DH EHESS : Aux sources de l’utopie numérique

L’enregistrement de cette séance est disponible sur Internet Archive.

Pour la séance du 2 octobre 2013 – qui ouvre la quatrième année de notre séminaire consacré aux humanités numériques –, nous avons choisi de faire un pas de côté en rendant compte d’une publication qui ne traite pas directement de notre sujet, mais qui est susceptible de lui apporter un éclairage essentiel à nos yeux. Il s’agit de l’ouvrage de Fred Turner Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, publié en 2006 aux États-Unis, mais traduit en français et publié chez C&F Éditions en 2012.

Ce livre, qui prend la forme d’une biographie de Stewart Brand, l’un des grands acteurs de la révolution numérique telle qu’elle se déploie à partir de la fin des années 1960, montre avec brio comment ce mouvement mêle d’une façon indissociable non seulement les milieux militaires et universitaires, mais aussi les milieux culturels et économiques des États-Unis de l’après-guerre, dans le but de réaliser une utopie politique – dont les effets sont aujourd’hui encore puissants. La thèse de Fred Turner est forte : loin d’être neutre, la technologie serait en l’occurrence le véhicule d’une idéologie cohérente, à la fois libertaire et anti-autoritaire, libérale et « entrepreneuriale ».

Comment cette idéologie s’articule-t-elle, au sein des humanités numériques, avec la tradition ancienne des humanités, elle-même fondée sur des valeurs et des pratiques qui lui sont propres ? C’est la question que nous voudrions poser et discuter collectivement au cours de cette séance de rentrée. C’est donc, plus largement, à une réflexion partagée sur les effets de la technologie dans le champ scientifique que nous voudrions vous convier.

Comme à l’accoutumée, cette séance est ouverte à tous, spécialistes ou non des humanités numériques. Il est recommandé d’annoncer sa présence par un courriel.

Cette séance de lecture sera animée par Aurélien Berra et Pierre Mounier.

Pour préparer la séance

  • Références bibliographiques complètes : Fred Turner, From Counterculture to Cyberculture: Stewart Brand, the Whole Earth Network and the Rise of Digital Utopianism, Chicago, University of Chicago Press, 2006 ; Fred Turner, Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, Stewart Brand, un homme d’influence, trad. par Laurent Vannini, Caen, C&F Éditions, 2012
  • Présentation du livre chez C&F Éditions
  • Préface rédigée par Dominique Cardon pour la traduction française
  • Discussion de l’ouvrage dans l’émission Place de la Toile (France Culture, 2012)

Pour en savoir davantage sur le séminaire

Whole Earth Catalog : « Stay Hungry. Stay Foolish. » (infilmity, Flickr.)

Whole Earth Catalog : « Stay Hungry. Stay Foolish. » (infilmity, Flickr.)


Une réflexion au sujet de « DH EHESS : Aux sources de l’utopie numérique »

  1. Ping : Recherches libres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *