johanna Drucker, History of the/my Wor(l)d, 1990

Johanna Drucker, History of the/my Wor(l)d, 1990

DH EHESS : les historiens et l’informatique

La prochaine séance du séminaire Digital Humanities porte sur un domaine fondamental des humanités numériques : les transformations qu’elles entraînent dans l’étude de l’histoire. Nous partirons de la lecture d’un ouvrage collectif récent, dont le sous-titre est un programme :

Jean-Philippe Genet et Andrea Zorzi (éd.), Les Historiens et l’informatique. Un métier à réinventer, Rome, École française de Rome, 2011.

Cette publication concluait une série de rencontres, dont le portail Ménestrel rend également compte dans sa rubrique Histoire et informatique. Initiée par deux réseaux de médiévistes français et italiens, elle a conduit plus largement à ce que Jean-Philippe Genet nomme dans sa préface un « bilan prospectif » des méthodes de l’histoire numérique. De fait, il s’agit d’une somme réflexive qui aborde la plupart des dimensions du métier d’historien tel qu’il s’adapte et se renouvelle depuis une vingtaine d’années : archives, édition électronique, bases de données, cartographie, rapport avec le Web dans la recherche et dans l’enseignement, tels sont les principaux thèmes traités par les dix-huit contributions réunies dans ce volume dense et stimulant. Ce livre aborde ainsi des questions méthodologiques essentielles et les situe dans une perspective historique.

Nous vous invitons à participer à cette séance le mercredi 15 mai, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3. Pour annoncer votre présence, un courriel est toujours bienvenu.

DH EHESS : analyse de réseaux et Digital Classics

La prochaine séance du séminaire Digital Humanities se situera à la croisée de deux domaines d’étude renouvelés par les technologies numériques : la sociologie des réseaux et les sciences de l’Antiquité.

J’ouvrirai la séance par une introduction aux Digital Classics, en donnant un aperçu de leur histoire et de leur situation, en France et au plan international.

Sous le titre « Analyse numérique des réseaux antiques : le corpus épistolaire de Libanios », Lieve Van Hoof présentera ensuite le projet auquel elle travaille actuellement, sur des textes qui se prêtent particulièrement bien à cette approche.

Depuis quelques années, les historiens et archéologues de l’Antiquité pratiquent l’analyse numérique des réseaux. La littérature antique, en revanche, n’est pas souvent étudiée de ce point de vue. Cette communication examine les possibilités offertes par l’analyse numérique du réseau épistolaire de Libanios (314-393 apr. J.-C.), ainsi que les défis qu’elle implique. Plutôt que de partir d’une interprétation qualitative d’une sélection de lettres, l’analyse des réseaux examine la collection entière des lettres d’un point de vue aussi bien quantitatif que qualitatif. Il en résulte une image différente de l’auteur et de ses lettres, mettant en lumière notamment les interactions interculturelles et interreligieuses du quatrième siècle et les évolutions diachroniques du réseau de Libanios.

Cette perspective méthodologique introduit des dimensions interprétatives inédites pour enrichir les recherches très vivantes menées sur la vie culturelle et sociale de l’Antiquité dite tardive. Que vous soyez intéressé(e) par cette période, par l’étude des correspondances écrites et des modes de socialité ou par les techniques de visualisation de l’information, nous vous invitons à participer au séminaire. Comme à l’accoutumée, un courriel est bienvenu pour annoncer votre présence.

La séance aura lieu le mercredi 24 avril, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3.

network_van_hoof

DH EHESS : Rousseau en ligne

Grâce à la prochaine séance du séminaire Digital Humanities, nous continuerons à explorer la dimension européenne de ce champ à travers la présentation du projet Rousseauonline.ch.

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une édition numérique des œuvres complètes de Jean-Jacques Rousseau, parue en 2012 et accessible gratuitement en ligne. L’ensemble des textes est également disponible en libre téléchargement. Les contenus du site sont placés sous licence Creative Commons (CC-BY), ce qui autorise toutes les réutilisations, y compris commerciales, tant que la source est citée. Le site propose également des illustrations et une carte interactive de la correspondance de Rousseau.

Enrico Natale, responsable du projet, discutera les différentes étapes de sa réalisation. Il évoquera les coopérations en ligne qui ont rendu possible le projet, les choix techniques, l’usage des licences Creative Commons, le financement du projet, la publicité qui lui a été faite, ainsi que les réactions de la communauté scientifique. Nous discuterons de la place d’un tel projet dans le paysage de l’édition numérique et des utilisations possibles de cette édition pour la recherche.

Rousseauonline.ch est un projet porté par infoclio.ch, le portail des sciences historiques de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales et de la Société suisse d’histoire. Après un aperçu de la situation des humanités numériques en Suisse, les principaux services et manifestations développés par infoclio.ch seront brièvement présentés, avant d’ouvrir une discussion sur le rôle des portails disciplinaires.

Cette séance s’inscrit dans le cycle européen du séminaire. Elle bénéficie du soutien du Campus Condorcet, dans le cadre des « ateliers Condorcet ».

La séance aura lieu ce mercredi 10 avril 2013, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3. Pour annoncer votre présence, un courriel est bienvenu.

rousseauonline_map

DH EHESS : humanités numériques italiennes

La prochaine séance du séminaire Digital Humanities est exceptionnelle, car nous recevrons deux grands acteurs de l’histoire des humanités numériques en Italie, dont nous avons parlé lors des lectures précédentes (voir ici et ).

Dans un premier temps, Domenico Fiormonte évoquera l’histoire de l’Informatica Umanistica et présentera les éléments théoriques de ses recherches qui lui paraissent aujourd’hui essentiels. La seconde partie de la séance sera consacrée à une discussion, à laquelle Tito Orlandi a accepté de participer.

C’est une chance rare de pouvoir réunir ainsi deux chercheurs étrangers de premier plan, de deux générations différentes, dont les travaux sont représentatifs du développement intellectuel et institutionnel des méthodes numériques dans leur pays.

Leurs témoignages et leurs réflexions, ancrés dans les enjeux du champ européen des digital humanities, seront l’occasion d’un dialogue : nous vous invitons à y prendre part nombreux, le mercredi 27 mars, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3.

Pour annoncer votre présence, un courriel est bienvenu.

newhumanities

DH EHESS : Umanistica Digitale

Cette semaine, nous poursuivons dans le séminaire la découverte des humanités numériques italiennes, en évoquant deux ouvrages complémentaires :

  • Teresa Numerico, Domenico Fiormonte et Francesca Tomasi, L’Umanista digitale, Bologne, Il Mulino, 2010 ;
  • Domenico Fiormonte, Scrittura e filologia nell’era digitale, Turin, Bollati Boringhieri, 2003.

Le premier est un manuel tel qu’il n’en existe pas dans d’autres traditions. Le second est un ouvrage théorique de l’un des principaux auteurs italiens, Domenico Fiormonte. Spécialiste des relations entre l’écriture et l’informatique, il sera notre invité au mois de mars. Outre sa page personnelle, je vous suggère de visiter le site du projet Digital Variants, dont il est le fondateur.

La séance aura lieu ce mercredi 27 février, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3. Benvenuti !

infolet_umanista_digitale_2010

DH EHESS : infrastructure européenne

Dans cette séance du séminaire DH EHESS, il sera question de l’infrastructure européenne de la recherche numérique : Sophie David, chargée de recherche au TGE Adonis, et Marin Dacos présenteront et discuteront le projet européen DARIAH, dont le nom définit l’objet : Digital Research Infrastructure for Arts and Humanities.

Rendez-vous ce mercredi 13 février, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3.

DH EHESS : Tito Orlandi et l’Informatica Umanistica

La prochaine séance du séminaire DH EHESS sera au croisement de deux cycles de cette année : les « Lectures » de textes fondamentaux et la réflexion sur « Les digital humanities à l’échelle de l’Europe ». En effet, nous évoquerons les travaux de l’un des premiers et plus importants acteurs des humanités numériques en Italie, Tito Orlandi (ce lien vous conduit à un site personnel où sont disponibles de nombreuses publications).

Nos discussions prendront pour bases deux ouvrages récents qui fournissent ensemble une excellente introduction théorique, historique et problématique :

  • le manuel publié par l’auteur une trentaine d’années après ses premières réflexions sur l’édition informatisée des textes : Tito Orlandi, Informatica testuale. Teoria e prassi, Rome, Laterza, 2010 (notice) ;
  • le recueil d’études que ses collaborateurs et élèves lui ont offert : Lorenzo Perilli et Domenico Fiormonte (éd.), La macchina nel tempo. Studi di informatica umanistica in onore di Tito Orlandi, Florence, Le Lettere, 2011 (présentation sur InfoLet).

Quelques semaines après le premier colloque de la nouvelle Associazione per l’Informatica Umanistica e la Cultura Digitale, voulez-vous en savoir davantage sur la tradition et la situation italiennes ? Voici le moment et le lieu : mercredi 23 janvier, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3.

Pensez à signaler votre participation, per favore !

DH EHESS : technologie et histoire de l’art

Le séminaire Digital Humanities donnera demain la parole à Corinne Welger-Barboza, qui partagera ses réflexions sur la place faite à la technologie en histoire de l’art.

Les technologies de l’histoire de l’art – Le tournant numérique à la lumière de l’histoire longue

Le constat que les historien(ne)s de l’art peinent à prendre part aux développements des humanités numériques est largement partagé. Pour aborder cette position singulière de la discipline confrontée aux mutations numériques, la démarche proposée est d’interroger le passé médiologique de la discipline. Si l’enquête historiographique met au jour la portion congrue accordée à la technologie par l’histoire de l’histoire de l’art, elle contribue à identifier les dimensions plurielles d’une inscription dans la culture et la société. Arrimées à la fonction de l’art lui-même, les technologies de reproduction et de représentation d’images – supports d’inscription et de diffusion, pratiques associées, socialités – accompagnent la constitution de la discipline, au long de son histoire. Quelques aspects de cette étude seront présentés afin d’éclairer les freins mais surtout les formes et les enjeux de l’engagement dans l’environnement numérique. Cette approche peut-elle s’appliquer plus généralement à l’abord des humanités numériques ? C’est la réflexion proposée.

Cette séance aura lieu le mercredi 9 janvier 2013, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3.

Dans le carnet qui reflète ses activités de recherche, L’Observatoire critique. Étude des ressources numériques pour l’histoire de l’art, Corinne Welger-Barboza nous présentait récemment ses meilleurs vœux à travers la vidéo d’un fascinant musée tactile. Je m’associe à elle pour vous souhaiter une année sensible, pensive, active et réjouissante !

DH EHESS : Debates in the Digital Humanities

Ajout du 05.01.2013. L’édition en libre accès est désormais disponible, sous la forme d’un nouveau site très élégant destiné à se développer : Debates in the Digital Humanities.

Le séminaire Digital Humanities se poursuit avec une séance consacrée à un ouvrage collectif récent, Debates in the Digital Humanities, qui partage la volonté de synthèse du Companion to Digital Humanities de 2004, mais se distingue nettement de ce modèle par son architecture et le détail de son projet.

Voici la référence complète du livre : Matthew K. Gold (éd.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012. Il sera très intéressant de suivre l’évolution du site compagnon, car il deviendra en janvier prochain une édition augmentée en libre accès.

Si vous ne les connaissez pas, je vous suggère aussi de découvrir :

Pour venir commenter ce recueil avec nous, il suffit de signaler votre intention de participer à la séance et de nous rejoindre le mercredi 19 décembre, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 1.

DH EHESS : les diasporas numériques

Dans la prochaine séance du séminaire Digital Humanities (alias #dhehess), nous recevrons Dana Diminescu, qui présentera le projet e-Diasporas.

Si vous voulez comprendre ce que les méthodes numériques ont apporté aux diasporas et à l’étude des diasporas, si vous voulez en savoir davantage sur le nouvel objet éditorial que constitue e-Diasporas Atlas. Exploration and Cartography of Diasporas on Digital Networks ou si vous cherchez un bon exemple du renouvellement de l’interprétation sociologique, du travail d’un réseau international et de la visualisation de phénomènes culturels complexes (Gephi inside), ce séminaire vous intéressera.

La séance aura lieu le mercredi 14 novembre 2012, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3. Avez-vous pensé à annoncer votre participation ?

DH EHESS : sémantique du Web et philosophie

Dans la prochaine séance du séminaire Digital Humanities [1], nous vous proposons de venir dialoguer avec Alexandre Monnin.

Il sera question du projet SemanticPedia, qui est « une plateforme de collaboration entre le ministère de la Culture et de la Communication, l’Inria et Wikimedia France pour réaliser des programmes de recherche et développement appliqués à des corpus ou des projets collaboratifs culturels, utilisant des données extraites des projets de Wikimedia ».

Cette intervention marque le début du cycle « Projets », mais les enjeux du Web sémantique seront aussi l’occasion d’évoquer les principes d’une philosophie du Web et de réfléchir à la place des philosophes dans la constellation des humanités numériques.

La séance aura lieu le mercredi 24 octobre 2012, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 2 (et non salle 3, exceptionnellement). Rejoignez-nous, en pensant à annoncer votre présence !

  1. Dorénavant DH EHESS sur ce carnet lorsque la forme abrégée s’impose.

Séminaire Digital Humanities : Companion 2004

Le séminaire Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport au savoir reprend ses activités pour une première séance fondée sur le classique companion book de 2004 : Susan Schreibman, Raymond G. Siemens et John M. Unsworth (éd.), A Companion to Digital Humanities, Oxford, Blackwell, 2004. La séance aura lieu ce mercredi 10 octobre, de 13 h à 15 h, au 190 avenue de France, salle 3.

Je suis très heureux de rejoindre Marin Dacos et Pierre Mounier dans cette aventure collective. Si vous aviez participé aux conférences complémentaires Textes anciens et humanités numériques et Édition savante et humanités numériques, ou si vous n’aviez pas pu le faire encore, je vous invite à entrer dans cet espace de dialogue où souffle l’esprit de THATCamp Paris 2012 (dont les non-actes sont parus) et du Read/Write Book 2 !

Le champ d’intérêt y est le plus large possible : le renouvellement des sciences humaines et sociales dans une société numérique. Nous organisons cette année trois cycles de séances en alternance. Cette semaine, avant le début des cycles « Projets » et « Les digital humanities à l’échelle de l’Europe », j’aurai ainsi le plaisir d’ouvrir la série des « Lectures ».

Lectures : L’établissement d’une culture commune implique des références historiques et théoriques. Sous la forme d’ateliers, nous présenterons et discuterons des ouvrages importants, produits aussi bien dans le domaine anglophone que dans les diverses autres traditions des digital humanities.

Le séminaire est ouvert à tous : il vous suffit d’annoncer votre présence en écrivant à Pierre (dont le courriel est à la fin de l’annonce sur le site de l’EHESS). Une autre façon simple d’être tenu informé est de vous inscrire à la liste de diffusion Digital Humanities. Cette liste accompagne le séminaire et bien d’autres activités, en France et au delà, dans le domaine des humanités numériques. Mais si vous lisez ceci, vous le savez sans doute… Venez prendre part à nos discussions !

Séminaire 2011-2012 : compte rendu

Voici le compte rendu du séminaire « Édition savante et humanités numériques » (2011-2012), tel qu’il sera bientôt publié sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales. Merci à tous les participants et intervenants pour les échanges qu’ils ont permis au fil des mois.

Le programme du séminaire conduit désormais aux annonces des séances : vous y trouverez des détails et de nombreux liens. Les pages Corpus et Lectures demeurent accessibles. Quant aux Références, elles seront complétées et refondues dans une bibliographie nouvelle. En effet, l’exploration continue…

Après deux ans de conférences complémentaires, j’aurai le plaisir d’animer un nouveau séminaire cette année, dans la même institution, en compagnie de fins observateurs et bâtisseurs des digital humanities. À suivre !

L’édition savante (scholarly editing) vise la mise à disposition d’un corpus en vue de son étude. L’objet du séminaire était la réinvention des pratiques traditionnelles dans un environnement numérique, lequel rend fondamentale une réflexion sur le devenir de la philologie. En alternance, trois cycles thématiques de quatre séances ont associé l’exploration des propositions actuelles à une perspective historique. La moitié des séances environ se fondait sur les interventions de participants ou de collègues actifs dans le domaine des humanités numériques.

Le cycle « Aspects de l’édition savante par des moyens numériques » associait des réflexions générales à l’analyse d’un corpus d’éditions électroniques. La séance d’introduction a permis aux membres de cette communauté très diverse de se présenter et a ouvert l’un des axes du séminaire : les modalités de l’accès aux données dans l’espace de l’écran et dans le temps du travail (« Naviguer dans les éditions », 09.11). Nous avons ensuite abordé les sujets suivants : les méthodes statistiques et la modélisation informatique (« Comparer les textes », 11.01, avec Jean-Baptiste Camps, Florian Cafiero et Pierre-Yves Buard) ; les rapports entre interprétation, matérialité et normes sociales dans les pratiques de visualisation (« Visualiser les textes », 14.03, avec Ségolène Tarte et Dominique Stutzmann) ; le bénéfice de l’interactivité dans un projet savant (« Interagir avec les éditions », 09.05, avec Marc Jahjah).

Dans le cycle « Atelier de lecture de textes majeurs des digital humanities », j’ai proposé des comptes rendus et des commentaires. Nous avons évoqué : les premiers théoriciens du texte électronique, entre vision utopique et adaptation aux réalités changeantes du médium (« Hypertexte : Ted Nelson, Jay Bolter, George Landow », 23.11) ; l’épistémologie et les conditions de possibilité du Humanities Computing (« Informatique et humanités : à propos de Willard McCarty », 25.01) ; deux auteurs influents qui ont pratiqué et pensé l’édition savante aussi bien « après le World Wide Web » qu’avant la diffusion des technologies informatiques (« Édition numérique : à propos de Jerome McGann », 28.03, et « Édition numérique : à propos de Peter Shillingsburg », 23.05).

Le cycle « Situation de l’édition savante numérique en France » reposait à la fois sur la présentation réflexive de projets en cours et sur un aperçu de l’infrastructure des humanités numériques. Voici les questions qui ont été discutées : les relations entre le geste technique et le projet intellectuel (« Textes numériques : l’encodage, pratique savante ? », 14.12, avec Nicole Dufournaud, Emmanuelle Morlock-Gerstenkorn, Jean-Baptiste Camps et Vincent Jolivet) ; l’édition des inscriptions et du genre du commentaire (« Textes numériques : représentation et interrogation », 08.02, avec Marion Lamé, Bruno Bureau et Christian Nicolas) ; les vecteurs des échanges au sein d’une communauté qui se développe et mène actuellement, à l’échelle mondiale, des enquêtes quantitatives et qualitatives sur sa composition (« Communauté : revues, listes et réseaux sociaux », 11.04, avec Pierre Mounier) ; l’institutionnalisation des humanités numériques en France (« Centres et institutions », 06.06, avec Florence Clavaud, Pierre Mounier, Alain Bernard et Michel Bernard).

Pour plus d’informations, je vous invite à consulter le carnet de recherche Philologie à venir, qui contient notamment des liens et des références bibliographiques. En 2012-2013, ce carnet accompagnera également le séminaire Digital Humanities, que j’animerai à l’EHESS en collaboration avec Marin Dacos et Pierre Mounier.

Héroïsme numérique ?

La TEI entre dévotion et libertinage : analyse de structure de textes du XVIIᵉ siècle – tel était le titre prometteur de la journée d’étude à laquelle j’ai participé le 5 mars 2012 (annonce). Il s’agissait d’un bilan d’étape public pour les équipes de deux éditions critiques électroniques, la Vie de Michel de Marillac de Nicolas Lefevre de Lezeau et les Papiers de Guy Patin, travaux en cours de réalisation à l’École des hautes études en sciences sociales, dans le cadre du Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire (Grihl). Les principes adoptés pour la Vie de Marillac avaient été présentés en décembre dans une séance du séminaire ESHN. L’encodage des textes a largement progressé depuis et les questions abordées concernaient non seulement la préparation des documents et ses implications intellectuelles, mais aussi les modes de collaboration, en amont, et l’interface de navigation et d’analyse des données (avec une insistance sur les entités nommées et l’intertextualité), en aval. Ces résultats seront en ligne bientôt.

Les organisatrices, Nicole Dufournaud, Valérie Gratsac-Legendre et Cécile Soudan, avaient souhaité ouvrir la journée par trois interventions plus générales. Elles ont eu la gentillesse de m’inviter en compagnie de :

  • Lou Burnard, qui a présenté son point de vue sur l’histoire de la TEI et sur son inscription dans « l’évolution des méthodes et des pratiques » dans les sciences humaines et sociales – point de vue qu’il définit comme « constructiviste » et « herméneutique », ce qui suffirait à battre en brèche une conception plate des usages savants de la technologie informatique ;
  • Marjorie Burghart, qui a évoqué la constitution des digital humanities et leur lien avec les orientations intellectuelles de l’EHESS – par le biais de l’histoire quantitative, depuis Informatique et histoire médiévale, actes d’un colloque de 1975, et Les Toscans et leurs familles, publié en 1978.

Ces évocations des pionniers d’hier ou d’aujourd’hui et des dynamiques institutionnelles justifieraient à elles seules que je parle d’héroïsme… Cependant, le titre de ce billet reprend en substance celui de ma communication : « L’édition numérique savante, une entreprise héroïque ? ». Ce lien vous conduit vers la page des Dossiers du Grihl où vous trouverez mon diaporama. Dans ce qui suit, j’indique le fil de mon propos, afin de rendre intelligible le choix de mes images !

Pour ma part, je définissais cette intervention comme un interlude sérieux. Patrick Rebollar, l’un des maîtres d’œuvre des Recherches internationales sur les mazarinades (RIM), la qualifie d’« épistémologique », en résumant très bien mon propos :

Aurélien Berra a proposé une galerie mythologique de portraits de chercheurs appliquant la TEI aux corpus textuels, héros solitaires voués à l’échec ou au recommencement (tels Sisyphe), sauf lorsqu’ils agissent en groupe en créant une communauté ouverte et participative, ce qui est précisément le cas des RIM.

(La citation dans son contexte d’origine.)

Mon but était en effet d’amplifier et de complexifier l’intertexte mythologique introduit par Marjorie, lors du dernier colloque de la TEI, dans une communication incisive intitulée « Digital Editions as the Myth of Sisyphus ».

À Sisyphe, allégorie de la problématique pérennité des travaux numériques, j’ajoutais quelques autres figures, qui étaient autant d’invitations à préciser la représentation que nous nous faisons de l’édition numérique et, plus largement, des humanités numériques :

  • Hercule, emblème des travaux titanesques accomplis par l’endurance et la force brute ;
  • Tantale, image de l’édition toujours à venir, devenue un processus ouvert dans un contexte savant encore immature – à moins qu’il ne soit le symbole des chercheurs potentiellement intéressés mais qui n’ont pas accès à des centres ou des groupes actifs ?
  • aux côtés de Sisyphe, les Danaïdes et leur effort infini, qu’il faille affiner l’encodage ou assurer la maintenance des éditions en ligne ;
  • Prométhée, qui promet le changement des modes de travail, des cadres institutionnels et des humanités, sinon de l’humanité ;
  • Zeus, dans son Olympe, figure absente d’une organisation sereine du cosmos numérique à laquelle on se prend parfois à rêver…

Pourtant, au delà de l’âge des héros, heureux ou malheureux, de leur puissance de travail et de leur intelligence rusée, c’est avant tout d’entreprises collectives qu’il s’agit. De modernes Argonautes ? Abandonnons les métaphores culturelles. Les héros de notre temps ont à accomplir une tâche extrêmement importante dans une transformation socio-technologique rapide : réinventer la place de la culture et de la connaissance dans l’information.

Loin de l’inspiration et du savoir-faire unique du savant génial, dont les conjectures confinent à la divination philologique, n’est-ce pas le travail des communautés de pratique et des institutions qui les soutiennent ? Le rôle des individus est crucial dans ces nouveaux lieux de savoir, mais on ne peut plus négliger les conditions matérielles et techniques de leur œuvre. De même, pour détourner un instant notre regard des enjeux du présent, nous avons besoin d’une histoire non héroïsée des usages des technologies informatiques dans les sciences humaines et sociales.

Revenant au cas particulier de l’édition numérique savante, je rappelais des essais de typologie, en citant notamment la conférence douce-amère d’Edward Vanhoutte sur « The Flavours of The Social Edition » (TEI 2011), et situais ces questions dans l’évolution de nos bibliothèques numériques.

Les récits mythologiques, agréables mensonges par simplification, peuvent donner des ailes et faire réfléchir, bien sûr. Mais nous ne sommes plus au temps des pionniers – le « père fondateur » des digital humanities, Roberto Busa, est décédé en 2011 à l’âge de 97 ans et a rejoint Thomas d’Aquin, dont il avait produit une concordance automatisée à partir de 1949 (voir leur rencontre imaginaire). Ou bien est-ce la frontière qui s’est déplacée ? Plutôt, il faut reconnaître que les frontières sont multiples et varient selon les disciplines, les pays, les langues, les institutions : normes et infrastructures dépendent de volontés et de décisions collectives. Mieux vaut le dire, sans métaphores.

Centres et institutions

La dernière séance du séminaire « Édition savante et humanités numériques », ce mercredi 6 juin, sera collective ou ne sera pas !

Nous aborderons en effet la question de l’institutionnalisation des humanités numériques en France, avec notamment, je l’espère, Florence Clavaud, responsable pédagogique du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » à l’École nationale des chartes, Pierre Mounier, directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte, où il est également responsable de la formation des études et des usages, Alain Bernard, responsable de l’axe « Corpus et outils pour la recherche. Vers une nouvelle E-rudition » du Centre Alexandre-Koyré, Michel Bernard, directeur du Centre Hubert-de-Phalèse, et… vous ?

(La compilation des tweets, sites et références de la séance est en ligne sur Storify.)

Édition numérique : à propos de Peter Shillingsburg

Le mercredi 23 mai, pour la dernière des « Lectures » de l’année, nous évoquerons les réflexions de Peter Shillingsburg sur l’édition numérique, qui sont parmi les plus influentes à ce jour. En présentant les deux ouvrages où il résume son modèle, nous développerons les remarques de la séance précédente sur la conception et l’usage des éditions électroniques (voir la page Corpus).

Je rappelle ici les titres de ces livres de référence (en vous renvoyant également au site de Peter Shillingsburg) :

  • Scholarly Editing in the Computer Age. Theory and Practice (1996 [1984]) ;
  • From Gutenberg to Google. Electronic Representations of Literary Texts (2006).

Au plaisir de vous retrouver pour une séance théorique et pratique…

L’illustration de ce billet – merci, Wikimedia ! – est une planche de marginalia fantasques réalisés par William Thackeray, le satiriste dont Peter Shillingsburg a dirigé l’édition savante et édité lui-même le roman Vanity Fair. Peut-on y voir une allégorie de l’édition numérique ?

Interagir avec les éditions

La séance du mercredi 9 mai, « Interagir avec les éditions », sera la dernière du cycle « Aspects de l’édition savante par des moyens numériques ». Nous examinerons un corpus d’éditions, dont certaines ont déjà été évoquées à plusieurs reprises dans nos discussions.

Une édition électronique est un objet complexe. Sa critique suppose des compétences extrêmement diverses et la méthodologie de l’évaluation des travaux numériques est un domaine en cours d’exploration. Je vous renvoie par exemple, d’un point de vue institutionnel, aux récents Guidelines for Evaluating Work in Digital Humanities and Digital Media de la Modern Language Association (qui vise à prendre en compte les travaux numériques dans les recrutements et les promotions universitaires aux États-Unis) et, pour une réflexion pédagogique, aux recommandations de Brian Croxall en matière de Digital Humanities Project Evaluation, qui me semblent très pertinentes. N’hésitez pas à nous suggérer des modèles ! Ce sujet sera repris dans le séminaire Digital Humanities de l’an prochain.

Dans ce parcours, les questions que nous pourrons nous poser concernent notamment les points suivants :

  • la façon dont une édition met en œuvre les fonctions fondamentales du travail savant, les « scholarly primitives » de John Unsworth (2000) : découvrir, annoter, comparer, faire référence, prendre un échantillon, illustrer, représenter (discovering, annotating, comparing, referring, sampling, illustrating, representing) ;
  • le statut du texte édité et son incidence sur le projet ;
  • les principes d’édition ;
  • le rapport éventuel avec une théorie particulière de l’édition ou de l’édition électronique ;
  • les normes technologiques adoptées ;
  • le design, dans ses aspects ergonomiques et esthétiques ;
  • le public visé ;
  • l’affiliation institutionnelle et le mode de financement du projet ;
  • l’équipe impliquée : taille, structure, reconnaissance des participants par une mention en ligne ;
  • l’apport de l’édition à son champ disciplinaire et son apport transdisciplinaire aux humanités numériques.

Programme infini, au sein duquel nous nous orienterons en suivant ce fil conducteur de l’interaction, réelle ou à venir. J’aurai la chance d’être accompagné dans cette séance par un observateur attentif des technologies numériques de lecture, d’annotation et de partage, Marc Jahjah (vous connaissez sans doute son blog, SoBookOnline).

Qu’est-ce que l’« interactivité » dans une édition numérique et en quoi peut-elle servir un projet savant ?

La question est posée : voyons ensemble comment les éditions électroniques y répondent en acte, depuis une vingtaine d’années.

(La compilation des tweets de la séance est en ligne sur Storify.)